Playoffs NBA

Preview Warriors – Blazers, le duel des ailiers-forts : Draymond Green vs Al-Farouq Aminu, vous avez dit déséquilibré ?

Draymond Green Al-Farouq Aminu

Et si c’était la clef de cette série ?

Source image : montage TrashTalk via NBA League Pass

Quatrième épisode de notre série de previews poste par poste à l’aube d’une Finale de Conférence Ouest tout aussi surprenante qu’excitante entre Warriors et Blazers. L’heure du duel a sonné ! Place désormais à la bataille des ailiers-forts entre Draymond Green et Al-Farouq Aminu qui, si elle n’est pas la plus sexy ni la plus équilibrée sur le papier, pourrait tout de même s’avérer être l’une des clefs les plus importantes de la série. 

Un duel pas forcément des plus glamours, un duel dont le vainqueur semble évident, mais un duel qui n’en est pas moins important. Un pur joueur d’un côté, un pur soldat de l’autre, mais surtout deux gros guerriers toujours là pour mouiller le maillot et mettre les leurs en position de gagner. Allez, on attaque la présentation de ce face-à-face.

# Draymond Green

La postseason de l’ancien défenseur de l’année jusqu’à présent ? Excellente. Si Draymond Green sortait d’une saison régulière plus que terne où il nous a sorti ses moyennes les plus faibles depuis sa saison sophomore (7,4 points, 7,3 rebonds et 6,9 passes décisives), force est de constater qu’il a plus qu’élevé son niveau de jeu lorsqu’il a senti l’odeur des Playoffs arriver. Le cœur et les cojones des Warriors sont bien de retour depuis le 13 avril, et ça, ce n’est jamais bon signe pour la concurrence. Les premières victimes de ce retour ? Les Clippers. En envoyant 12 points, 7,8 rebonds et 7,8 assists de moyenne face aux hommes de Doc Rivers, l’ancien Spartan a tout simplement évolué à un niveau supérieur. On le sait, quand l’aboyeur de la baie d’Oakland joue comme ça, son équipe devient imprenable. Les Clippers éliminés, Draymond Green n’a pas pour autant baissé le pied face à P.J. Tucker et les Rockets. Bien au contraire, l’ailier-fort de Golden State a encore step-up pour nous sortir une série à 13,2 points, 10,7 rebonds et 8,2 passes décisives de moyenne. Fort, très fort, surtout lorsque l’on sait que ces statistiques ne mesurent pas tout l’impact que peut avoir le chien de garde des Dubs sur le parquet. Hustle, défense, agressivité, tout était là également. C’est bien simple, Dray est monstrueux. Hormis son pourcentage à 3-points en berne (20% sur l’ensemble des deux séries), on ne peut donc rien reprocher au produit de Michigan State. L’adversaire est prévenu, en l’espace de deux séries, Draymond Green est redevenu le Draymond Green complètement dingue à regarder jouer et quoiqu’on lui impose comme adverse en face, il ne semble pas prêt à s’arrêter. Autrement dit, il faudra surveiller son entrejambe.

Ses stats face aux Blazers cette saison : 

  • 23/11/18 : DNP ( Warriors 125 – 97 Blazers)
  • 27/12/18 : 15 points à 7/15 au tir, 11 rebonds et 7 assists en 41 minutes (Warriors 109 – 110 Blazers)
  • 29/12/18 : 3 points à 1/6 au tir, 9 rebonds et 6 assists en 34 minutes (Blazers 105 – 115 Warriors)
  • 13/02/19 : 9 points à 4/7 au tir, 5 rebonds et 7 assists en 32 minutes (Blazers 129 – 107 Warriors)

# Al-Farouq Aminu

Ce n’est sûrement pas le joueur dont on attend le plus dans cette série entre Warriors et Blazers, mais l’ancien de Charlotte sort d’une bonne saison sous le maillot des Blazers. Ses moyennes en points, rebonds et passes cette saison ? Toutes au-dessus de ses moyennes en carrière (9,4 pions, 7,5 prises et 1,3 assist cette saison contre 7,7 points, 6,1 rebonds et 1,2 passe en carrière). En effet, l’ancien de Wake Forest a su s’imposer comme un élément clef de la réussite des Blazers cette saison et a pris encore un peu plus d’importance au sein de l’effectif après la malheureuse blessure de Jusuf Nurkic peu avant le début des Playoffs. Si ses statistiques lors de cette postseason (8,7 points, 6,8 rebonds et 1,3 assist) ont un peu baissé par rapport à ce qu’il a produit tout au long de la saison régulière, AFA a cependant été précieux à plusieurs reprises, notamment lors du Game 4 face au Thunder où il avait compilé 19 points et 9 rebonds en 30 minutes, de quoi offrir une précieuse victoire aux siens à l’extérieur. S’il est loin d’être la première option offensive de son équipe, le natif d’Atlanta ne rechigne cependant jamais à effectuer ses tâches défensives, et ça, Portland en aura bien besoin face à l’armada des Warriors. Défendre dur, s’imposer au rebond et rentrer des tirs quand son équipe en a besoin, voilà ce dont la Blazers Nation attend de son ailier-fort. S’il reste bien évidemment un joueur moins influent que Draymond Green, le niveau d’Aminu pourrait bien être déterminant quand même, d’autant plus qu’il ne faut pas oublier que celui-ci ne sera pas laissé seul au charbon sur l’ancien DPOY. Une grosse défense sur l’aboyeur des Dubs et quelques points bien sentis avant de laisser Zach Collins faire courir DrayDray, et la bataille des ailiers-forts pourrait ne pas être si déséquilibrée que ça.

Ses stats face aux Warriors cette saison : 

  • 23/11/18 : 12 points à 4/7 au tir et 7 rebonds en 27 minutes ( Warriors 125 – 97 Blazers)
  • 27/12/18 : 7 points à 3/13 au tir, 12 rebonds et 3 assists en 35 minutes (Warriors 109 – 110 Blazers)
  • 29/12/18 : 9 points à 3/8 au tir, 7 rebonds et 2 assists en 27 minutes (Blazers 105 – 115 Warriors)
  • 13/02/19 : 12 points à 3/7 au tir, 7 rebonds et 4 assists en 22 minutes (Blazers 129 – 107 Warriors)

DU COUP, AVANTAGE QUI ?

L’avantage est pour Draymond évidemment. Le joueur des Warriors est revenu à son meilleur niveau, à un niveau où peu de monde semble en mesure de l’arrêter et lui poser des problèmes. Plus d’expérience, une contribution et un rôle plus importants tout simplement, Dray semble en mesure de dominer son vis-à-vis. Mais on l’a vu tout au long de ces Playoffs, les joueurs de Portland ne lâchent rien et se donnent toujours à 1 000%, et Al-Farouq Aminu ne dérogera pas à la règle lors de ces FDC. Si l’ailier-fort des Blazers arrive à élever légèrement son niveau de jeu en attaque et qu’il imprime une pression défensive sans relâche, il pourrait poser quelques soucis à son homologue. Si ce n’est pas le cas, Dray sera en mesure de dérouler son basket et les Warriors seront très difficiles à accrocher. L’ailier-fort des Blazers sait donc ce qu’il lui reste à faire.

N’y comptez pas, ce duel sera loin d’être aussi sexy que ceux qui opposent Stephen Curry et Damian Lillard ou Klay Thompson et C.J McCollum. Si Draymond Green a tout ce qu’il faut pour dominer cette match-up et donner un avantage conséquent aux siens, il ne faudrait tout de même pas sous-estimer tout le cœur qu’Al-Farouq Aminu mettra dans cette bataille. Messieurs, battez- vous.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top