Old-School

Ça s’est passé le 18 février 1995 : John Stockton devient le premier joueur à passer la barre des 10 000 caviars, immense le petit

Stockton 17 février 2020

Aucune dégaine, mais toujours là pour te mettre la misère.

Source image : YouTube

En plus d’être la meilleure ligue sportive au monde, la NBA demeure une véritable encyclopédie statistique. Tout est calculé et quantifié pour permettre aux fans de la balle orange de classer les acteurs d’aujourd’hui entre eux, mais aussi avec les gloires d’antan. Parmi ceux qui ont le plus noirci la feuille de stats durant leur carrière, John Stockton, l’un des meilleurs pendant de nombreuses années avec sa franchise de toujours, le Jazz d’Utah. Le 18 février 1995, le meneur a écrit l’histoire du basket US en atteignant la barre symbolique des 10 000 passes décisives en carrière.

Nous sommes donc le 18 février de l’an 1995, John Stockton compte parmi les meilleurs meneurs de la Ligue depuis son intronisation dans le cinq de départ au début de la saison 1987-88. Le 16è choix de la Draft 1984 distribue du double-double à base de 16 points agrémentés par 12-13 caviars dans toutes les salles de la NBA. L’ancien membre de la Dream Team 1992 réalise un exercice 1994-95 à la Stockton, c’est-à-dire 14,7 points, 12,3 passes et 2,4 steals à 54% au shoot. On peut dire que c’est correct. Passé par Gonzaga lors de sa période universitaire, Johnny avait déjà marqué l’histoire deux semaines plus tôt contre les Nuggets de Denver. Le 1er février, lors du blowout infligé par les Mormons (129-88), Magic Johnson a vu son compère de l’Utah le dépasser au classement des passeurs les plus prolifiques avec sa 9 922è passe au profit de son fidèle coéquipier Karl Malone, le tout en disputant 14 matchs de moins. Stockton en avait profité également pour distiller au total 16 caviars dans cette rencontre en l’espace de seulement 26 minutes. Quelques jours plus tard donc, ce sont les Celtics qui s’opposent aux hommes de Jerry Sloan, qui possèdent un bilan de 36 victoires pour 14 défaites à ce moment-là. Au terme de ce match, ce sont les Jazzmen qui empocheront la victoire (108-98) avec un John Stockton une nouvelle fois historique, puisque ses 15 passes lui permettront d’être le premier à dépasser la barre des 10 000 caviars en carrière.

Le Hall of Famer est un immense champion (bien qu’il n’ait jamais été titré) qui a marqué son sport de bien des manières. Membre de la Dream Team 1992, 10 fois All-Star, 5 fois nommé dans une All-Defensive Team, meilleur intercepteur de la Ligue avec 3 265 ballons volés… La liste est longue et on pourrait continuer comme ça pendant un moment, mais son principal fait d’arme reste son nombre de passes décisives réussies. 15 806. Ce n’est pas le nombre de matchs joués mais bien son total d’offrandes. Preuve de l’exploit réalisé par le bonhomme, son dauphin Jason Kidd n’est « qu’à » 12 091 passes. Dans le club des 10 000, on ne compte que cinq membres : Stockton, Kidd, Steve Nash, Mark Jackson et Magic Johnson. Vous l’aurez compris, c’est pas l’artiste peintre du coin qui peut prétendre faire ça. Même, en prenant sa moyenne en carrière, qui est de 10,51 passes par match, Stockton se place en dauphin de Magic avec ses 11,19 régalades.

Dans la NBA actuelle, aucun ne semble avoir le profil pour aller chercher le deuxième meilleur meneur de l’histoire sur ce terrain. LeBron James et Chris Paul ? Classés respectivement huitième et septième du classement all-time au nombre de passes, les deux meilleurs amis du monde n’impriment pas un tempo assez élevé. Russell Westbrook ? Idem. Luka Doncic ? Le Slovène est parti sur des bases élevées depuis le début de sa carrière mais sa moyenne n’est pas encore au niveau nécessaire (7 passes de moyenne). En plus de ça, le meneur de Dallas a déjà loupé 21 matchs, soit un de moins que l’ami John dans toute sa carrière. Car en plus d’être un formidable passeur et d’avoir eu à ses côtés l’actuel deuxième scoreur le plus prolifique de l’histoire, Stockton possédait une caisse physique digne des meilleurs qui lui a permis de jouer 17 de ses 19 saisons au plus haut niveau sans louper un seul match. Kawhi et son load management ? C’est quoi ça ?

John Stockton est un monument de la NBA, discret hors du terrain mais omniprésent sur les parquets. Revenir sur cet exploit nous rappelle à quel point il était exceptionnel. Ses records risquent de ne pas être titillés avant un très long moment.

1 Comment

1 Comment

  1. Romain

    18 février 2020 à 12 h 48 min at 12 h 48 min

    Et le roi des coups en douce, des coups de coudes…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top