Bulls

Officiel : Carmelo Anthony transféré à Chicago, immédiatement coupé le marathon de Melo continue

Carmelo Anthony
Source : knowyourmeme.com

Ce n’était qu’une question de timing, et il a été validé le soir du MLK Day. Loin des Rockets depuis plusieurs semaines, Carmelo Anthony a été transféré à Chicago mais les Bulls ne le verront jamais jouer avec leur maillot.

Que les fans du joueur se planquent, car les heures sont sacrément sombres en ce moment dans le camp de Melo. On connaît la story depuis quelques mois, d’abord transféré à OKC l’ailier avait ensuite été envoyé à Atlanta, avant d’être libéré contractuellement pour aller où bon lui semble. Houston semblait alors, dans la tête du joueur, une chouette option pour se relancer aux côtés de son pote Chris Paul, sauf que les Rockets se sont vite rendus compte que le fit n’était pas très bon. Le 8 novembre dernier, le pont était brûlé entre Melo et Houston, forçant le vétéran à devoir rester patient. Car oui, forcément, lorsque votre franchise ne veut plus vous utiliser et vous souhaitez jouer ailleurs, ce n’est pas open bar. Il faut soit prendre part à un buy-out, soit être transféré. Et en quête de partenaire de trade, le management des Rockets est resté patient, jusqu’à obtenir la situation souhaitée. En effet, comme nous en parlions dernièrement, Kenneth Faried était pressenti dans le Texas mais il fallait libérer de la place dans le vestiaire pour que le deal soit autorisé. Après avoir donc mis fin au deal de 10 jours signé par James Nunally, Houston a serré la poigne des Bulls et a pu acter officiellement le transfert de Carmelo Anthony. C’est avec un peu de cash que l’ailier va faire ses valises vers Chicago, mais il n’y a que les billets verts qui resteront dans l’Illinois puisque les deux camps se sont mis d’accord sur le fait qu’il n’y aurait pas d’intégration dans l’équipe de Zach LaVine et compagnie. Dommage, on aurait pu voir Melo et Jabari Parker dans la même team.

Aujourd’hui, le plan d’attaque est donc connu et les zones d’ombre sont réduites, quel que soit le point d’observation. Côté Rockets, on met enfin un terme au mariage qui aura duré quelques mois avec Melo, et c’est Kenneth Faried qui va gentiment cartonner dans le système de Mike D’Antoni. Côté Anthony, on reste contractuellement dans les books de Chicago, mais l’horloge tourne et les prochaines semaines sont faciles à prévoir. Sauf nouveau transfert, ce qui représenterait environ le 137ème de l’ailier en l’espace d’un an, Carmelo sera libéré à partir du 8 février 2019 (donc lendemain de la trade deadline), ce qui lui donnera la possibilité de regarder quelles équipes sont intéressées par son dossier et où pourrait-il s’éclater un peu. Les Lakers ? Les Knicks ? Châteauroux ? Difficile de savoir quelles franchises voudront miser sur lui après le fiasco de l’épisode Rockets, mais Melo reste Melo sur le CV. Un futur Hall of Famer même si certains ne sont pas d’accord, qui a scoré un paquet de points en carrière et peut toujours servir en sortie de banc pour planter ses shoots ouverts. Le joueur et l’homme devront accepter qu’un spot de titulaire n’est plus possible sauf dans une équipe qui tank, si c’est le cas comme on a pu le voir par séquences à Houston, peut-être qu’une équipe réussira à tirer ce qu’il y a de meilleur d’Anthony : des points, un bandeau, quelques sourires et un paquet de fans. On suivra évidemment le dossier de très près, car on parle pas de Jean-Michel le boucher du coin.

Oklahoma City, Atlanta, Houston, Chicago, et bientôt…? Le grand marathon de Carmelo Anthony continue, une triste fin de carrière pour lui mais la possibilité, prochainement, de tout nettoyer en prenant une bonne décision. Allez, on y croit.

Source : ESPN

5 Commentaires

5 Comments

  1. MelalaMelo

    22 janvier 2019 à 11 h 12 min at 11 h 12 min

    WARRIORS ! WARRIORS ! WARRIORS !

  2. J'avale Maguy (voilà Maguy !)

    22 janvier 2019 à 12 h 04 min at 12 h 04 min

    Quelle triste fin de carrière en effet. Mais en même temps, il faudrait qu’il comprenne qu’il y a un moment où il faut savoir raccrocher. Le type va avoir 35 ans, il n’a jamais été champion NBA, il est en déclin constant depuis 4-5 ans mais il continue de penser qu’il est décisif et que les grosses écuries vont se presser pour le signer.

    Le mieux pour lui et ses gosses serait d’aller prendre un gros paquet de fric en Chine avant de prendre sa retraite, mais manifestement, le gazier est beaucoup trop orgueilleux pour ça.

  3. Dubroca

    22 janvier 2019 à 14 h 28 min at 14 h 28 min

    Bonjour, est-ce que quelqu’un peut m’expliquer l’intêret qu’a eu Chicago de faire ce move ? Et qui paye le salaire en attendant de trouver repreneur ? Merci d’avance.

    • Guatire

      22 janvier 2019 à 21 h 07 min at 21 h 07 min

      Chicago s’en fout de Melo. Il pourrait affecter le tank et la course à Zion. Ils ont coupé Melo mais ils paient toujours son salaire. Si on coupe un joueur on vire juste de l’effectif mais on paie toujours son salaire.

  4. Alceste Poquelin

    22 janvier 2019 à 20 h 56 min at 20 h 56 min

    @Dubroca

    Personne ne va payer son salire en attendant repreneur puisqu’il va en percevoir la totalité maintenant (sauf si les Bulls utilisent la « stretch provison » qui permet d’étaler le salaire sur plusieurs années). C’est le fonctionnement du Buy out. On te « licencie » immédiatement, en échange tu reçois la totalité des salaires que tu aurais du percevoir si tu étais allé au bout de ton contrat.

    Pour les Bulls, l’intérêt est sans doute à moyen terme. Immédiatement, et jusqu’à la fin de saison, ce move n’a aucun intérêt à priori. Par contre, cela leur permet de se débarrasser de joueurs dont ils ne voulaient plus en échange (et qui pourraient avoir des contrats sur 2, 3 ou 4 ans). Cela permet ainsi à Chicago d’avoir, pour cet été, une marge supplémentaire de salaire en dessous du salary cap pour essayer d’attirer de gros agents libres. Cela peut être utile pour descendre en dessous de la luxury tax également (si les Bulls y sont).

    Exemple: Le salary cap est autour des 100M. Si les Bulls ont une masse salariale de 99M et tout tes joueurs seront encore sous contrat cet été. Impossible de faire signer un gros contrat. Melo gagne 15M. Tu le coupes, et cet été tu as donc: 100 – 99 + 15 donc 16M de disponible pour faire signer un joueur, alors que sinon tu en aurais eu seulement 1 (Les chiffres sont faux, c’est juste pour l’exemple).

    Bon je sais pas si c’est très clair et si ça répond à ta question, mais au moins, j’aurais essayé (si tu veux un peu plus de clarté, tu peux regarder la vidéo de TrashTalk lors du « transfert » de Melo d’OKC aux Hawks qui l’ont coupé immédiatement, Bastien et Alex expliquent bien mieux que moi et la situation est à peu près la même).

    https://www.youtube.com/watch?v=U8rRLd-uzqo

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top