All-Star Weekend

All-Star Game 2020 : victoire de la Team LeBron, victoire du nouveau format, victoire pour Kobe, victoire de la NBA

Un petit coin de nous l’espérait tant, même si ce qu’est devenue la NBA ne laissait pas forcément de place à notre rêve de voir enfin un All-Star Game disputé. Le format 2020 mis en place notamment en l’honneur de Kobe Bryant était un projet, et autant vous dire ce matin qu’il est plus que validé. Car si les trois premiers quarts agirent sur nous comme des montagnes russes, la fin de match a déjà pris une place toute particulière dans notre mémoire de fan.

Merci pour tout messieurs, car ce fut magnifique. Magnifique d’émotion tout d’abord grâce à un pre-game réussi, beaucoup plus grâce à Jennifer Hudson et Common que grâce à la reine Shaka Khan, à deux doigts de faire passer Fergie pour une meuf qui aurait réussi sa presta en 2018. Le match ? Wow, comment dire. Rappelons tout d’abord le bail de la nuit pour ceux qui n’auraient pas tout en tête. Trois quarts-temps à gagner afin d’offrir 100 000 balles à chaque fois à une asso choisie par Giannis Antetokounmpo ou LeBron James, les scores « remis à zéro » au début du deuxième et du troisième mais reportés au début du quatrième. Pour la faire courte, un exemple : premier quart, 40-35 Team LeBron, deuxième quart, 40-35 Team LeBron, troisième quart, 40-35 Team Giannis… début du quatrième quart : 115-110 Team LeBron, et le premier à 139 l’emporte (score de l’équipe qui mène + 24, poke Kobe. Capito ? Alors let’s go.

Un début de match comme on a l’habitude d’en voir dans un All-Star Game, avec un évident manque d’intensité des deux côtés. Pour la Team Giannis c’est… Giannis qui prend évidemment le lead, alors qu’en face Trae Young met des petits ponts à James Harden (qui lâche au passage six passes décisives de suite) et Kawhi Leonard se prend pour une fusion entre Steh Curry et Reggie Miller. 4/4 du parking pour le client le plus silencieux de l’histoire des boîtes de nuit d’Atlanta, 25 points pour lui à la mi-temps, et au score c’est la Team LeBron qui remporte assez facilement le premier quart 53-41 alors que les rouges prendront pour leur part le second, assez tranquillou aussi (51-30). Kemba Walker a candidaté pour la prochaine saison de Danse avec les Sabonis, Luka Doncic a dunké, Trae Young a mis un shoot du milieu de terrain au buzzer de la première mi-temps, Rudy Gobert a largement participé à la fête, Brandon Ingram, Russell Westbrook et Donovan Mitchell ont arrosé, bref rien de bien exceptionnel mais juste une soirée comme on a l’habitude d’en vivre chaque année à la mi-février, un match de basket à regarder avec un peu de second degré.

Passons rapidement sur le troisième quart terminé sur le score de 41 partout, juste le temps de vous dire que pendant quelques minutes le nom de Rudy Gobert fut associé… au trophée de MVP du match. Passage énorme du Frenchie, auteur d’un putback monstreux puis mis en orbite par Trae Young, alors que de l’autre côté la moisson de rebond s’accompagnait d’une crêpe party attendue car ce bon Rudy n’était clairement pas venu pour taper des Dream Shake ou des stepbacks à 3-points, désolé Vavane. 21 points à 10/11 et 11 rebonds pour lui, record pour un Français au match des étoiles et on y reviendra très vite, mais pas assez néanmoins pour aller chercher le tout frais tout beau Kobe Bryant award, ça on y reviendra également. Car pour ce dernier quart-temps, Frank Vogel et Nick Nurse allaient évidemment rappeler les monstres sur le parquet. Un quart-temps débuté sur le score de 133 à 124 pour la Team Giannis, et un match qui allait donc s’offrir à la première équipe qui atteindrait les 157 points, on espère que vous suivez toujours. Neuf points d’avance pour l’équipe d’un Giannis qui avait alors clairement décidé de prendre tout le monde sur ses épaules de triple-déménageur, et un Nick Nurse résolu à renvoyer ses titulaires au charbon au moment où le match se jouait. Imagine t’es coach, t’es en galère, et tu as donc la possibilité de faire rentrer James Harden, Kawhi Leonard, Anthony Davis et LeBron James pour te sortir de ce mauvais pas. Plutôt cool comme vie ça.

Les minutes s’égrènent alors et le match se tend car la victoire est au bout, et tout à coup, dès le début du dernier round même, une invitée surprise fait son apparition, une invitée que l’on avait plus vu au All-Star Weekend depuis un très gros paquet d’années : LA DÉFENSE !!!

Sapristi comme dirait Tintin, par tous les diables ! Les dix joueurs sur le terrain ne veulent clairement pas perdre, les gros brins sont de sortie, ça pinaille sur tous les coups de sifflet, Chris Paul est officiellement redevenu l’un des tous tous tous meilleurs meneurs de la Ligue, Kyle Lowry ne pense qu’à provoquer des charges, Joel Embiid se fait arracher tous les bras et nous… on croit rêver devant ce spectacle disparu depuis si longtemps que certains d’entre vous n’avaient même jamais connu ça. Giannis s’occupe du cas LeBron, puis du cas AD, puis encore du cas LeBron avec un chasedown block sur le King revu et validé par la VAR. La Team LeBron revient fort, passe même devant et est la première à entrevoir la victoire en atteignant les 154 points, à un petit tir du parking seulement de l’explosion. LeBron en personne tentera le coup, James Harden également, mais si entre temps Giannis et ses potes recolleront, LBJ percera le verrou pour faire atteindre 156 points à son équipe et la rapprocher ainsi de la victoire. On se dit alors qu’un 156 partout serait de la plus belle utilité mais c’est finalement – seul petit regret au final – sur la ligne des lancers que ce match se jouera. Kyle Lowry a pris le bras de AD pour un handspinner et Anthony Davis avait donc deux occasions en or de tuer le game, en mode but en or justement, poke Trezegoal. Un premier lancer raté sinon c’est pas drôle et finalement le second qui rentre et qui donne donc la victoire à la Team LeBron, 157-155, au bout d’un match qui restera pendant longtemps dans nos mémoires comme celui de la réconciliation. Ah oui, le premier Kobe Bryant award de l’histoire termine dans les immenses paluches de Kawhi Leonard grâce à son 30/7/4/2 à 8/14 du parking, mais est-ce vraiment le plus important.

Sah quel plaisir comme disaient les jeunes en 2019, putain quel pied comme disait un certain Thierry il y a bientôt 22 ans. Une nuit magique, un vrai match de basket, un concept à travailler mais validé dans les très grandes lignes, des maillots de Kobe partout dans les tribunes et sa mémoire honorée comme il se doit sur le terrain, on n’est pas loin du perfect pour cette édition 2020. Merci pour tout messieurs, on a déjà hâte d’être en février prochain et ça, mine de rien, ça fait un moment qu’on ne l’avait plus dit.

Team Giannis 17 février 2020 Team LeBron 17 février 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top