Wizards

Jeff Green se verrait bien rester à Washington : il a été convaincu par… le projet ?

Tonton se sent bien à la maison.

Source image : NBA League Pass

Bon, trêve de bêtises, il est temps de repasser aux choses sérieuses. Après toute cette agitation autour du buzzer-beater de Damian Lillard, vous étiez sans doute beaucoup à vous demander ce qu’il en était de la prolongation de contrat de Jeff Green aux Wizards. Ne bougez pas, ça arrive de suite.

Tout d’abord, pour remettre le contexte, on ne va pas se mentir, c’est le bordel à Washington. La franchise de la capitale fédérale sort à nouveau d’une saison extrêmement décevante, ponctuée par une très médiocre onzième place à l’Est et un bilan de 32 victoires pour 50 défaites. A la veille de l’intersaison, on est un peu dans le flou artistique chez les Wizards : Scott Brooks est toujours aussi contesté, John Wall est out pour un bon paquet de mois, Bradley Beal doit en avoir salement marre de perdre, Dwight Howard est un joueur de basket à temps partiel… Bref, vous avez capté, ça ne respire vraiment pas l’optimisme, et il va falloir se bouger le popotin asap au sein du board des Wiz’ et tenter d’enfin avoir une direction viable pour tout ce petit monde. Visiblement, on n’a pas perdu de temps pour se positionner sur certains dossiers chauds niveau contractuel, avec la prolongation a priori imminente de la bonne surprise de la saison côté D.C., on a nommé Thomas « Better than Kobe » Bryant. Ok, tout ça c’est bien beau, mais on n’oublierait pas quelqu’un par hasard ?

Mais oui, il s’agit du journeyman préféré de votre journeyman préféré. Malgré tout ce marasme ambiant, Jeff Green est lui aussi bien, bien chaud pour continuer l’aventure aux Wizards. Sans doute le genre de gars qui signe le bail d’un appartement sans même le visiter, et dans le cas présent, il y a tout à retaper, ou presque. Mais no panic, Jeff n’est pas difficile, et ce qu’il cherche par dessus tout désormais, c’est la stabilité. Oui, ça fait un peu bizarre à dire pour un gus qui a déjà connu sept franchises depuis son arrivée dans la Ligue en 2007, dont six au cours des cinq dernières saisons. Uncle Jeff a signé pour le minimum vétéran chez les Wiz’ l’été dernier, mais ce qui le motive dans tous les cas, ce n’est pas l’argent. Quant au projet sportif, comme on vous l’a dit, c’est mystère et boule de gomme. Mais peu importe, car on parle ici d’un enfant du secteur, qui a fait ses gammes pas très loin de la Capital One Arena, à l’université du Maryland. La valeur affective l’emporte, et l’opportunité pourrait être intéressante pour Washington aussi. Car, mine de rien, Green a plutôt fait le taf cette saison. En 77 matchs disputés, dont 44 en tant que titulaire, il compile 12,3 points et 4 rebonds à 47,5% au tir, le tout en à peine plus de 27 minutes. Ce n’est pas si deg, en tout cas assez honorable sans doute pour au moins faire réfléchir la franchise. Du côté du joueur, en revanche, la décision semble déjà toute prise.

« J’adorerais revenir l’an prochain. Cette équipe a un très bon groupe. J’adore jouer avec Brad [Beal], avec John [Wall]. Jouer devant ma famille chaque soir était génial. Ça m’a permis de voir mes filles plus que juste quelques fois dans l’année, ce qui était génial pour moi. »

Malgré le contexte sportif loin d’être idéal, on lui souhaite donc que sa prolongation aboutisse, tant Jeff Green s’est affirmé au fil des années comme un personnage attachant de la Ligue. Pour relativiser, on sait que, que ce soit à D.C. ou ailleurs, il saura toujours retrouver un point de chute.

Source texte : NBC Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top