Blazers

Playoffs 2019 à Portland : le plein de revanche pour les Trail Blazers ?

Blazers

Frère, à quand le Dame Time en Finales de Conférence ?

Source : Oregon Live

Comme souvent dans l’Oregon, on se prépare à entamer une nouvelle campagne de Playoffs et comme souvent, on y croise fort les doigts pour passer le premier tour afin de s’affirmer comme l’une des meilleures équipes de la Conférence Ouest sur les dernières saisons. Manque de bol, les Blazers vont se coltiner le Thunder dès le début et certains observateurs ne donnent pas cher de la peau de Portland. Et pourtant, malgré les galères, les déroutes, les matchups hardcore qui les attendent, les coéquipiers de Damian Lillard ont toutes les raisons pour être remontés comme jaja et créer la sensation.

26 mars 2019, Jusuf Nurkic se retrouve avec le tibia en Y et décide d’installer la clim dans tout le Moda Center. L’image est terrible et on se dit alors que la saison des Blazers, jusque-là très réussie, vient peut-être de basculer avec la perte d’un pivot titulaire dans une grande forme. La course pour un spot dans le top 4 de la Conférence Ouest faisait rage et on se demandait comment Portland allait gérer sans Nurkic et avec un CJ McCollum diminué. Très bien finalement, puisque les hommes de Terry Stotts se sont servis de ce coup du sort pour se resserrer et s’appuyer sur leur collectif bien huilé, leur offrant ainsi la dernière place du podium, comme l’an dernier, coiffant James Harden à la barbudo et au poteau. Respect. Gros respect même pour ce groupe souvent présenté comme un groupe payé une blinde chaque année, intransférable et rarement à la hauteur de l’investissement dans les grands moments. On pense évidemment au sweep retentissant infligé par les Pelicans l’an dernier, sweep qui a failli coûter la place à de nombreux joueurs ou membres du staff de Portland. Mais tous ont été reconduits cette année pour claquer encore une grosse saison régulière et apparemment, ils ont la dalle, Enes Kanter en tête de liste. Le Turc est l’une des meilleures pioches de la saison sur le marché des transferts et tout ça grâce aux Knicks. Énormément frustré par son rôle (si on peut appeler ça un rôle) du côté de la Big Apple, Kanter n’en pouvait plus de se curer le nez tous les soirs en regardant des gamins jouer au panier-ballon et n’a probablement pas réfléchi longtemps pour déménager à l’exact opposé du continent américain. La blessure de Nurkic est une sale poisse mais elle a permis au Stache Bro d’être lancé très vite dans le grand bain et d’assumer un rôle qu’il connaît peu depuis le début de sa carrière, celui de titulaire. Trop longtemps sevré de kebabs, Enes fait un bien fou aux Blazers soir après soir et semble pleinement s’épanouir sur les parquets. Sur les dix derniers matchs, l’ancien d’OKC tourne à 17,4 points et 11,2 rebonds, participant grandement à la conquête de la troisième place.

Sweep des Warriors en 2017, sweep des Pelicans en 2018, sweep du Thunder sur la régulière, sweep par-ci, sweep par-là. Les Blazers en ont marre et nous aussi, on en a marre d’écrire autant sweep dans une même phrase. Les récentes déclarations du vestiaire ont montré que l’ego est touché, notamment celles du leader de toujours en la personne de Damian Lillard. Le meneur emblématique de Portland avait annoncé après la blessure de Jusuf que le groupe ne se comportera pas en victime et qu’il fallait tout faire pour aller le plus loin possible. Jusque-là, on est pas mal mais il ne s’est pas arrêté là en se lançant dans une petite bataille médiatique avec Russell Westbrook, histoire de lancer proprement les Playoffs. Le premier match de la série s’annonce très bouillant dans un Moda Center qui comme souvent sera déchaîné et jouera son rôle à la perfection, car lui aussi veut sa revanche. Toute la ville de Portland va débarquer ce dimanche 14 avril 2019 avec une hallebarde entre les dents, rien à péter de la reprise de Game of Thrones, les Blazers veulent s’imposer comme Jon Snow s’est imposé dans le lit de sa tante. Même si la série venait à être perdue, le contenu doit être irréprochable pour que le projet des dernières saisons ait du sens, pour que Lillard et Portland ne soient plus autant sous-estimés. Mais pour l’instant, ce rôle d’outsider sera peut-être profitable à cette équipe qui aime tant surprendre. Qui voyait Portland finir troisième l’an dernier ? Finir troisième à nouveau cette année ? Prendre une sale fessée par New Orleans ? On n’a jamais dit qu’ils surprenaient toujours dans le bon sens.

Portland a toutes les bonnes raisons de se transformer lors de ces Playoffs, la blessure d’un joueur majeur pouvant être une grosse source de motivation, tout comme le sentiment d’être constamment pris à la légère. Attention à ces Blazers qui semblent être encore plus dangereux qu’un Giovanni privé de raclette tout un hiver. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top