Old-School

Le jour où Shaquille O’Neal s’offrait son record de points en carrière pour son anniversaire : 61-23, adieu les Clippers

Tiens, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas parlé du Shaq. Pas plus de quelques minutes en fait, comme toujours concernant le Big Cactus. Que ce soit pour ses punchlines à la télé, le Shaqtin’ A Fool ou ses performances monstrueuses sur les parquets à l’époque, il y a toujours une bonne raison d’évoquer le nom de Shaquille O’Neal. Cette fois, on va rembobiner quelques années en arrière pour se rappeler un bon souvenir.

Nous sommes en mars 2000 et les Lakers marchent sur la concurrence à l’aide de leur duo formé par Kobe Bryant et Shaquille O’Neal. On ne le sait pas encore, mais c’est parti pour trois ans de règne de Los Angeles sur la NBA. Et on ne parle pas des Clippers qui n’ont pas encore toute la hype qui les entoure aujourd’hui et qui sont plutôt une forme d’antithèse de leur voisins de vestiaires avec le pire bilan de la Ligue. A l’époque, il est impossible de trouver un vrai fan des Voiliers dans la ville et même si le derby angelinos est officiellement comptabilisé comme un match à domicile pour l’équipe de Jim Todd, il n’y a que du pourpre et or dans les tribunes du Staples Center ce 6 mars. Tiens, mais ce ne serait pas l’anniversaire du Diesel ? Puisqu’il ne fallait pas compter sur le Black Mamba pour lui faire de cadeau, le gros Shaq a décidé de se l’offrir tout seul avec un bon gros career-high comme on les aime. En route vers son seul trophée de MVP en carrière, le numéro 34 va prendre les Clippers comme souffre-douleurs pendant 45 minutes de démonstration de puissance.

Parce que oui, à 28 ans son poids de forme est à 145 kilos et personne ne peut le stopper. Anthony Avent et Pete Chilcutt vont se le coltiner toute la soirée, Lamar Odom viendra en aide dès que possible mais rien n’y fait. Le Big Aristotle est trop grand, trop costaud et trop mobile malgré son quintal et demi sur la balance. Les paniers à moins d’un mètre du cercle s’enchaînent avec une grosse majorité de dunks. Shaquille O’Neal est inarrêtable et ses coéquipiers le gavent de ballons pour son anniversaire. Le compteur monte à 42 à la fin du troisième quart-temps, il ne lui manque que 11 points pour égaler son record qui date de six ans en arrière avec le Magic. A chaque nouveau panier, le public crie plus fort, sachant très bien que le nombre va tomber. 48… 50… 52… et ça y est. Le career-high tombe sur une passe en l’air de Brian Shaw et la claquette à une main. 54 points pour le gros nounours, le Staples Center est debout ne laissant plus de doute sur la vraie équipe à jouer à domicile malgré des stickers qui indiquent le contraire sur le parquet. Mais avec 5 minutes restant à jouer, ce serait trop bête de s’arrêter là. Alors il répète inlassablement la même formule qui semble plus efficace qu’un cheat code sur NBA 2K et il en profite même pour envoyer Kobe au alley-oop en dunk renversé. Fin du massacre, O’Neal qui n’était sorti que pour les 35 dernières secondes de la première mi-temps regagne le banc pour se faire mousser par les siens pendant les deux minutes restantes.

Bilan officiel : 61 points, 23 rebonds et 3 passes à 24/35 au tir et 13/22 aux lancers-francs. Un raz-de-marée s’est abattu sur la pauvre raquette des Clippers qui n’avait rien demandé à personne. Sur la NBA tout court même. Car avec 29,7 points et 13,6 rebonds de moyenne en 1999-00, Shaquille O’Neal a reçu son seul et unique Maurice Podoloff Trophy au terme de sa meilleure saison en carrière sur le plan statistique. Joyeux anniversaire Shaqounet !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top