Grizzlies

Les Grizzlies veulent régler ce problème de choix de draft avec les Celtics : objectif le refiler au plus vite et assurer la future reconstruction

Chris Wallace Memphis Grizzlies

Eh ouais Chris, le métier de GM, ça ne s’invente pas.

Source image : Youtube

La saison de Memphis, pourtant si prometteuse au début, commence à battre de l’aile, ce qui pousse la direction des Grizzlies à réfléchir sérieusement à une nouvelle année de tanking dans l’optique d’une reconstruction qui leur ferait le plus grand bien. Malheureusement, un fichu problème de tour de Draft avec les Celtics empêche les Grizzlies de commencer le processus.

En janvier 2015, il y a donc déjà trois ans, un trade à trois équipes impliquant Memphis, Boston et New Orleans a lieu : Jeff Green, alors en pleine bourre du côté des Celtics, rejoint les Grizzlies. Les ailiers Tayshaun Prince et Quincy Pondexter font respectivement leurs valises direction Boston et New Orleans. Les guards Russ Smith et Austin Rivers quittent quant à eux la Louisiane, le premier vers le Tennessee, le second vers le Massachusetts (le fiston de Doc se fera d’ailleurs rééchanger dans la foulée et rejoindra alors les Clippers). Dans l’affaire, Memphis reçoit un second tour de Draft des Pelicans mais envoie un futur premier tour de draft du côté de Boston. Vous l’auriez compris donc, ce « futur premier tout de Draft » promis aux Celtics il y a  trois ans est aujourd’hui à l’ordre du jour dans les bureaux du front office des Grizzlies.  Aujourd’hui, les Celtics peuvent profiter d’un effectif pétri de talents candidat au trône à l’Est et, après avoir profité ces dernières années des choix de Draft des Nets, vont tranquillement pouvoir jouir d’un choix de premier tour des Grizzlies. Ah ce Danny Ainge, on peut peinard le nommer capitaine de la Team Nez Fin. Pour rappel, le tour de Draft dont il est question est protégé 1-8 en 2019, puis protégé 1-6 en 2020 avant de perdre toute protection d’ici 2021. Une aubaine pour les Celtics, comme si Danny Ainge avait déjà deviné en 2015 que les Grizzlies allaient être en galère aujourd’hui. Côté Memphis en revanche, on se gratte la tête. On est bon GM ou on ne l’est pas. En tout cas, selon Zach Lowe d’ESPN, la décision que devrait prendre la franchise est simple et le journaliste l’a expliqué dans The Bill Simmons Podcast.

« Je pense que Memphis ferait mieux de régler ce problème en donnant un dixième choix de Draft cette année plutôt que d’attendre que les protections soient plus légères, que Gasol parte ou encore Mike Conley ait encore un an de plus […]. D’après toutes les personnes avec lesquelles j’ai parlé, Memphis préfèrerait en finir maintenant avant que le situation ne se détériore encore »

Assez logique à première vue. En effet, les Grizzlies feraient mieux de faire un petit effort sur le terrain cette saison afin de refiler leur pick à Boston dès la fin de l’année au lieu d’attendre 2021 quand Marc Gasol et Mike Conley Jr. ne seront probablement plus là, ce qui obligera Memphis à entamer une reconstruction sans pouvoir sélectionner de joueur le jour de la Draft. Cette nouvelle vient donc s’opposer aux dernières indiscrétions qui parlaient d’un transfert de Marc Gasol avant la deadline. En effet, les Grizzlies auront peut-être finalement besoin de leur pivot jusqu’à la fin de la saison pour espérer gagner un maximum de matchs afin de pouvoir s’assurer de ne pas figurer dans le top 8 le jour de la Loterie. L’objectif étant donc de se débarrasser une bonne fois pour toutes de cette histoire en payant leurs dettes au plus vite à Boston. Disposant d’un effectif vieillissant et d’un premier tour de Draft en moins, les Grizzlies se retrouvent donc actuellement dans une situation délicate. En plus de leur saison qui se casse la gueule, la franchise va devoir maintenant cravacher pour ne pas trop sombrer au classement. La situation ne va donc pas en s’arrangeant, ce qui paraît difficile d’imaginer un retour au premier plan des Ours d’ici les prochaines années. Leur grande période semble donc terminée, ne restant aujourd’hui que les ruines de cette époque dorée. La mauvaise gestion du duo Robert Pera – Chris Wallace commence donc à avoir raison de la franchise qui se dirige inévitablement vers des années de galère et de reconstruction par le bas. Aujourd’hui, Memphis est avant dernier de l’Ouest avec un bilan de 19 victoires pour 25 défaites, une place qui leur vaudrait possiblement un spot en dehors du top 8 à la prochaine Draft (en effet, Memphis affiche seulement le huitième pire bilan de la Ligue). Allez, encore un petit effort les mecs, histoire de rattraper les conneries de vos supérieurs.

Drôle de situation que celle des Ours actuellement. Il devient désormais urgent de penser à une nouvelle ère pour la franchise. Malheureusement pour les hommes de J.B Bickerstaff, ce renouveau se voit retardé par un fichu trade datant de 2015. Comme quoi, même quand on est bien et que les résultats sont bons, mieux vaut ne pas refiler aveuglément des futurs choix de premiers tours. À bon entendeur.

Source texte : The Bill Simmons Podcast

Les visiteurs ont tapé :

1 Comment

1 Comment

  1. Alceste Poquelin

    18 janvier 2019 à 2 h 47 min at 2 h 47 min

    Danny. T’as l’impression que ses contrats, c’est un pacte avec le Diable. « Profite mon bon ami. Je viendrais chercher ton âme plus tard… »

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top