Heat

Les meilleurs arrières de la saison NBA 2019-20 – Numéro 2 : Jimmy Butler aka buckets, aka le patron, aka le grand frère

Jimmy Butler 4 février 2020

Jimmy Butler avait une réputation à se refaire et il a même fait mieux : il a contribué à remettre le Heat sur la carte NBA.

Source image : YouTube

La rédaction de TrashTalk a parlé, et à l’issue d’un combat de chiffonnier avec Bradley Beal, finalement troisième, c’est donc Jimmy Butler qui hérite de la deuxième place, juste derrière Jordan Poole comme vous l’imaginez sans doute. Loin de la masterpiece statistique, Buckets a par contre enfilé avec brio le costume du patron à Miami, et les résultats s’en sont logiquement ressentis à South Beach.

Le coup d’œil dans le rétro

Quatre franchises en trois ans pour Jimmy Butler, il était peut-être temps de calmer sa joie et de se poser pour de bon. Tour à tour superstar à Chicago, fauteur de trouble et trop bon pour les Wolves puis pas assez intégré à Philly, Jimmy Butler débarquait à Miami avec l’envie de faire table rase sur les 36 derniers mois, avec l’envie de repartir sur un vrai projet, sain et excitant à la fois. Tout le monde sait que Jimmy est un Top 5 à son poste, tout le monde sait qu’il est peut-être le meilleur two-way player de la Ligue chez les arrières, et le passé récent du garçon était presque devenu une insulte à son talent même s’il ne s’était évidemment pas transformé du jour au lendemain en Shabazz Muhammad. Besoin de frapper un grand coup donc après une période compliquée, ça passe ou ça casse.

Sa saison 2019-20

Pas de suspense ici, la saison de Jimmy Butler fut particulièrement réussie. Un gros trou d’air sur ses tirs de loin, ça c’est pour la partie négative, mais alors tout le reste donne par contre envie de sourire. 20/6/6 de moyenne environ mais surtout un leadership à faire pâlir un mec qui s’appellerait Jean-Pierre Liderchipe. Patron en attaque, patron en défense, garant de la progression des jeunes du groupe (Adebayo, Jones Jr., Nunn, Herro, Leonard), et 100% de réussite cette année pour Buckets, dans le fond comme dans la forme. Capable de se mettre en retrait pour les besoins du groupe avant de sortir sa brouette au meilleur des moments, Jimmy semble avoir passé un cap mental lui permettant d’utiliser ses exceptionnels capacités à bon escient et ça c’est une grande première, demandez voir aux fans des Wolves ou des Sixers. Une saison malheureusement tronquée, mais peut-être… heureusement pour les futurs adversaires du Heat, parce que ce Jimmy-là en Playoffs, bah on aurait bien voulu voir ce que ça donne face aux… Sixers, par exemple.

Ses stats

20,2 points à 45,4% au tir dont 24,8% du parking et 83,3% aux lancers, 6,6 rebonds, 6,1 passes et 1,7 steal en 34,3 minutes

Ses plus gros cartons

  • 8 novembre @ Suns : 34 points à 11/16 au tir dont 2/2 du parking et 10/10 aux lancers, 5 rebonds et 4 passes
  • 23 novembre @ Bulls : 27 points à 7/10 au tir dont 1/2 du parking et 12/13 aux lancers, 5 rebonds, 7 passes et 4 steals
  • 4 décembre @ Raptors : 22 points à 7/16 au tir dont 2/4 du parking et 6/7 aux lancers, 13 rebonds, 12 passes et 1 steal
  • 5 décembre @ Celtics : 37 points à 12/18 au tir dont 6/10 du parking et 7/10 aux lancers, 6 rebonds, 4 passes et 2 steals
  • 7 décembre vs Wizards : 28 points à 9/16 au tir dont 2/5 du parking et 8/11 aux lancers, 11 rebonds, 11 passes, 2 contres et 1 steal
  • 11 décembre vs Hawks : 20 points à 8/18 au tir dont 1/3 du parking et 3/7 aux lancers, 18 rebonds, 12 passes
  • 11 janvier @ Nets : 33 points à 12/18 au tir et 9/9 aux lancers, 9 rebonds, 2 passes et 1 contre
  • 4 février vs Sixers : 38 points à 14/20 au tir dont 2/2 du parking et 8/8 aux lancers, 7 rebonds, 2 passes et 3 steals

La suite

L’avenir de Jimmy Butler, à court terme en tout cas, semble se situer en Floride. Pour l’une des premières fois de sa carrière JB se sent bien quelque part et satisfait dans le même temps les gens qui le payent, on est mine de rien sur une sacrée avancée. Il y a un shériff en ville et même deux avec Goran Dragic, un parrain qui zieute tout ça derrière les vitres fumées de son bureau, et toute une bande de jeunes joueurs à haut voire très haut potentiel pour magnifier le tout. Reste à voir si et surtout comment Tonton Patoche essaiera de faire passer le level up à sa franchise mais dans ce lot d’incertitudes la présence de Buckets en tant que taulier ne fait aucun doute. A 31 ans Jimmy est en plein prime et a compris pas mal de choses après ses passages contrastés à Minneapolis et Philadelphia, et c’est peut-être le début d’une très belle histoire à Mayami Beach.

Le Top 6 de la rédac

  1. Jimmy Butler
  2. Bradley Beal
  3. Donovan Mitchell
  4. Jaylen Brown
  5. Devin Booker
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top