Old-School

Ray Allen au Hall of Fame : flashback sur la masterclass de Jesus face aux Suns en 2006

A l’occasion du Hall Of Fame, TrashTalk vous propose de vous replonger dans les plus grands exploits des joueurs à l’honneur ce soir. On s’attaque désormais à Ray Allen, l’un des meilleurs joueurs de l’histoire, et en particulier à son match inoubliable avec Seattle face aux Suns de Nash en 2006. Pour vous planter le décor : 301 points inscrits en cumulé (152-149), huit 3-points inscrits entre le quatrième quart-temps et la deuxième prolongation, le game winner planté à un mètre du parking. Mesdames et messieurs... Jesus.

22 janvier 2006. Les Suns de Mike D’Antoni, troisièmes de l’Ouest, reçoivent les Sonics de Ray Allen, treizièmes. Meilleure attaque de la ligue contre la pire défense, le match s’annonce largement en faveur des Suns, qui sont d’ailleurs sur une série de cinq victoires à domicile. Mais ce simple match de saison régulière va marquer l’histoire, surtout à cause d’un homme : Ray Allen. Comme tout bon match des Suns et des Sonics, le rythme est important et de nombreux points sont inscrits. Le match est très serré, et il faut attendre le quatrième quart-temps pour voir le premier tournant du match : Monsieur Ray Allen prend feu. Sortie d’écran, catch and shoot, sortie de dribble, tout y passe et la défense des Suns est larguée. Alors qu’il ne reste que quinze secondes dans le quatrième quart-temps, les Sonics sont menés d’un petit point, 124-123. Ray Allen récupère la balle, face au cercle, défendu par Steve Nash. Départ en dribble sur la droite, crossover, raté. On tente autre chose ? Non. Nouveau départ en dribble sur la droite, crossover, Nash est à deux doigts de finir pas terre, shoot du parking… ficelle. 21 points, 5 trois-points inscrits dans le dernier quart-temps, un shoot hyper clutch, mais pas suffisant. Parce que le Nash se rachète sur une superbe tactique sur l’action suivante, direction overtime. Et la magie du match va continuer jusqu’à la deuxième prolongation : 149-149, il ne reste que 2,5 secondes au chrono. Double-écran pour Allen, qui est laissé seul sur le logo : aucune hésitation, pull-up à un mètre derrière l’arc. Spoiler : ficelle. Les Sonics s’imposent 152-149, Ray Allen inscrit 42 points, dont 32 entre le quatrième quart et la seconde prolongation avec 8 shoots primés… Une masterclass pour le joueur qui a plus que jamais mérité son surnom de Jesus ce soir-là. 

On célèbre une légende de la NBA, qui a marqué la ligue pour son shoot du parking, certes, mais qui représentait bien plus que ça. Avec deux bagues, dix sélections au All-Star et désormais le statut de Hall Of Famer, Ray Allen est parfaitement honoré. Chapeau l’artiste !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top