Equipe de France

L’Équipe de France s’impose 78-74 face à l’Allemagne : match globalement maîtrisé, mais le globalement nous a fait transpirer

Il ne fallait pas se louper, et ils ne se sont pas loupés, même si je, tu, il, nous vous ils ne faisions pas les fiers en fin de dernier quart. Mission accomplie avec cette première win, place désormais au mode on se rassure face à deux équipes jugées plus faibles. Et encore merci pour les sueurs froides les gars.

Si l’on devait comparer des montagnes russes avec ce match des Bleus ? Disons que les montagnes russes ressembleraient au Plat Pays. Incroyable d’intensité en défense et d’adresse en attaque en début de match, l’Équipe de France menait ainsi rapidement 21-4 grâce à un Amath M’Baye superstar, un Frank Ntilikina en mode Stephen Curry et une défense très solide qui poussait les Allemands à un terrible 1/17 au tir, disons qu’on les a connu plus adroits en temps de guerre. Une démonstration donc, et un match rondement mené jusqu’à un premier trou d’air, un 13-0 qui ramènera les Teutons dans le game, montagnes russes on vous dit. Jusque-là on a droit à un Batum leader en défense, à un M’Baye qui sort le match de sa vie, et si en face Daniel Theis commence à chauffer, l’écart reste français, au tableau d’affichage comme dans l’impression laissée sur le terrain. Seul Nando De Colo semble ailleurs, multipliant les mauvais choix en attaque, paraît que ça arrive même aux meilleurs. La mi-temps sera atteinte sur le score de 36-20 après un nouveau run bleu, et on se dit alors – pour la troisième fois – que ces Allemands ne vont clairement pas nous gâcher le dimanche.

Trente points encaissés plus tard (en dix minutes), on a donc encore changé d’avis, Theis a postérisé Poirier après avoir fait de même avec Boris Diaw il y a deux ans, mais cette fois-ci pas de Lauvergne pour lui rendre la parole (la boîte à souvenirs marche encore, merci pour elle), mais plutôt un Evan Fournier qui confirme une fois de plus qu’il est bel et bien le leader offensif des Bleus. Un Vavane qui défend également le fer avec ses potos Batoume et Gobaire, et les Français gardent cette avance confortable, si bien que l’on se dit – pour la quatrième fois – que ces Allemands ne vont clairement pas nous gâcher le dimanche. Sauf que Nando se transforme en nandou (faut connaître), que Johannes Voigtmann nous rappelle que son prénom pue le basket, et voilà les Allemands revenus à deux tous petits points, avant que MONSIEUR Evan Fournier ne tue le match d’un one-leg fadeway digne de qui vous savez, rajoutant l’art à la manière pour donner la victoire aux joueurs de Vincent Collet. Ne manquait plus qu’une binouze pour fêter ça et Vavane faisait la plus belle nique possible aux Allemands, lui terminera son match avec 26 points et 10 rebonds, pas mal Blake Griffin.

A l’arrivée les Bleus l’emportent 78-74 non sans avoir souffert, souffrance qu’ils auraient pu s’éviter mais que voulez-vous, à vaincre sans péril bah vous connaissez la suite. La suite d’ailleurs, c’est un match face à la Jordanie mardi, et ça devrait être un peu plus tranquille. Enfin y’a intérêt, sinon on va se fâcher.

stats allemagne stats France

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top