One-on-One

Le leadership de Kyrie Irving sera scruté cette saison : après l’épisode Boston, Uncle Drew doit fermer des bouches

À toi de jouer Kyrie.

Source image : YouTube

Arrivé à Brooklyn lors de la Free Agency après une fin en queue de poisson du côté de Boston, Kyrie Irving avait besoin d’un nouveau départ. Pour cela, il est rentré à la maison, lui qui a grandi en tant que fan des Nets du côté du New Jersey. Sous le maillot de sa nouvelle équipe, Uncle Drew va tenter de fermer quelques bouches, notamment concernant son leadership.

« En tant que leader, j’ai échoué. » Lors du Media Day des Nets il y a quelques jours, Kyrie Irving n’a pas hésité à prendre ses responsabilités par rapport à la saison ratée des Celtics l’an passé. Uncle Drew a donné ses raisons, sans se chercher d’excuses, pour expliquer cet échec en tant que numéro un de l’équipe, mettant notamment en avant la mort de son grand-père qui aurait radicalement changé son comportement au sein du groupe. Renfermé sur lui-même, détaché de ses coéquipiers, parfois critique envers ces derniers, Kyrie a souvent été pointé du doigt par les observateurs et les fans, surtout après avoir fait marche arrière par rapport à son envie de rester à Boston pour les années à venir. On sait comment l’histoire s’est terminée, avec une élimination très décevante en demi-finale de Conférence Est face aux Bucks, et puis le départ du meneur All-Star vers Brooklyn lors de l’intersaison. Forcément, après un tel scénario, la réputation de Kyrie Irving a pris un coup, en particulier sur le plan du leadership. Quand Uncle Drew a demandé son transfert des Cavaliers à l’été 2017 pour sortir de l’ombre imposante de LeBron James et avoir sa propre équipe, il était prêt à entamer un nouveau challenge de sa carrière. Et ça avait plutôt très bien débuté du côté de Boston, avec notamment une série de 16 victoires consécutives après la terrible blessure de Gordon Hayward lors du premier match de la campagne 2017-18. Mais ensuite, il y a eu ces pépins physiques au genou qui ont obligé Irving à déclarer forfait pour les Playoffs 2018, où les Celtics ont été remarquables sans lui et Hayward. Et derrière le problème, c’est qu’au moment de leur retour, certains ont dû prendre un rôle moins important et cela a provoqué des vraies failles dans le collectif de Brad Stevens. Forcément, quand vous avez un mec comme Terry Rozier qui brille en postseason et qui doit ensuite revenir sur le banc pour jouer le back-up de Kyrie Irving, c’est dur à avaler. C’est donc dans un tel contexte, avec des résultats très irréguliers et un leader comme Uncle Drew qui avait la tête ailleurs, que la saison des Celtics s’est déroulée, pour le résultat qu’on connaît.

Désormais à Brooklyn, dans un environnement familier, Kyrie Irving va devoir prouver qu’il est vraiment capable d’assumer ce rôle de leader. Si la superstar Kevin Durant est arrivée avec lui durant l’intersaison, Uncle Drew sera le numéro un car on ne devrait pas voir KD sous le maillot des Nets cette année à cause de sa rupture du tendon d’Achille. Kyrie sait qu’il doit faire beaucoup mieux que l’an passé, il sait qu’il doit montrer un meilleur exemple et avoir une mentalité différente. Mais surtout, il veut être « plus honnête » avec ses coéquipiers. C’est ce qu’il a déclaré lors du Media Day, et il faudra que ces paroles soient suivies par des actes. En tout cas, Irving sera particulièrement scruté cette saison. Nouvelle équipe, nouveau challenge, mais surtout une réputation à changer. Tout le monde est conscient de l’énorme talent du bonhomme et de son côté killer dans le money time, mais peu sont convaincus par ses capacités à porter une équipe le plus haut possible tout au long d’une saison. Là, le numéro 11 débarque dans une franchise qui a connu une ascension spectaculaire l’année dernière. De 28 victoires, les Nets sont passés à 42 avec une sixième place de l’Est en prime et donc une qualification en Playoffs, la première depuis 2015. L’équipe de Brooklyn a été portée par un collectif très séduisant ainsi qu’un D’Angelo Russell en mode All-Star, qui n’est d’ailleurs pas passé très loin du titre de Most Improved Player. DLo était l’un des chouchous du Barclays Center mais avec les arrivées de Kyrie Irving et Kevin Durant, il se retrouve désormais à San Francisco, lui qui a été envoyé aux Warriors dans le cadre du sign & trade de KD. Si Uncle Drew arrive dans une situation favorable avec une belle équipe en place, des jeunes joueurs prometteurs, ainsi qu’une structure solide du coaching jusqu’au management, attention à la pression qui va avec. Parce que si ça patauge un peu au début, il sera vite critiqué, que ça soit mérité ou pas. Kyrie sera accompagné par d’autres vétérans dans l’équipe, comme son pote DeAndre Jordan par exemple, et ne sera donc pas seul pour aider cette équipe à progresser. Mais il est clairement le plus talentueux et les regards seront donc tournés vers lui.

En clair, Kyrie Irving est devant une belle opportunité, mais une opportunité qui présente aussi des risques. Ceci étant dit, même s’il peut parfois être imprévisible, Uncle Drew semble aujourd’hui se trouver dans une situation qu’il affectionne particulièrement. C’est la première fois dans sa carrière qu’il a pu choisir l’endroit dans lequel il allait jouer au basket. Il n’a pas choisi d’être sélectionné par Cleveland à la Draft. Il n’a pas choisi d’évoluer aux côtés de LeBron James, ou de se faire transférer à Boston. Cet été, Kyrie était agent libre et a opté pour Brooklyn. Il connaît l’endroit, c’est l’équipe qu’il supportait durant sa jeunesse, il a des membres de sa famille là-bas, et il se retrouve avec ses potes Kevin Durant et DeAndre Jordan, le tout dans une franchise familiale qui possède un très beau projet. Dans ses interviews, on voit qu’Irving est très excité par ce nouveau chapitre de sa carrière. Alors évidemment, c’est tout frais et à cette période de l’année, les grandes déclarations sont à la mode. Ça serait inquiétant si Kyrie n’était pas excité par son arrivée aux Nets. Mais on sent un joueur plus apaisé, plus libéré, plus serein, et donc plus enclin à prendre ce rôle difficile de leader. Selon le principal intéressé, pour y arriver, il doit avant tout rester fidèle à lui-même, en montrant l’exemple à travers son jeu et son intensité.

« Pour moi, je dois tout simplement être moi-même. Je dois juste prendre du plaisir en jouant au jeu que j’aime, et les autres gars suivront. Le fait que je joue avec beaucoup d’intensité, […] ça monte le niveau de jeu global à l’entraînement, et tout le monde suit. Vous voulez être ce type d’exemple, où ce n’est pas forcément votre voix mais votre présence qui parle. »

– Kyrie Irving lors du Media Day via YES Network.

Beaucoup critiqué dans la débâcle des Celtics l’an passé, Kyrie Irving nous doit une revanche. Son leadership sera forcément scruté, mais c’est désormais à lui de montrer qu’il a les épaules pour tirer le meilleur de ses coéquipiers, et par la même occasion aider Brooklyn à franchir un cap supplémentaire dans son ascension au sein de la Conférence Est. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top