Mavericks

Trey Burke rejoint Dallas jusqu’à la fin de la saison : le retour du Allen Iverson 2.0 à la sauce texane ?

Trey Burke 26/06/2020

Va pas falloir voir flou en sortie de banc.

Source image : YouTube/MSG Networks

Le réseau Pôle Emploi de la NBA se vide doucement mais sûrement depuis quelques jours. Aujourd’hui, c’est au tour des Mavericks d’être actif et de signer Trey Burke pour remplacer Jalen Brunson, blessé, avec le spot laissé libre par Willie Cauley-Stein qui a décliné l’invitation à Orlando pour être présent pour la naissance de son futur enfant le mois prochain.

À Dallas, Luka Doncic est revenu sans encombres de sa Slovénie natale et le retour à l’entraînement s’est déroulé sans cas positifs dans l’équipe… pour le moment. L’occasion de préparer tranquillement la fin de la saison et de flairer un bon coup du côté des agents-libres. Objectif certainement coché avec l’arrivée de Trey Burke dans le Texas. Des rumeurs de Tim MacMahon dESPN émanaient déjà dans ce sens récemment, le deal est désormais conclu comme nous l’apprend Shams Charania de The Athletic sur son compte Twitter. Au chômage depuis qu’il s’est fait couper par les Sixers, en février dernier, le meneur aura attendu quatre mois avant de retrouver une terre d’accueil finalement pas si inconnue que ça. Le garçon a déjà joué 25 matchs pour les Mavericks en 2019. Petit gabarit, shooteur honnête (41% au tir, 34,3% du centre-ville), Trey Burke revient à Dallas pour assurer le rôle de back-up de Luka Doncic et ainsi combler la blessure de Jalen Brunson. Un spot laissé libre depuis le désistement de Willie Cauley-Stein qui était arrivé à Dallas en janvier dernier mais qui n’ira pas en Floride pour bien entamer sa nouvelle paternité aux côtés de sa compagne.

Septièmes à l’Est, les Mavericks pointent au même nombre de victoires que les Rockets et le Thunder, mais avec trois matchs en plus. Si leur place actuelle n’est pas menacée sauf cataclysme chez Mickey, on imagine bien que la joyeuse bande de Rick Carlisle ne se gênera pas pour passer devant son voisin texan et OKC. Autour de l’axe Luka Doncic – Kristaps Porzingis, les Mavs disposent de role players capables de faire la différence à n’importe quel moment du match. On pense notamment aux 15,8 points de moyenne de Tim Hardaway ou à la main chaude de Seth Curry derrière l’arc, facteurs souvent décisifs dans les matchs de Dallas. Sur le banc, Trey Burke devra donc suppléer l’ami Doncic et mener la second unit, en l’absence  de Jalen Brunson. Drafté en 2013, Burke tourne à 10,5 points, 3,5 caviars et 2 rebonds par match. Des stats similaires à celui qu’il remplace, mais avec de l’expérience en plus, du moins sur le nombre de saisons disputées et non sur le nombre de participations en Playoffs, puisque le garçon n’a jamais pris part à une rencontre de postseason. Pas un problème pour le front office de Mavs et son coach Rick Carlisle, qui savent que le garçon peut prendre chaud très vite si l’opportunité lui est laissée. En mars 2018, Trey Burke avait sorti sa plus belle coiffure en hommage à son idole, Allen Iverson, avec une perf à 42 points et 12 assists pour les Knicks. Autre grosse soirée, le garçon s’était occupé de terminer les Celtics, toujours avec New York en 2018, par un cinglant 29 points – 11 caviars. Le meneur aura moins de temps de jeu que durant son passage dans la Grosse Pomme, mais attention au Allen Iverson 2.0.

Les Mavericks ont récupéré une bonne pioche à un mois de la reprise de la saison. Remplaçant idéal de Jalen Brunson, Trey Burke a quatre grosses semaines pour revenir en forme olympique, préparer ses cheveux et mener la danse lorsque Luka sera sur le banc.

Source texte : Shams Charania/The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top