Knicks

Les Knicks une fois de plus démontés, cette fois-ci à Detroit : Andre Drummond domine, Frank progresse, Fizdale patauge

David Fizdale

Tu veux une pelle David ?

Source Image : YouTube

Cette affiche entre Knicks et Pistons n’était sûrement pas la plus alléchante de la soirée… et nous n’avons pas été surpris. Detroit, et malgré une infirmerie pleine à craquer, s’est facilement imposé 122-102 face à des New-yorkais manquant cruellement de fond de jeu. David Fizdale est complétement à la rue et ses joueurs semblent l’être tout autant. Cependant, un joueur à su tirer son épingle du jeu cette nuit côté orange et bleu : oui, c’est bien Frank Ntilikina, qui a sans doute livré son meilleur match de la saison. 

La série noire continue pour les Knicks. Un fond de jeu inexistant donc, chacun essayant de faire sa petite sauce maison pendant que les quatre autres joueurs présents sur le parquet regardent, tout en espérant un échec afin de ramasser ses miettes. On exagère mais c’est tellement… pauvre… Les ingrédients de base du basket-ball ne sont même pas là, et le chauve à lunettes faisant office de coach sur le banc regarde tout ça le regard vide, sans réagir. Cependant, dans tout ce marasme, notre petit Frankie national a réussi un match abouti, et ce des deux cotés du terrain. Il termine le match avec une ligne de stats plus que complète avec 11 points, 4 passes et 3 contres à 5/7 au tir, avec un don de soi qui devrait inspirer beaucoup de ses coéquipiers. Un match plein avec à la clef, son record de la saison quant au temps de jeu qu’il a passé sur le parquet avec presque 40 minutes. Une fois il joue 18 secondes, une fois, 40 minutes, ne seriez-vous pas une petit peu schizophrène Monsieur Fizdale ? Une chose est sûre, rien ne va plus dans la Grosse Pomme alors… attention à toi David, même s’il parait que tu aurais la bénédiction de tes patrons. Allons bon.

Du côté de Detroit ? La confiance revient petit à petit, et cela malgré les nombreuses absences. Toujours pas de Blake, pas de Reggie – pas grave – ni de Derrick Rose. Soit trois des quatre supposés meilleurs joueurs de l’équipe. Cependant, les Pistons ont réussi à glaner quelques victoires pour arriver aujourd’hui avec un bilan de quatre victoires et cinq défaites après deux semaines de compétition. La clé de cette réussite ? Le petit fils de Joel Embiid, en l’occurrence Andre Drummond, qui a de nouveau écrasé la raquette adverse avec une ligne de statistique impressionnante : 27 points, 12 rebonds et 7 passes à 12/16 au tir. Facile en même temps quand ton adversaire direct du jour s’appelle Bobby Portis. Dédé n’a pas été le seul à rayonner dans une Little Caesar Arena toujours aussi bruyante, puisque… Tony Snell nous a livré une performance rare pour un extérieur : 24 points à 9/9 au tir dont 6/6 à 3 points. Nothing but net. Markieff Morris, qui affrontait son jumeau par la même occasion, complète une ligne de stats bien remplie avec 22 points. Luke Kennard – 12 points, 9 rebonds, 7 passes – a été également important, notamment dans la mise en place des systèmes en attaque et de la gestion du rythme en l’absence de toute espèce de meneur de jeu dans le roster de Dwane Casey.

Pas de grands enseignements à tirer de cette rencontre maitrisée de A à Z par des Pistons plus impliqués, plus entreprenants. Tout simplement plus forts ce soir pour des Knicks toujours plus inquiétants. C’est officiel, ils sont désormais les pires ânes de la Ligue, avec une seule petite victoire en huit rencontres. Le tank conduit par David Fizdale avance à toute vitesse vers le fond du trou ou peut-être même vers le Pôle Emploi pour Fiz. Pathétique. On manque de superlatifs tant la situation des Knicks est désastreuse alors une nouvelle fois, bon courage à Frank et à tous les fans de la franchise. 

knicks stats 7 novembre pistons stats 7 novembre

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top