Celtics

Kemba Walker n’a aucun problème à jouer les lieutenants de Jayson Tatum et Jaylen Brown : t’entends, Kyrie ?

Kemba Walker 16 juillet 2020

Cody Zeller, c’est pas Zizou. Michael Kidd-Gilchrist, c’est pas Zizou.

Source image : YouTube

Le rôle de Kemba Walker a bien changé cette année. Passé de Charlotte à Boston l’été dernier, le numéro 8 a basculé dans une nouvelle dimension. Finies les grosses perfs dans des défaites, place aux victoires aux côtés de Jayson Tatum et Jaylen Brown. Et c’est bien ça le plus important pour le meneur, peu importe si ses stats ont baissé.

Après huit années de bons et loyaux services à Charlotte, Kemba Walker a plié bagage l’été dernier pour rejoindre les Boston Celtics. Habitué à évoluer aux côtés des légendaires Michael Kidd-Gilchrist et Cody Zeller, le All-Star était clairement le franchise player en Caroline du Nord. La situation est un peu différente dans le Massachusetts. Et l’ancienne vedette d’UConn a bien compris cela. L’adaptation a été nécessaire mais plutôt réussie jusqu’à la pause en mars. Avec la belle progression des Jay Brothers (Jayson Tatum et Jaylen Brown), Kemba ne possède plus forcément le costume de première option offensive chez les Verts. Mais ce n’est pas un problème pour lui, comme le rapporte CBS Boston.

« Je savais dans quoi je m’embarquais en arrivant ici. Je savais à quel point ces gars-là pouvaient s’améliorer, et ces deux gars sont deux talents spéciaux. Ce n’est pas un problème pour moi. Je sais que je fais partie de leur développement. C’est amusant. Nous jouons un basket cool. »

On connaissait le potentiel de JT et JB, et ils sont en train de le confirmer. Bizarre, Kyrie Irving n’est plus là et les deux jouent mieux au basket. On dit ça on dit rien. Exceptionnel à partir du mois de février, Jayson Tatum est devenu All-Star cette saison, logique quand on tourne à 23,6 points et 7,1 rebonds à presque 45 % au tir et 40 % depuis le parking. Le vrai TRONPA de Boston, c’est lui désormais. Dans son ombre, Jaylen Brown a aussi montré de gros progrès en attaque tout en se révélant précieux en défense. 20,4 points de moyenne (49% au tir, 38% à 3-points), c’est pas mal non plus. Kemba Walker vient d’avoir 30 ans et n’a disputé que 11 rencontres de Playoffs en carrière, déléguer un peu plus les tâches en attaque ne lui pose donc aucun souci si cela peut lui permettre de gagner.

« J’ai accumulé plus de 20 points de moyenne ces dernières années, donc ce n’est pas du tout un problème pour moi. Je veux juste aller en Playoffs et aller le plus loin possible. C’est mon objectif principal. Je me fiche des points et des trucs comme ça à ce stade. »

La recette fonctionne bien pour le moment, on donne trois étoiles au coach Brad Stevens. On applaudit aussi la mentalité de leader de Kemba et sa volonté de rendre ses copains meilleurs comme un véritable meneur. Troisièmes à l’Est, Walker Texas Ranger et les Celtics arrivent avec de grosses ambitions à Orlando. Ce soir, les Verts vont disputer un premier match de prépa contre le Thunder. Et si Walker sera absent pour cette rencontre, on souhaite au natif du Bronx de vite se rétablir de ses petits bobos au genou afin de voir tout ce beau monde jouer ensemble.

Ce n’est que la première année pour le trio de Boston, mais le résultat est déjà prometteur. Passé la trentaine, Walker ne vise qu’une chose: le titre. Des statistiques en baisse (21,2 points contre 25,6 l’an dernier), mais Kemba est encore bien chaud et un élément important dans la réussite de Boston cette saison.

Source texte : CBS Boston

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top