Jeux Olympiques

Le Brésil remonte plus de 25 points d’écart, mais perd quand même 82-76 face à la Lituanie : instant WTF

La rencontre Brésil – Lituanie, déterminante pour la qualification à la suite de la compétition, a donné lieu à un scénario complètement improbable. Les hôtes se sont inclinés, mais ont manqué de très peu leur remontée de plus de 30 points, à coup d’envie et de hero ball, poussés par un public en ébullition.

On attendait deux équipes au coude à coude dans un match crucial pour s’immiscer parmi les 4 qualifiés du groupe B. A la place, on a assisté à un scénario de match complètement WTF, qui n’a malheureusement pas atteint son paroxysme, le Brésil échouant de 6 points dans sa remontée fantastique.

Dès le début du match, on a le droit à des contacts rugueux et à un Jonas Valenciunas déjà envoyé au sol. Le ton semble donné, on aura le droit à une guerre de tranchées… ou pas. Les Brésiliens font une bouillie de basket, sans schéma de jeu, avec des joueurs forçant leurs 1 contre 1 les uns après les autres. Les Lituaniens quant à eux sont ultra organisés, alternant parfaitement entre jeu intérieur et extérieur avec une belle circulation de balle,  et ont en plus la main chaude, à l’image de Maciulis qui plante un 3+1 complètement improbable. Des deux côtés les défenses sont restées à la cérémonie d’ouverture et se sont les hommes de Kazlauskas qui en tirent le plus grand avantage en menant 27-17 à la fin du premier quart. C’est alors que commence la boucherie : les hôtes transmettent leur sens de l’accueil à leur défense tandis que leur streetball offensif devient ridicule, avec un enchaînement d’actions au poste forcées, de passes pour Jean-Michel Tribune et de shoots façon Gérard, mais sans le talent. En face, les Baltes récitent un basket d’académie, trouvant toujours la passe supplémentaire qu’il faut et rentrant quasiment tous leurs tirs. Du coup, un peu plus de 4 minutes après le début du quart, ils sont déjà à 37-18 et l’écart continue à s’agrandir. L’entraîneur brésilien tire une tronche d’enterrement après un 3 points assassin de Kuzminskas avec la faute sur la seule possession correctement défendue par son équipe : en même temps on le comprend, son équipe est mené 58-29 à quelques secondes de la mi-temps. Les Lituaniens sont à 72% aux tirs (21/29), le tout sans son pivot star, apparu assez agacé et laissé sur le banc en raison de ses fautes.

A quasiment +30, le match semble déjà plié, et après une première mi-temps clownesque, on s’attend à voir 20 minutes de garbage time. Au retour des vestiaires, les locaux réalisent un stop et marquent 4 points, et il n’en faut pas plus pour que le public s’ambiance. A défaut de proposer du beau jeu, les Brésiliens en veulent et se battent sur chaque rebond, bousculant bien les Lituaniens. Les supporters exultent carrément – à même se demander s’ils ne sont pas ironiques – quand Barbosa met un 3 points pour ramener son équipe à -26 à un peu plus de 5 minutes de la fin du quart-temps. Le NBAer commence d’ailleurs à sacrément chauffer, et plante 11 points d’affilée, en se créant les tirs absolument tout seul. Avec ce coup de chaud, les hôtes ne sont « plus qu’à » 52-70. Les coéquipiers de Nêne viennent de mettre un petit 23-12 aux Lituaniens et ne semblent pas décidés à lâcher prise, soutenu par un public très bruyant. Ils commencent le 4ème quart couteau entre les dents, et enrayent la machine offensive de leurs adversaires, qui tentent 3 tirs forcés du parking pour autant de briques. Nêne prend le relais de son arrière, toujours dans un style s’approchant plus du streetball qu’autre chose, mais ça marche ! On assiste ainsi à une remontée incroyable et complètement improbable. Le coach Lituanien est obligé de prendre un temps-mort pour lâcher une gueulante – et croyez-nous, en lituanien, ça va vraiment peur – car son équipe n’a plus que 10 points d’avance à 4 minutes de la fin. Mais rien n’y fait, ses joueurs sont sonnés, tandis que les Brésiliens débordent d’envie. Valanciunas sort du match pour 5 fautes et dès l’action suivante, son équipe se fait prendre 4 rebonds offensifs sous le nez. L’attaque des locaux est toujours aussi désorganisée mais ils parviennent à revenir à 75-71 à 2 minutes de la fin sur un panier de Barbosa, dans un stade en fusion. Malheureusement, Domantas Sabonis se charge de mettre un peu de réalisme dans ce scénario WTF en mettant un petit 2+1 sur un double pas d’école. Le futur rookie du Thunder sort lui aussi pour 5 fautes à 13 secondes de la fin du match, mais son équipe est encore à +4 et se dirige vers une victoire 82-76 après les habituels fautes et temps-morts de fin de match. Bien qu’ils aient finalement remporté la victoires, les Lituaniens ont tout de même pris à nouveau un 24-12 sur ce dernier quart…

Barbosa, après avoir été porté disparu en premier mi-temps a presque finit héro national avec ses 21 points. Côté Baltes, ce sont Kalnietis -1 6 points et 8 passes – et Jankunas – 15 points 7 rebonds – qui sont sortis du lot, alors que le patron de la maison, Jonas Valanciunas, est passé complètement à côté avec 6 points, 3 rebonds, 3 pertes de balles et 5 fautes, assaisonné de beaucoup de gestes de frustration. Mention à Domantas Sabonis qui fini avec 10 points : l’intérieur du Thunder est encore un peu tendre, en atteste ses deux tirs contrés et ses 5 fautes, mais il a fait preuve de sans froid et a la confiance de son coach. L’évolution du futur rookie sera à suivre de près dans la suite de la compétition.

Les Lituaniens ont joué comme des solides prétendant au podium pendant une mi-temps en s’appuyant sur un jeu très construit et une belle réussite, avant de se faire complètement sonner par la révolte et le hero-ball Brésiliens. Les hôtes n’ont pas montré grand chose côté basket, mais ont prouvé qu’avec de l’envie et un public, une équipe peut (presque) réaliser l’impensable. Dans un groupe avec 4 places qualificatives pour 5 grosses équipes, cette défaite pourrait coûter cher…

Source image : rio2016.francetvsports.com [capture d’écran]

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top