Pacers

Victor Oladipo voit grand pour les Pacers cette année : la Conférence Est a bien changé et Indy se prend à rêver

Pacers oladipo

« C’est bon ? Ils sont partis ? On peut y aller maintenant ? »

Source image : NBA league pass

Blessé au genou la saison dernière, Victor Oladipo a eu le temps de se creuser l’appétit et veut revenir en force en 2019-20. On sait qu’il ne faut pas les sous-estimer et le franchise player a confirmé tout ça en estimant qu’il y avait une place réservée pour les Pacers dans la Top 8 de la Conférence Est la saison prochaine.

L’année dernière, les Pacers ont réalisé une superbe régulière. Avec Vicky en chef de meute en première partie de saison et malgré sa blessure en plein milieu du mois de janvier, ils ont déjoué les pronostics pour terminer quatrièmes de Conf’ avec un bilan de 48 victoires pour 34 défaites. Mais arrivés en Playoffs, ça a été une toute autre histoire pour la franchise de l’Indiana. À court d’armes offensives contre Boston (moins de 100 points marqués dans trois matchs sur quatre), les Pacers se sont fait sweeper dès le premier tour. Mais pendant la Free Agency, on peut dire que Kevin Pritchard (le general manager d’Indiana) a gribouillé son chéquier dans tous les sens. Par exemple, l’arrivée de Malcolm Brogdon en provenance de Milwaukee, ce qui semble beaucoup plaire à Vic au micro de J. Michael de l’IndyStar.

« J’étais excité à l’idée de jouer avec Brogdon. Je sais quel genre de joueur il est et le niveau auquel il joue notamment lorsqu’il était à Milwaukee. L’avoir comme coéquipier, c’est une grosse addition pour nous. »

Il remplacera Darren Collison, qui a soudainement décidé de mettre fin à sa carrière, à seulement 31 ans. Corey Joseph, le back-up de Collison, est également parti mais il a été remplacé par la (très) bonne signature de T.J. McConnell. Donc le poste de meneur a été complètement remanié. Pour ce qui est du backcourt encore, Jeremy Lamb s’est également joint au projet des Pacers. En attendant le retour du franchise player, il sera associé à Brogdon sur la ligne extérieure puis prendra le rôle de sixième homme quand la mobylette aura le feu vert pour revenir sur les parquets. Aux postes d’ailier et d’ailier-fort, les Pacers ont dû digérer les départs de Wesley Matthews (Bucks), Tyreke Evans (suspendu deux ans par la Ligue pour transgression du règlement anti-drogue), Bojan Bogdanovic (Jazz) et Thaddeus Young (Bulls), quatre joueurs importants dont deux étaient titulaires. C’est donc logiquement que Demantas Sabonis devrait intégrer le 5 majeur et former une superbe raquette avec Myles Turner. Pour le poste 3, l’arrivée de T.J. Warren (Suns) vient solidifier encore un peu plus la défense d’Indiana pour la saison prochaine. Mais pas que. Depuis 2017, l’ancien ailier de Phoenix a pris une part importante dans le scoring de sa franchise (18,8 points de moyenne sur les deux dernières saisons). Alors préparez-vous, parce qu’avec Warren, Sabonis et Turner, ça va envoyer du poster. Si on devait faire un cinq majeur pour Indiana, il y aurait alors :

  • Malcolm Brogdon (15,6 points de moyenne)*
  • Victor Oladipo (18,8 points de moyenne)*
  • T.J. Warren (18 points de moyenne)*
  • Domantas Sabonis (14,1 points et 9,3 rebonds de moyenne)*
  • Myles Turner (13,3 points, 7,2 rebonds et 2,7 contres de moyenne)*

* Stats sur la saison 2018-19.

Avec les Celtics qui ont dit au revoir à Kyrie Irving et Al Horford et Toronto qui a énormément perdu dans la signature de Kawhi Leonard chez les Clippers, ce sont déjà deux contenders qui ont pris un coup au roster. À part Milwaukee et Philadelphie qui semblent s’être renforcés, la Conférence Est n’a jamais été aussi ouverte pour les Pacers. De plus, les hommes de Nate McMillan sont relativement jeunes ont été choisis par le coach pour que le jeu d’Indiana soit rapide. Quoiqu’il en soit, le chef du terrain est heureux de l’été que vient de passer sa franchise, tout comme son entraîneur.

« Nous avons fait d’excellents ajouts et je pense que nous avons une chance de faire quelque chose de vraiment spécial. La Ligue est très ouverte. Nous avons beaucoup de gars qui peuvent faire des choses avec le ballon. Pas seulement moi. Je ne pense pas qu’on ait déjà eu ça avant. Ça va être beaucoup d’opportunités pour les gars d’y aller et de faire bouger les choses. »

Pendant l’interview, Victor n’a pas souhaité répondre aux questions sur sa blessure au genou. Mais pour la première fois depuis longtemps, Indiana semble avoir enfin les armes pour aller chasser le gibier de Milwaukee. Si l’ambition d’Oladipo est si grande, c’est parce que c’est cette année que le projet des Pacers doit aboutir. Et on doit bien avouer qu’on serait contents de les retrouver en finales de Conf’, pour la première fois depuis Paul George en 2013.

Source texte : IndyStar

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top