Spurs

Officiel : DeMarre Carroll fait sa valise pour San Antonio, changement de ville mais pas de couleurs

DeMarre Carroll

Texaroïde expérience.

Source image : YouTube

Contrastant avec les gros poissons signés sur la côte Atlantique, San Antonio réalise un mouvement discret mais intelligent avec la signature de l’ailier-fort aux dreadlocks. L’ex-joueur des Nets s’engage pour deux ans et 13 millions et ira évoluer sous les ordre de Pop pour apporter de la dynamite en sortie de banc. Auteur d’une saison 2018-19 moyenne avec Brooklyn, il reste tout de même intéressant notamment pour sa capacité à prendre feu certains soirs (huit pointes à plus de 20 points sur la régulière).

Derrière l’indécrottable LaMarcus Aldridge, les Spurs cherchaient un forward capable de tenir la baraque. DMC (non, pas le numéro 0 qui cherche une mid-level chez les Lakers) devra néanmoins batailler pour gagner sa place avec Davis Bertans qui, malgré des statistiques légèrement inférieures (11,1 points de moyenne pour DeMarre contre 8 pour le Letton), affiche des pourcentages au tir bien plus attirants (45 % contre 39,5 % mais surtout 42,9 contre 34,9% from downtown). Pas la peine de faire un dessin, dans une ligue où le spacing est roi, avoir un remplaçant au poste 4 capable de sanctionner de loin n’est pas un luxe. Aller, à l’actif de DeMarre, on peut noter que la saison 2018-19 est en dessous de ses moyennes en carrière au tir et qu’il y a donc moyen d’espérer mieux.

Quoi qu’il en soit, et au-delà des statistiques, c’est dans l’énergie, la présence et plus largement sur le terrain qu’on observera vraiment l’apport de Carroll. Il apparaît comme une bonne solution en sortie de banc d’autant plus que sous les ordres du grand maître Popovich, on a vu plus d’un joueur se métamorphoser. On peut donc être optimiste pour le futur de l’ex-New-Yorkais, qui saura certainement s’intégrer dans le système texan. Côté Spurs, on peut se satisfaire d’une signature bon marché qui a le mérite de consolider un effectif complet rempli de soldats prêts à perdre au premier tour des Playoffs pour une millième campagne de régulière à plus de quarante-cinq victoires.

La free-agency nous a étouffé de signatures grandioses et/ou excessivement chères mais il faut saluer les mouvements plus discrets et parfois (souvent) plus malins. Les Spurs, dont le salary cap est déjà bien rempli, parient sur la continuité avec des recrutements qui ne payent pas forcément de mine mais consolident l’identité collective et d’exécution texane. On compte désormais sur DeMarre pour apporter de l’énergie dans le périmètre et, pourquoi pas, lâcher quelques bombes du parking.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top