Pacers

Pacers et Pistons respectent la tradition : baston en fin de match, merci George et Morris !

Pacers

Que serait un bon gros match entre Pistons et Pacers sans des échanges de coups de coudes, une patate qui glisse ou un uppercut dans les parties intimes ?

La question ne devrait pas se poser, mais on va quand même devoir l’afficher : que serait un bon match entre Détroit et Indiana s’il ne se terminait pas avec des gifles dans tous les sens et des maillots qui s’arrachent pour associer des mamans à des plages ?

De l’histoire entre ces deux équipes, on va dire qu’il y en a un tout petit peu. Surtout dans le domaine de la caillasse et du coup de poing américain, de nombreux passionnés se souvenant de la baston générale qui avait eue lieu à Détroit en 2004, ce maudit 19 novembre baptisé Malice at the Palace. Cette année, on avait déjà eu droit à deux affrontements entre ces deux équipes, mais pas de quoi installer les cordes et ramener des chaises en plastique. Quelques box-out bien dressés, un ou deux tomars bien sentis, Drummond qui fait son match de mammouth, mais tout ça bien loin des souvenirs gravés par Ron Artest, Ben Wallace, Jermaine O’Neal, Stephen Jackson et compagnie. Cependant, ce samedi ? Une petite bise aux anciens a été envoyée en toute fin de rencontre, Paul George et Marcus Morris s’échangeant quelques bisous sous les yeux de deux inconnus. Plus précisément, l’ailier des Pacers venait de réaliser un carton après avoir été défendu durement par les Pistons au complet, ce qui gavait ce bon Morris qu’on n’a plus besoin de vous présenter tant son nom de famille est désormais lié à jamais au syndrome chercheur-de-merde. Markieff dans l’Arizona, Marcus hier soir dans l’Indiana, il faut bien représenter la famille donc on fait valser PG devant son public, le coach venant -en plus- de se faire virer pour une double-technique.

Pas besoin d’en demander plus pour que les deux bancs se vident, les pauvres arbitres se retrouvent écrasés dans la mêlée, George Hill y met du sien en souhaitant une excellente fin de semaine à Morris, Reggie Jackson veut calmer le tout, Drummond fait preuve de toute sa douceur comme aux lancers, Rodney Stuckey vient des deux camps donc met des coups dans le vent, bref un bordel complet qui sera probablement regardé plus de deux fois par la NBA, George et Morris étant déclencheurs d’une bien belle embrouille collective. On remercie simplement les deux acteurs pour nous avoir rappelé ce qu’était aussi la Conférence Est, cette belle tranchée dans laquelle on se sert les coudes et on n’hésite pas à les aiguiser, quitte à se frotter un peu avec un inconnu. C’est bonne ambiance, c’est la nouvelle année, on s’échange les meilleurs voeux d’un côté comme de l’autre, rien de bien anormal.

L’info que tout le monde attend ? La voici, forcément : prochain rendez-vous le 6 février, toujours à Indiana. Cette fois-ci, on ramènera couteaux et arbalètes, quitte à être dans l’ambiance jusqu’au bout. La bise à Ron et Big Ben !

Source image : NBA League Pass

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top