Lakers

LeBron James devient le 4ème joueur de l’histoire à passer les 33 000 points : un garçon à suivre, il a l’air d’avoir du potentiel

Vas-y, tu peux flexer mon grand.

Source image : NBA League Pass

C’est à quelques semaines de son 35ème anniversaire (déjà ?!) que le monstre de Los Angeles a passé un nouveau cap statistique dans sa carrière. On s’y attendait, il l’a fait, LeBron James a tapé la barre des 33 000 points cette nuit, dans la victoire de ses Lakers à New Orleans. Chapeau garçon.

Les années passent, les maillots changent, les coéquipiers aussi mais LeBron reste LeBron. Une force de la nature, un cyborg conçu par les plus grands ingénieurs de l’histoire du basket, un exemple de longévité qui doit donner pas mal d’espoirs aux quinquas qui regardent la NBA en ce moment. L’année dernière, on avait tapé la grimace du siècle en voyant LBJ nous offrir une de ses « pires » saisons en carrière, marquée par les blessures, un pied qui traîne devant l’autre et un tabassage médiatique aussi troublant que provoqué. Du coup, on en venait tout au long de l’été à se demander si James allait revenir plus vénère que jamais, si le numéro 23 allait rappeler à tout le monde que le meilleur joueur au monde, en fait, c’est lui et sans grande discussion possible. Le débat règne encore, et des garçons comme Giannis Antetokounmpo ou James Harden (pour ne citer qu’eux, calmez-vous les fans de Denver) ont tout à fait le droit d’avaler leur café de travers ce matin en lisant ces lignes. Mais les faits sont là, LeBron a remis la planète basket d’accord, en rafraîchissant le modèle suivant : domination individuelle, domination collective, records statistiques. Une holy trinity ponctuée ce mercredi à New Orleans, pour ce qui était la toute première d’Anthony Davis de retour en Louisiane. Si la rencontre a été évidemment centrée autour du comeback d’AD dans son ancienne franchise, le cap numérique du jour revient à BronBron, qui est devenu le 4ème joueur de l’histoire à taper la barre des 33 000 points en carrière. C’est dans le money-time, et à distance, que le King a rejoint Kareem, Karl et Kobe, en isolation sur Jaxson Hayes. Le rookie des Pelicans a beau avoir du talent, ce n’est pas demain qu’il va stopper à lui seul un crack comme LBJ, donc en un-contre-un et avec la balle dans ses mains LeBron a fait ce que LeBron fait. Une flèche culottée, pleine de sang-froid et d’importance pour ses Lakers, offrant une mini-distance aux siens dans un match qui était tout serré dans ce dernier quart.


Comme on peut le voir ci-dessus, et pour le plus grand plaisir des haters comme des lovers, LeBron continue gentiment son ascension vers les sommets du scoring all-time. Dans environ 600 points, soit une trentaine de matchs vu le rythme du type, l’un des plus grands blasphèmes de l’histoire de Los Angeles aura lieu devant nos yeux ébahis. On taquine, mais le simple fait d’imaginer Kobe féliciter LeBron pour l’avoir dépassé au scoring en portant le maillot des Lakers doit en faire rager plus d’un, dont le Mamba en premier. Une performance tout de même hors-normes, pour un ailier dont on a plus souvent mis le sens de la passe en première qualité plutôt que le sens du scoring, et qui laissera place à un challenge sacrément costaud par la suite. Car si rattraper Kobe Bryant est une mission divine bientôt validée… apercevoir Karl Malone c’est un autre délire. Plus de 3000 points séparent le Mamba du Mailman, le facteur ayant proposé une longévité folle au poste d’ailier-fort sur quasiment deux décennies. L’avantage de Malone ? C’est le fait de n’avoir quasiment jamais loupé un jour de travail, donc les blessures c’est un concept philosophique pour l’ex-monstre du Jazz. LeBron, sérieusement touché l’an dernier, devra faire gaffe à sa machine s’il souhaite rejoindre Karlito et ses quasi-37 000 points. Si James y arrive, ce sera stupéfiant, et cela demandera certainement deux saisons supplémentaires, ce qui l’emmènerait sur ses 37 ans. Et alors là, si toute la carcasse tient… bonjour la montée de l’Everest et les 1400 points qu’il faut gratter pour effleurer la cheville de Kareem Abdul-Jabbar. Déterminé à jouer jusqu’à ses 40 ans, LeBron montre qu’il a encore le corps et le coeur pour dominer jusque là, mais qu’en diront les dieux de la santé ? Et quid du load management ? Le kid d’Akron donnera-t-il tout sur ces records, ce qui intensifiera encore plus la discussion autour du GOAT ? Affaire à suivre.

Que les fans de Kobe profitent de ces quelques semaines de repos, car le prochain à passer sous les roues de LeBron dans la catégorie scoring, c’est le Mamba. Allez, félicitations encore cher LBJ, et à bientôt dans le club VIP des 40K.

1 Comment

1 Comment

  1. Alexandre Baudet

    28 novembre 2019 à 9 h 40 min at 9 h 40 min

    « Si James y arrive, ce sera stupéfiant ». Oh non pas toi Lebron, pas après tout ce que tu as fait ? Présomption innocence certes :p
    Bon les contrôles progressent ok, des jeunots tombent mais verra t on jour un contrôle positif de Harden, Lebron & co ?

    Pareil côté tennis, Federer Nadal Djoko…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top