Nets

Les Nets conservent Spencer Dinwiddie pour 1,6 million de dollars la saison : à ce taro, c’est cadeau

Spencer Dinwiddie

Ce ne sera pas toujours comme ça.

Source image : youtube

Drafté par Detroit mais révélé à Brooklyn, Spencer Dinwiddie va continuer son petit bonhomme de chemin dans le borough new-yorkais pour une année supplémentaire. Il devrait être le back-up officiel de D’Angelo Russell la saison prochaine.

Profitant pleinement des pépins physiques de DAR et de Jeremy Lin l’an dernier, Spencer Dinwiddie faisait partie des plus belles surprises de la saison 2017-18 et pas uniquement chez les Nets. La preuve ? Il était sur le podium des meilleures progressions de l’année en compagnie de Clint Capela et du vainqueur, Victor Oladipo. Pas mal pour un meneur issu d’une petite fac de la Pac-12 et drafté en 38ème position par les Pistons en 2014. Après deux années discrètes dans le Michigan où il finit par être échangé à Chicago contre Cameron Bairstow, il est coupé par les Bulls dans la foulée. Recueilli par les Taureaux de… Windy City, dans l’antichambre de la NBA, il finit par se faire repérer par les Nets qui décident de lui offrir un nouveau contrat dans l’élite, en décembre 2016. La deuxième chance est la bonne et le fit est immédiat à BKN. Même titulaire par intermittence, il passe le cut de la fin de saison mais est promis à recevoir les miettes derrière deux point guards réputés la saison suivante. Protégé par une bonne étoile, il va rapidement se retrouver dans le cinq majeur suite au forfait des deux joueurs qui le précèdent dans la hiérarchie interne à son poste. Le résultat est plutôt satisfaisant avec 12,6 points, 6,6 assists et 3,2 rebonds de moyenne en 29 minutes et c’est sûrement ce qui a motivé les Nets à garantir sa dernière année de contrat selon Adrian Wojnarowski d’ESPN.

L’an prochain, Spencer Dinwiddie devrait logiquement retourner sur le banc pour soulager le deuxième choix de la Draft 2015 à raison d’une vingtaine de minutes par match. Un rôle loin d’être ingrat qui correspond à son niveau et dans lequel il devrait s’épanouir. La présence de Shabazz Napier arrivé pendant l’été l’obligera à ne pas se reposer sur ses lauriers et à continuer de travailler pour tenir le choc face aux meilleurs back-up point guards de la Ligue à l’instar de son voisin, Terry Rozier, par exemple. Mais Kenny Atkinson a plutôt intérêt à profiter de son joueur de 25 ans qui ne coûtera pas toujours ce prix-là. A 1,6 millions de dollars la saison, on peut en effet parler de bargain pour les Nets qui avaient jusqu’à la fin octobre pour signer son chèque mais qui ont préféré gérer les affaires courantes dès aujourd’hui pour lui permettre d’aborder la saison plus sereinement. S’il confirme les éléments montrés lors de ces deux dernières années, le vainqueur du dernier Skills Challenge devrait pouvoir aller gratter un contrat garanti de plusieurs années pour un montant bien supérieur à celui qu’il touche aujourd’hui et ce ne sera pas volé. A voir si BKN fera l’effort financier pour le conserver à ce moment-là alors que l’on parle notamment de la piste Kyrie Irving en 2019.

On n’en est pas là et les Nets lutteront encore dans le ventre mou de la Conférence Est pour tenter de renouer avec les Playoffs. Si ça semble encore un peu faible dans la raquette, il faut bien avouer que le backcourt aura de la gueule au Barclays Center à la rentrée.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top