Sixers

Les meilleurs pivots de la saison NBA 2019-20 – Numéro 2 : Joel Embiid s’en sort au talent, mais il faudra très vite faire plus

Joel Embiid 26 novembre

Et ça le fait rire, c’est bien le problème.

Source image : NBA League Pass

La rédaction de TrashTalk a parlé, et malgré un Bam Adebayo qui a tenté de mettre quelques coups de pied dans la porte blindée, c’est bien Joel Embiid qui s’en tire avec cette deuxième place de notre classement 2019-20 des meilleurs pivots NBA. Le potentiel pour dominer l’univers tout entier… mais une constance qui laisse encore à désirer, va falloir se mettre au boulot pour de bon.

Le coup d’œil dans le rétro

On ne va pas y aller par quatre chemins, les objectifs de Joel Embiid cette année étaient très élevés. Collectivement, individuellement, on devait passer la vitesse supérieure et Jojo en personne ne se cachait pas pour le dire. Un quasi trophée de ROY en 2017 malgré un compteur match resté bloqué à 31, une saison 2018 pour s’affirmer, 2019 pour exploser, la courbe est parfaite. Dominant +++ dans une équipe qui gagne enfin, Joel Embiid n’aura donc mis que deux ans et demi pour s’imposer comme l’un des, allez, trois meilleurs pivots au monde, et surtout pour faire oublier les doutes concernant son corps bien fragile jusqu’alors. Une saison 2018-19 terminée dans les larmes suite au shoot assassin de Kawhi Leonard mais le Process se jure alors qu’on ne l’y reprendra plus, vivement 2020.

Sa saison 2019-20

On peut dire qu’on est déçu ? Oui ? Et bah on est déçu. Non seulement les statistiques de Joel Embiid ont baissé cette saison, mais c’est surtout le jeu tout entier des Sixers qui a pris du plomb dans l’aile. Soucis de spacing en grande partie, JJ et Jimmy qui manquent terriblement, et donc un Joel qui n’aura pas réussi sa folle mission. Une preuve pour étayer ce constat ? Demandez à un spécialiste deux évènements marquants de la saison du Process et vous obtiendrez un paquet de fight avec Towns et une belle poignée de zéro pointé face aux Raptors. Quelques cartons c’est vrai, un statut évident de All-Star, mais la différence entre le talent du garçon et son efficacité/constance cette saison fait tâche, l’une des premières de sa carrière. On reste sur l’un des joueurs les plus indéfendables de la Ligue quand il le veut bien, mais le début de cette phrase doit lui faire comprendre son plus gros problème. Level MVP attendu pour 2020-21, et plus si affinités ?

Ses stats

23,4 points à 47,4% au tir dont 34,8% du parking et 81,4% aux lancers, 11,8 rebonds, 3,1 passes et 1,3 contre en 30,2 minutes

Ses plus gros cartons

  • 29 octobre @ Hawks : 36 points à 12/19 au tir dont 2/6 du parking et 10/10 aux lancers, 13 rebonds, 5 passes, 1 contre et 3 steals
  • 13 novembre vs Cavs : 30 points à 10/20 au tir dont 3/5 du parking et 4/5 aux lancers, 16 rebonds, 4 passes, 2 contres et 1 steal
  • 28 novembre vs Kings : 33 points à 10/19 au tir dont 1/4 du parking et 12/14 aux lancers, 16 rebonds, 1 passe et 2 contres
  • 6 décembre @ Wizards : 26 points à 7/12 au tir dont 1/2 du parking et 11/14 aux lancers, 21 rebonds, 1 passe et 1 contre
  • 13 décembre @ Celtics : 38 points à 12/21 au tir dont 2/3 du parking et 12/14 aux lancers, 13 rebonds, 6 passes et 1 contre
  • 29 décembre @ Heat : 35 points à 11/16 au tir dont 2/4 du parking et 11/12 aux lancers, 11 rebonds, 2 passes et 1 contre
  • 21 février vs Nets : 39 points à 10/20 au tir dont 1/1 du parking et 18/19 aux lancers, 16 rebonds, 2 passes, 2 contres et 2 steals
  • 25 février vs Hawks : 49 points à 17/24 au tir dont 1/3 du parking et 14/15 aux lancers, 14 rebonds, 3 passes, 1 contre et 3 steals

La suite

Encore trois ans de contrat pour Joel Embiid à Philly mais bizarrement, si les derniers mois n’ont pas vraiment donné d’indices en direction d’un éventuel départ, ils n’ont pas non plus laissé poindre un véritable amour intouchable entre la bête et sa franchise de toujours. Problème de fit avec Ben Simmons, qui doit partir, aucun des deux, un tas de questions se posent et la seule vraiment logique est en tout cas de se demander si Jojo n’en est pas à un sacré virage dans sa carrière. 26 ans seulement pour lui et donc tout le temps encore pour conquérir le monde, mais encore faut-il savoir avec quel genre d’armée. Financièrement à l’abri et absolument pas dans le besoin de prouver quoique ce soit basketballistiquement parlant, c’est donc dans la tête que Joel doit désormais évoluer, à Philly… ou ailleurs ?

Le Top 6 de la rédac

  1. Joel Embiid
  2. Bam Adebayo
  3. Rudy Gobert
  4. Andre Drummond
  5. Karl-Anthony Towns
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top