Lakers

Anthony Davis soigne son retour à New Orleans avec 41 points et la win : en Louisiane c’est comme dans le Nord, tu pleures deux fois

C’était évidemment l’évènement le plus attendu de la nuit, juste devant le licenciement de Jim Boylen et la première opération à trous d’Hassan Whiteside. Anthony Davis était de retour du côté de New Orleans mais avec un jersey des Lakers sur le dos, quelques mois après avoir quitté en courant une région qu’il semblait ne plus pouvoir voir en peinture.

Parfois la NBA nous conte des histoires que nous aurions finalement pu… écrire nous-même. Celle de la nuit fait partie de cette collection, tant le scénario semblait cousu de fil blanc. Pour résumer ? Comme prévu les fans du Centre Smoothie du Roi ont hué la seule véritable star qu’ils n’aient jamais eu dans leur franchise, ceci est un autre débat, et comme prévu… Anthony Davis les a remercié en claquant la plus grosse perf offensive de sa saison, en volant au passage deux ballons cruciaux lors d’une dernière minute mal maitrisée par Alvin Gentry et ses joueurs, avouez que le pléonasme est grossier. La soirée restera quoiqu’il arrive dans les annales puisque LeBron profitera de tout ce tintamarre pour devenir le quatrième homme à passer la barre assez coolos des 33 000 points en carrière, mais cette nuit c’est bel et bien Anthony Davis qui aura attiré toutes les lumières de Louisiane. Un honneur qui aurait d’ailleurs très bien pu revenir à… Jrue Holiday, auteur d’une première mi-temps fantastique permettant alors aux Pelicans de compter jusqu’à 13 points d’avance avant la mi-temps. L’écart restera d’ailleurs très longtemps en faveur des locaux puisque c’est un petit matelas confortable de quinze points que les Pels avaient encore à deux minutes de la fin du troisième quart. A ce moment-là Anthony Davis a le coude emballé dans un énorme bandage, les fans de NOLA hurlent à tue-têtes des grands « who needs AD if you have Jaxson Hayes » (non), un rookie qui s’était d’ailleurs illustré au troisième quart avec la tentative de poster la plus ambitieuse de la saison sur celui qui n’aura donc jamais été son coéquipier.

Mais au final et comme souvent cette saison, les Lakers sont plus adroits, plus rapides, plus puissants, mieux sifflés. Un gros passage de Kyle Kuzma qui plante trois gros tirs de suite, quelques rebonds offensifs bienvenus de Dwight Howard, un LeBron qui semble de plus en plus insubmersible et évidemment un Anthony Davis de retour pour jouer un mauvais tour à son ancienne fanbase, et voilà comment les leaders de la Ligue (15-2) validaient une win de plus dans le long chemin censé les mener jusqu’au titre. Une victoire arrachée dans les toutes dernières secondes malgré un match très solide des Pels, mais si Brandon Ingram sera passé à travers pour l’une des premières fois de la saison (4/21 au tir), ce n’aura donc pas été le cas de l’ancienne idole du bayou. 41 points à 15/30 au tir et 10/12 aux lancers, 9 rebonds, 3 steals et la nette impression que pas grand monde n’est capable d’arrêter la bête quand il est en mission… Season high au meilleur des moments, et donc un public qui brait deux fois, la première quand AD part et la seconde quand il revient. Le contraire de Kad Merad en somme, mais pas sûr que ce ne soit le sujet du jour.

Retour à New Orleans réussi pour Anthony Davis, mais ça dépend quand même de quel côté on se trouve. Pour les plus positifs on dira que « ça fait du bien de revoir le genre de mec qui portait notre franchise il y a encore six mois », mais pour les autres on sera plutôt dans un bail du style « cette vieille mer*e continue de nous faire chier même maintenant qu’elle est partie ». Deux écoles, deux ambiances, mais une chose est sûre en 2019… Anthony Davis est un monstre de basket, peu importe le maillot.

stats pelicans 28 novembre stats Lakers 28 novembre

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top