Pelicans

Preview Pelicans – Rockets : Anthony Davis face à James Harden, le premier à 60 points a gagné

Very Bad Trip

Quand on va checker les stats.

Source image : youtube

Une orgie de points, ça vous dit ? Cette nuit, à 1 heure, les Houston Rockets se ramène dans l’antre des New Orleans Pelicans. En entendant cette affiche, il y a fort à parier que deux noms en particulier se sont bousculés dans votre esprit : Anthony Davis contre James Harden, ou le duel des machines à scorer de NBA. Et ce ne sont pas les défenses de ce soir qui vont empêcher un massacre…

Si ces deux équipes connaissent des fortunes diverses puisque NOLA pointe à la 14ème place et Houston à la 6ème de l’Ouest, elles ont pourtant adopté la même tendance : tout pour l’attaque, et en défense on… tout pour l’attaque. Par conséquent, il n’est pas étonnant de les retrouver à peu près aux mêmes places dans les ratings, dans le top 5 des meilleures attaques (5ème et 2ème) et dans le top 6 des pires défenses (24ème et 26ème). Néanmoins, leur jeu est, lui, bien loin d’être semblable. Là où les Pelicans se sont fait une spécialité de courir d’une raquette à l’autre pendant 48 minutes (4ème pace), les Rockets ont depuis longtemps baissé les gaz au minimum, jusqu’à devenir une des équipes les plus lentes de la Ligue. Autre opposition de style dans leur manière d’attaquer le cercle. Toujours proches de la peinture, les Pels ne manquent pas une occasion de s’y aventurer (leaders en moyenne de points marqués dans la raquette), que ce soit pour caresser le cuir dans une délicate finition au près ou éclater la balle orange, le cercle et tout ceux qui se trouveraient à proximité. Au contraire, comme ton ex, les Rockets préfèrent prendre leurs distances : les hommes de Mike D’Antoni sont tout simplement l’équipe qui tente et rentre le plus de tirs du parking en NBA. Assez parlé de style de jeu collectif, on sait tous que ce que vous attendez le plus, c’est bien ce duel à distance entre les deux superstars : Anthony Davis et James Harden.

Et encore heureux ! Si vous n’êtes pas hypés par l’affrontement opposant les deux plus gros scoreurs de la Ligue, on ne sait pas vraiment ce qu’il vous faut. Alors oui, on aime aussi les grosses défenses et les systèmes collectifs qui rendent le basket si fluide, mais sérieusement, osez-nous dire que vous n’êtes pas curieux et impatients de voir ça après ces stats-là. Pour le Kraken des Pelicans, les ordinateurs fument avant d’afficher des moyennes de 28,8 points, 13 rebonds et 4,6 assists. Ça ne vous impressionne pas encore assez ? AD a pensé à vous en posant 48 points et 17 rebonds contre les Dallas Mavericks la nuit dernière. Quant à ce taré de James Harden, il a fait péter tous les appareils de mesure en proposant 32,7 points, 5,5 rebonds et 8,3 passes décisives, et encore, on a pas encore osé vous dire que, sur les 10 derniers matchs des Rockets (9 victoires pour une seule défaite), le Barbu atteint les 39,2 points de moyenne… Ils ne sont pas censés nous prévenir avant de balancer une Fusée en orbite la NASA ? Vous déconnez les gars, une dizaine d’équipes NBA étaient juste en-dessous des réacteurs et se sont faits cramer façon barbeuc’ texan. Alors, cette nuit, plutôt que d’aller danser le Mia dans la boîte (comment ça c’était il y a vingt ans ?), on se cale tranquillement dans le canap’ et on admire ces deux machines empiler les pions : de près ou du troisième sous-sol, il y en aura pour tous les goûts.

Zéro défense et deux scoreurs d’exception, l’équation a de quoi faire flipper : remettez quand même le nez dans quelques bouquins de maths en prévision du match de cette nuit, à 1 heure. On ne sait jamais. Parce qu’entre les Pelicans et les Rockets, ce n’est qu’une question de temps avant que les deux superstars n’atteignent les 60 points… Et on ne vous parle même pas ici des scores TTFL…

1 Comment

1 Comment

  1. mathsforlife

    30 décembre 2018 à 10 h 15 min at 10 h 15 min

    Salut Trashtalk, quand vous dites « remettez quand même le nez dans quelques bouquins de maths « , je vous retourne la proposition car « sur les 9 derniers matchs des Rockets (9 victoires pour une seule défaite) » si vous savez compter, ça fait 10 et pas 9.
    Démonstration : 9V + 1D = 10 matchs joués.
    Si vous continuez à calculez comme ça, vous allez bientôt nous sortir que Nicolas Batum est à quelques rebonds d’être en triple double de moyenne à la RussWest, ou que Ian Mahinmi touche 16 millions la saison alors qu’il ne touche que 1,6 millions comme la plupart des joueurs abonnés au seuls garbage time (quoi, il touche vraiment 16 millions ? en vlà d’un gros braqueur. Il serait pas associé à CP3 par hasard ?)

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top