Sixers

Joel Embiid absent au moins une semaine, parfait avant un gros road-trip à l’Ouest : fans des Sixers, tenez bon ça va aller (ou pas)

Joel Embiid

Pas de Ben Simmons, pas de Jojo, Clippers – Lakers – Kings au programme. Bonne chance hein.

Source image : NBA League Pass

Tiens, on reparle des Sixers. On a l’habitude à force. En même temps, ils font pas mal l’actu dans la Grande Ligue cette année, et pas toujours pour les bonnes raisons. Au programme aujourd’hui, des nouvelles de Joel Embiid, qui ratera au moins une semaine de compétition. Une semaine qui s’annonce hardcore pour Philadelphia.

Si vous êtes fan de Philly, on a une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous. Enfin disons que la bonne n’est pas trop mauvaise et que la mauvaise fait vraiment mal. Oula on s’emmêle un peu, on dirait l’attaque des Sixers. Blague à part, on a reçu une update concernant Joel Embiid, touché à l’épaule lors de la défaite des hommes de Brett Brown à Cleveland mercredi. La phrase est terrible mais au moins, la blessure de Jojo n’a rien de gravissime. En effet, selon notre idole Adrian Wojnarowski d’ESPN, il n’y a aucun dommage structurel à signaler dans l’épaule du pivot des Sixers. Ouf ! Avec les bobos au dos de Ben Simmons, qui sera réévalué dans environ deux semaines et qui pourrait être absent un bon bout de temps, les Sixers ne pouvaient pas se permettre de perdre également « le meilleur joueur du monde » pour un long moment. Justement, combien de temps sera-t-il absent ? D’après Woj, au moins une semaine. « Au moins », ça veut dire qu’Embiid pourrait être out un peu plus longtemps mais clairement, on a évité le pire du côté de Philly. Donc ça, c’était pour la bonne nouvelle. Maintenant, place à la mauvaise. Et la mauvaise, c’est le calendrier bien compliqué qui attend l’équipe de Pennsylvanie pendant l’absence de Joel. Attention, c’est showtime.

Au programme des prochains jours ? Un road-trip à l’Ouest. Déjà, dès qu’on parle de road-trip avec les Sixers, on commence à transpirer. Philadelphia cette année, c’est un bilan catastrophique en dehors du Wells Fargo Center, avec seulement… neuf victoires en 30 matchs. Pour une franchise qui soi-disant vise le titre, c’est juste pathétique. Pour info, sachez que des équipes comme Charlotte et Minnesota possèdent un meilleur bilan que Philly à l’extérieur. Ça craint quoi. Mais là où ça craint encore plus, c’est quand on regarde les futurs adversaires des Sixers. D’abord, il y a un déplacement à Los Angeles. Vu la gueule des deux équipes de la Cité des Anges cette année, c’est un peu la ville qu’on souhaite éviter quand il s’agit de jouer au basket, surtout quand il faut affronter les Clippers ET les Lakers. Parce que oui, les Sixers vont devoir se coltiner dimanche la bande à Kawhi Leonard – qui est en plus au complet désormais – puis LeBron James et ses potes le mardi suivant. Ouch. Ça sent le roussi par ici. Ensuite, dans la nuit de jeudi à vendredi, c’est un match à Sacramento qui attend Philadelphia, pas facile étant donné que les Kings pratiquent un basket plutôt sympa en ce moment. Enfin, pour terminer ce road-trip, une opposition face aux Warriors est prévue le samedi 7 mars, un match évidemment à la portée des Sixers, même si une défaite ne nous surprendrait même pas. Voilà voilà. Ça promet encore une belle semaine dans la ville de l’amour fraternel. Avec un tel calendrier, le bilan de Philadelphia pourrait une nouvelle fois souffrir, ce qui tombe mal car il y a toujours une quatrième place à l’Est à aller chercher. Grâce aux galères actuelles du Heat, Tobias Harris et ses coéquipiers sont aujourd’hui pratiquement à égalité avec Miami, mais pas sûr que ça dure.

La saison des Sixers est décidément crade. Et comme si ça ne suffisait pas, la cerise sur le gâteau, on a eu récemment des déclarations de la nouvelle recrue Glenn Robinson III, un peu en galère à Philly et visiblement dans le flou par rapport à son rôle dans l’équipe. Des déclas qui ont obligé Brett Brown à s’exprimer sur le sujet, lui qui a répondu en disant que les Sixers ont été très clairs avec lui dès son arrivée. Pfiou, quel bordel.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top