Equipes

Le baccalauréat 2020 version TrashTalk : les résultats de chaque franchise, en contrôle continu bien sûr

Baccalauréat

Alors, tu l’as ?

Source image : montage TrashTalk

On y est, c’est le jour J, enfin « ce devait » être le jour J : les résultats du bac devaient tomber aujourd’hui avec la dose de suspense que l’on connait. Mais au vu de la situation exceptionnelle cette année, le baccalauréat s’est décidé en contrôle continu, et du coup, chacun savait déjà un peu ses résultats. Et si certains peuvent déjà aller se mettre une caisse façon Jordan Bell ou Marc Gasol pour fêter l’obtention du Graal, d’autres vont le faire pour oublier ce désastre pendant que les derniers vont aller en prolongations avec les rattrapages. Alors, qui sont les besogneux et les branleurs de cette année en NBA ? TrashTalk livre son verdict, également en contrôle continu.

Note : les mentions tiennent compte des résultats finaux, mais également des attentes placées en chaque franchise en début de saison. Ainsi, une équipe avec des résultats corrects mais qu’on n’attendait pas à ce niveau en début de saison peut avoir une meilleure appréciation qu’une équipe avec de meilleurs résultats, mais qui était attendue encore plus haut.

Major de promo

Milwaukee Bucks : l’option grec ancien fait du bien à sa moyenne, mais alors quelle année scolaire de la part de cet élève besogneux qui passe son temps à avoir le nez dans ses bouquins et arpente chaque jour la bibliothèque pour réviser. Un travail acharné qui porte ses fruits aujourd’hui, en plus de pouvoir choper les livres dans son sac sans se pencher. Sera convié sur TF1 pour avoir eu plus de 20 de moyenne.

Mention Très Bien

Los Angeles Lakers : tout n’était pas gagné d’avance car une rupture des ligaments croisés, un monosourcil et une calvitie auraient pu condamner d’office cet élève, mais la force de caractère qu’il a montré lorsqu’il a vécu un drame familial est incroyable. Il s’est dépassé pour rendre fier son plus fidèle ami et le représenter à travers cette année scolaire, ce qui est indéniablement réussi.

Toronto Raptors : tout le monde disait qu’il allait être moins fort une fois son meilleur ami parti du lycée, mais au final, cet élève est ressorti encore plus fort des contrôles et devoirs en tous genres. Jeune loup un peu solitaire, il ne parle pas beaucoup mais arrive toujours à choper des bêtes de notes. Le genre d’élève qui demande déjà une nouvelle copie double quand certains commencent à peine leur brouillon.

Mention Bien

Boston Celtics : une montée en puissance au fil de l’année scolaire dès que ses appréciations étaient à la hauteur de ses espérances. Très polyvalent et performant sur chacun de ses cours et toujours propre sur lui avec des contours tracés à la règle, il a été un très bon candidat et a bien mérité sa mention bien qui, si elle a été obtenue de justesse, sera bien inscrite sur le papier pour le restant de ses jours.

Los Angeles Clippers : il arrivait avec la réputation d’être un excellent élève en plus d’être swag, toutefois sa paresse relative l’a parfois rattrapé. Trop souvent abonné aux passages à l’infirmerie voire au séchage de cours, il peut remercier son talent naturel et ses facilités d’apprentissage. La mention bien sans trembler, mais il aurait pu être encore un ou deux points plus haut s’il participait un peu plus à l’oral.

Memphis Grizzlies : si jeune et déjà en avance sur son temps, il a un an d’avance mais redouble d’insolence devant ses professeurs et multiplie les provocations à l’encontre de ses camarades de classe. D’un côté, il peut se le permettre puisqu’il est parmi les meilleurs à son âge. Mention amplement méritée pour l’élève qui “met toujours un chiotte” en classe.

Miami Heat : l’élève turbulent qui harcelait ses camarades de classe pour leur voler leur goûter dans la cour ou leur dessert à la cantine a laissé place à un gamin studieux, sérieux et voulant juste être le meilleur possible. Bien cadré par son prof principal, qui l’a notamment aidé à mieux choisir ses bonbons, il s’est bien intégré à sa nouvelle classe et a montré que ses bons résultats n’étaient pas dus au hasard.

Dallas Mavericks : des résultats surprenants et une très belle moyenne finale notamment grâce à des options “letton” et “slovène” qu’il était le seul à avoir pris. Cet élève un peu grassouillet garde toujours le sourire et sait toujours terminer ses copies dans les ultimes secondes contrairement à son voisin de table barbu. De brillantes études en perspective.

Denver Nuggets : lui, c’est le mec qui avait prévu de se ramener aux épreuves avec son barbecue de poche, mais finalement il n’aura pas pu. Il n’empêche que ses résultats ont été bons sans pour autant que l’on en parle, tant sa participation à l’oral se fait rare. Pas les meilleures notes de la classe, mais les meilleurs goûters de toute la cour de récréation.

Indiana Pacers : le gamin avait fort à faire, il devait passer après la grosse tête de la famille qui récoltait toujours les honneurs et de belles notes de ses professeurs. Et vous savez quoi ? Bah il n’a pas déçu, ses professeurs lui ont mis des coups de pression à base de “Ton frère était très bon”, et il a assumé en étant l’un des meilleurs de sa classe. Ça doit être de famille.

Oklahoma City Thunder : effectivement, il a pas mal d’années de retard et avait pour habitude de perdre ses moyens lors des examens cruciaux, malgré des notes souvent correctes. Mais l’ancien de la classe a assuré, enfin, toujours dans son registre, il décroche le Graal alors que le corps enseignant le pensait perdu. S’il trouve sa voie, ses études peuvent être brillantes.

Mention Assez Bien

Charlotte Hornets : un élève valeureux qui a tout donné pendant ses révisions alors que ses résultats étaient galères et son environnement plutôt difficile. Malgré de piètres notes au bac français, il a su redresser la barre à force d’abnégation et de persévérance, à s’enfermer des jours entiers dans sa chambre. Les punitions et sessions révisions du daron ont quand même porté leurs fruits.

Utah Jazz : l’année scolaire a été belle au niveau des résultats, bien moins au niveau de l’entente avec ses camarades. Une santé fragile et des précautions parfois prises à la légère ont valu une interruption de l’école et un rejet de la part des autres élèves. Il a finalement su faire abstraction et se jeter à corps perdu dans ses livres pour obtenir le précieux sésame.

Orlando Magic : on attendait cet élève à ce niveau, il a fait le strict minimum, ni plus ni moins. Peut-être pour ça que le jury ne l’a pas réellement apprécié plus que ça. Peu de fioritures malgré de réelles compétences, il se prenait souvent des remontrances des professeurs mais ne les écoutait pas, en bon Caliméro qu’il est. “De toute façon c’est parce qu’ils m’aiment pas, ils notent à la tête”.

New Orleans Pelicans : trop souvent à l’infirmerie, il n’a pas pu assister à tous les cours et a connu une année aussi hachurée que frustrante. On ne sait pas si c’est à cause de l’herbe ou de son daron relou qu’il semblait épuisé comme ça, mais en tout cas, la mention passe quand même de justesse, il a su amadouer les professeurs qui l’ont très vite aimé (ou qui ont eu peur de ses bras démesurés).

Houston Rockets : tout le monde se foutait de lui car il était le plus petit de la classe, et il semblerait que ces moqueries aient affecté le Passe-Partout de la promo, malgré une longue barbe et des capacités de soliste reconnues. Trop irrégulier dans ses copies et répète souvent les mêmes erreurs. Il est souvent en galère sur les travaux de groupe, voulant à chaque fois tout faire solo.

Mention Passable

Portland Blazers : on attendait bien plus de cet élève qui passe son temps à rapper dans un coin de la cour de récréation mais malheureusement, celui qui a toujours une montre à portée de main a vu celle-ci se dérégler au moment des épreuves. Mauvais perdant, il a demandé l’annulation des résultats du bac, c’était aussi le seul…

Sacramento Kings : au début, il voulait toujours aller trop vite en examen, quitte à partir bien avant la fin de l’épreuve. Il a dû forcer sa nature pour rester jusqu’au bout et avoir de meilleures notes. Si ça n’a pas été facile au début, il s’est finalement bien adapté pour peaufiner son dossier et obtenir le précieux sésame. Toutefois il est interdit de lui parler slovène, sous peine de le rendre chafouin.

Brooklyn Nets : l’attente était grande pour lui. Revenu dans un lycée proche de chez lui, il voulait tout casser devant ses proches mais malgré des notes incroyables en mathématiques, ses énormes lacunes en géographie et en SVT l’ont fait échouer aux portes de la mention. C’est ça de choisir les matières qu’on va ou non réviser…

Philadelphia Sixers : trop insolent et nerveux, pas assez bosseur ni sérieux, il a frôlé le conseil de discipline à plusieurs reprises à force de s’engueuler avec tout le monde et de squatter ses réseaux sociaux en cours. Lui qui ne pouvait pas aller au dernier rang a pris place au premier à chaque cours, mais c’était en fait un trompe-l’œil, tant son caractère impétueux était omniprésent. Prends ton diplôme et casse-toi.

Washington Wizards : toujours à faire la fête à 200 à l’heure, il n’apprend toutefois que la moitié de ses leçons. Il est intraitable sur une partie mais désastreux sur l’autre. Malheureusement, il sera injustement snobé de peu pour la mention avec une moyenne de 11.99, sans avoir vu son dossier être réévalué. C’est aussi injuste que ballot. Heureusement qu’il n’était pas aux rattrapages, il n’y serait même pas allé.

Rattrapages

Chicago Bulls : victime d’un papa à la discipline militaire qui le fait bosser minimum deux heures par jour pour être bon, il a été incapable de rester éveillé en classe, de garder sa concentration ou alors d’assurer dans les gros coefficients. La méthode du daron laisse à désirer et les multiples punitions n’ont pas suffi à le faire décoller. On espère pour lui qu’il n’arrivera pas aux rattrapages stressé par la perspective de l’échec.

San Antonio Spurs : sa méthode d’apprentissage d’un ancien temps n’est pas compatible avec le système scolaire actuel. L’exemple type d’un mec qui était un génie à l’école et au collège avant de sombrer au lycée à cause des blocus avec les hippies. Il va devoir se mettre sérieusement au boulot pour obtenir le bac, cette deuxième chance est inespérée.

Phoenix Suns : le bonhomme a du potentiel plein les phalanges mais ne semble pas travailler de la bonne façon malgré un beau début d’année. Sa consommation de stupéfiants et son arrogance ont été très mal vues par le corps enseignant qui n’a pas hésité à le noter comme une chèvre toute l’année. Ces rattrapages sont quelque part inespérés.

Redoublement

Cleveland Cavaliers : cet élève avait un grand frère intello qui collectionnait les bonnes notes et les bonnes appréciations, pas évident de passer après lui. Sauf que là c’est carrément le jour et la nuit, tant cet élève semble à la ramasse voire être un rude branleur en classe. Peu d’efforts fournis et donc peu de résultats, par contre ton frère intello sera toujours le même l’an prochain.

Atlanta Hawks : avec une calvitie en terminale, ce n’était déjà pas bon signe, mais alors se faire cramer en flagrant délit de tricherie en plein contrôle, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Cet élève, de toute façon pas au niveau, a été puni. On espère qu’il saura tirer des enseignements de cet échec, car le bougre peut clairement faire mieux en renforçant son travail.

New York Knicks : une galère, ce cancrignole est tout simplement une galère. Capable d’apprendre le mauvais chapitre voire la mauvaise matière, ou encore de se battre avec des élèves parce qu’ils ont des meilleures notes que lui, il a répété les mêmes erreurs toute l’année. Le cas social de la bande serait capable d’échouer dans un lycée privé.

Detroit Pistons : bien sûr, ses notes étaient insuffisantes mais il était loin d’être parmi les plus largués de sa classe, environ 9 de moyenne générale. Il aurait pu se sortir les doigts et obtenir ce bac à l’arrache, au lieu de ça il a complètement décroché, faisant l’école buissonnière et collectionnant les vices pendant cette période cruciale. Bah tu reviendras l’année prochaine grand.

Minnesota Timberwolves : un début d’année scolaire tonitruant lors duquel il se plaisait à provoquer sans cesse ceux qui n’ont pas cru en lui, puis… plus rien. La débandade, l’exemple typique du mec qui réussit les deux premiers exercices de chaque chapitre et qui se dit “cette fois je vais tout comprendre” mais qui se viande lamentablement à chaque fois sur le reste.

Golden State Warriors : ce foutu karma n’a jamais lâché cet élève lors de cette année. Alors qu’il est connu comme un bon élément, de nombreux bobos l’ont empêché de se rendre à certains contrôles. Et dans ces moments là, la sentence est irrévocable : zéro pointé. Ces bulles ont plombé son dossier, nul doute qu’il ira aboyer dans le bureau de la CPE pour (tenter d’)obtenir réparation.

Encore une classe de grands malades qu’il a fallu noter une fois de plus, certes d’une façon assez particulière. Mais peu importe, l’alcool coulera à flots, que ce soit chez les reçus pour fêter ça ou chez les recalés pour oublier, ou chez ceux encore en lice, pour se donner de la force pour les rattrapages. En tout cas, c’est l’heure de profiter, ou de bosser, ou de pleurer… A l’année prochaine du coup.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top