Knicks

Les Knicks tapent les Pistons à domicile : R.J. Barrett trois crans au-dessus, Killian Hayes intéressant, Evan Fournier continue sa chute

R.J. Barrett

Vrai regard de Jordan Poole ça.

Source image : NBA League Pass

Dans leur quête de succès pour prouver qu’ils sont plus qu’« une équipe moyenne de la Conférence Est », les Knicks viennent de faire mouche. Victoire sereine sur des Pistons déphasés, rien de très glorieux jusque-là, et des individualités qui ont fait le plein de confiance avant la suite. C’était là le très important.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

Pour exister dans la course aux Playoffs, les Knicks avaient besoin d’un leader. Qu’une gueule s’extirpe de la masse et prenne les responsabilités que d’antan Julius Randle prenait, désormais hors de portée de l’ailier-fort. Bingo : au sortir de deux matchs moyens, R.J. Barrett vient de caler son meilleur scoring du début de saison avec 30 points à 10/17 au tir et 7/8 aux lancers, 5 rebonds et 5 assists. Le 3e choix de la Draft 2019 tape enfin là où on l’attendait à l’orée de cette saison 2022-23 – sa quatrième en NBA – qui doit faire office de confirmation. Par « confirmation », on entend davantage « progression » avec de bons résultats collectifs et un scoring, allez… au-dessus des 22/23 points de moyenne ? Pourquoi ne pas directement écrire « progression » du coup ? Parce qu’on avait déjà écrit « confirmation » et que dans la vie il ne faut jamais regarder derrière soi.

Une maxime qu’a récemment compris Killian Hayes, auteur de sa deuxième performance consécutive à plus de 10 points. Dit comme ça c’est pas fou et un peu « le Français est satisfait d’un rien », mais il revient de tellement loin qu’on signe tout de suite pour une feuille de match à 11 points à 4/12 au tir, 6 rebonds, 7 passes, 4 interceptions et « +6 » de plus/minus en… 34 minutes de jeu. Il est du pays, on adore Killian, mais Dwane Casey a complété pété les plombs. Que Cade Cunningham soit indisponible pour la rencontre, d’accord. Que Cory Joseph commettre trois fautes en 71 secondes de jeu, c’est un argument valable pour donner davantage de temps de jeu à Kiki. Mais 34 minutes ? Immense bras d’honneur à un paquet de joueurs qui n’ont pas eu autant de cartouches pour s’imposer en NBA. Pas de quoi en faire tout un savon hein, mais la confiance est vraiment dans le bon camp. Ce serait trop bête de ne pas en profiter.

On retourne dans le camp Knicks pour saluer la prestation de Jalen Brunson : 26 points à 50% au tir, 7 assists et 4 interceptions. Grosse dimension, quasi « All-Starisable », mais dimension qu’il ne doit plus quitter de la saison. S’il a signé pour 104 millions de dollars sur quatre ans, ce n’est pas pour balancer à 29% du parking comme il le fait depuis la mi-octobre. Il lui faut sortir de son petit confort de lieutenant et prendre les rênes de l’équipe. Plus facile à écrire qu’à faire, on vous l’accorde. Les Knicks – désormais 7e de l’Est avec six victoires pour autant de défaites – comptent sur lui et R.J. Barrett pour réitérer dimanche soir à l’occasion de la réception du Thunder (5-7). Belle possibilité d’enchaîner contre une équipe censée engranger les défaites pour des raisons Wembanyamesques, et qui se retrouve à taper les Raptors de 20 points. Va pas falloir trop bien jouer au Garden.

Evan Fournier ? Dure, très dure soirée pour le Français, poussé en fond de rotation, qui n’a joué que 12 minutes pour seulement 3 points et un vilain 0/5 au tir. Pas vraiment d’horizon qui se dégage pour lui et son contrat à 18 millions de dollars la saison jusqu’à l’été 2024. On peut espérer un trade, mais Vavane n’est même plus perçu comme un joueur qui fait gagner son équipe. Les Knicks ont développé son côté « sharpshooter de reconstruction » un peu toxique, qui prend l’eau en défense et patiente dans le corner en attaque. Eh, il tient bien le ballon hein. Puisse les autres GM s’en souvenir et/ou regarder de temps en temps le basket FIBA.

On ferme boutique : les Knicks récupèrent un succès importantissime dans leur quête de Top 10, les Pistons tankent et donnent des minutes aux « autres » silhouettes du Process, Jaden Ivey – trop maladroit – a montré de belles choses en défense, Killian retrouve un peu de confiance. Tout le monde (ou presque) kilécontent. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top