L'avis du Psy

L’Avis du Psy – Episode 21 : Metta World Peace is back !

Devant la recrudescence des craquages et autres coups de speed des quelques énergumènes qui fleurissent notre belle NBA, cette dernière a décidé cette saison d’engager un psychologue spécialisé dans les cas désespérés. Tout au long de la saison, cette sommité du milieu psychiatrique vous propose chaque semaine l’état des lieux cérébral de nos plus grands foufous. Cette semaine, on note le retour de l’un des patients historiques de la clinique. On soigne aussi dans le désordre un poissard, un boulet, un fuyard et un manchot, sans oublier le cas Kobe. Tout un programme…

Place Joueur Commentaire

1 (retour fracassant)

Metta World PeaceMetta World Peace On s’étonnait la semaine passée de ne pas parler des Knicks à la clinique, et ce pour la première fois cette année. Rassurez-vous, l’anomalie est rétablie grâce au joueur (qui ne joue nulle part d’ailleurs) le plus fêlé de la ligue… Ses déclarations d’hier concernant les chances de titre des Knicks (si, si) nous laissent d’ailleurs penser qu’il a repris de plus belle sa consommation de stupéfiants (si tant est qu’il ait arrêté un jour…). Le psy a désiré le rencontrer afin de le pousser à amplifier sa recherche d’emploi plutôt que de continuer à abuser des produits illicites… Une semaine à la clinique ne lui fera pas de mal. En même temps on lui avait gardé sa chambre…

2 (nouveau patient)

Evan TurnerEvan Turner Voilà un cas que le psy n’avait pas encore eu à traiter cette saison. Un cas de poisse pour être précis. En effet, en quittant la fange Sixers pour l’Eden d’Indiana, Evan Turner pensait, à juste titre, connaître enfin les joies du sentiment de la victoire. Malheureusement il semblerait que le jeune arrière ait bel et bien emmené dans ses bagages le virus de la loose… Intraitables avant son arrivée, les Pacers sont tout simplement devenus des tocards depuis que le n°12 est venu grossir leurs rangs… Grande première dans l’histoire de la médecine, le psy s’est donc offert les services d’un marabout afin de tenter d’exorciser le démon de la défaite qui sévit en lui. Premier élément de réponse demain face à Chicago…

3 (nouveau patient)

John Lucas IIILucas III-John On tient peut être le fou rire de l’année avec cet énergumène. Jugez plutôt. Déjà le patronyme rappelant un empereur de l’Antiquité ou bien le nom d’un pape c’était plus que limite. Alors ce genre de comportement… Ni une ni deux, le psy s’est empressé de convoquer le guerrier du Jazz d’Utah, non pas pour tenter de le guérir (la connerie ne se guérit pas, elle se combat), mais pour lui mettre une bonne raclée. A l’ancienne. Le diagnostic officiel étant cependant obligatoire, notre professionnel s’est simplement fendu de quelques mots dont voici la retranscription: « besoin de reconnaissance dû à un exil trop dur à vivre en milieu rocheux, désir d’être reconnu pour autre chose qu’une partie de saute-mouton avec LeBron James » #lesvraissavent

4 (nouveau patient)

Greg Oden greg-oden Mode physique de bête féroce et mains en carton activé. Après avoir pas mal bossé avec Dwight Howard cette année, le psy s’est cette semaine intéressé au tout récent pivot titulaire du Heat de Miami. Lui même ancien intérieur, le toubib se demande tout simplement comment un mec avec un corps aussi parfait peut bien être aussi nul en attaque sous un cercle… Après avoir interrogé différents interlocuteurs, les avis divergent. Pour certains, son manque de compétition depuis sa draft a grandement nui à sa progression. Pour d’autres, Greg Oden n’est autre qu’un mirage de plus en NBA, un jeune plein de promesses dont on se rend compte qu’il est une bille une fois le monde des adultes intégré… A vous de vous faire votre propre opinion… En attendant le psy a donné rendez vous à son patient 1 fois par semaine. Première séance, shooter à 2 mains. Ça risque d’être long…

5 (nouveau patient)

Drew Gooden Drew Gooden Quand il a appris que Drew Gooden, 32 ans, toutes ses dents et 10 franchises de visitées en carrière, avait rejoint les Wizards et qu’il vivait depuis une seconde jeunesse, le psy s’est empressé de se pencher sur ce dossier. Trop peiné par les dangers de la petite pilule bleue dans le milieu du porno, il craint tout simplement que la nouvelle arme fatale de Washington abuse régulièrement de l’un de ses dérivés… Après visionnage, il lui semble évident que Gooden est en sur-régime et, en bon professionnel, il s’inquiète pour sa santé. Quoiqu’il en soit, si l’intéressé a tout nié en bloc, plusieurs analyses sont en cours afin de comprendre le pourquoi du comment de cette étrange forme olympique…

6 (nouveau patient)

Ben Wallace Ben Wallace Gros coup de stress à la clinique cette semaine en apprenant les ennuis de Big Ben. Il faut dire que depuis ce sinistre jour de 2004, on a de quoi s’inquiéter quand le bonhomme s’emporte… Plus de peur que de mal à priori mais la nécessité tout de même pour le psy de rappeler Ben Wallace à l’ordre et de lui administrer un léger traitement contre l’anxiété avant de le renvoyer chez lui. A pied bien sûr. Il faut dire que les joueurs actuels donnent déjà pas mal de fil à retordre à notre spécialiste, alors il ne faudrait pas que les vieux s’en mêlent. Après tout on est dans une clinique, pas dans une maison de retraite. Mais ça ne lui dîtes pas hein, on a un peu peur qu’il nous tape dessus en fait…

7 (rechute)

Kobe Bryant Kobe Bryant Ce patient là devrait dégoupiller d’ici très peu de temps et on le comprend. Après avoir fait savoir à la terre entière ce qu’il pensait des Lakers 2014 et de Mike D’Antoni, il est passé en mode Brice de Nice en clashant Nick Young de la plus belle des manières. Ça nous fait bien rire mais, en bon visionnaire, le psy y voit là les prémices d’une grosse crise de nerfs à venir… Il faut dire que le mec  possède de sacrées circonstances atténuantes. Le simple fait d’avoir été obligé de regarder ces Lakers là toute l’année dégoûterait tout simplement le premier venu… Qu’on se le dise, Kobe a mal à ses Lakers. Et s’il n’applique pas les conseils du psy (se tromper de jour et aller voir jouer les Clippers), sa rage pourrait bien éclater prochainement à la face du monde…

8 (+1)

Phil Jacksonphil-jackson Tu ne feras jamais d’un âne un cheval de course. Voilà, en substance, ce que le psy aurait dit à Phil Jackson pour conclure leur rendez vous d’hier. Le souci étant que, derrière toute la hype et les belles promesses faites au peuple new-yorkais, il existe bel et bien une marge d’erreur dans le plan de Philou. A savoir que malgré toute l’intelligence et le savoir faire du Zen Master, à moins d’une totale refonte de l’édifice, le projet fou qu’il semble vouloir mener apparait surtout comme une mission suicide. Et après toutes les réussites qu’il a pu avoir dans sa vie, on ne voudrait pas que ce grand Monsieur finisse sur un échec retentissant. Alors les conseils, les doutes, c’est pour nous c’est cadeau, gratis. Et puis la clinique se porte bien. Par contre, on sera reconnaissant s’il nous laisse quand même un ou deux patients de temps en temps parce que sans les Knicks, notre belle institution sonnerait vraiment très très creux…

9 (rechute)

Brett BrownBrett Brown Appelé à lancer dans le grand bain toute une génération dorée (Carter-Williams, Noel, Turner…) avant d’entamer un nouveau cycle grâce à la draft 2014, Brett Brown possédait toutes les cartes en main pour devenir quelqu’un d’influent et de respecté dans la ligue. Au lieu de ça, il inscrira très probablement bientôt son nom au palmarès des coaches des plus pourris de l’histoire. La faute à pas de chance avec les blessures, la faute aussi à Sam Hinkie, qui l’a sans doute obligé à tout faire pour perdre chaque soir depuis… trop longtemps. Avec son expérience en ce qui concerne les coaches, notre psy a décidé de tout bonnement installer une infirmière chez son patient jusqu’à la fin de saison, pour éviter toute tentative malsaine à l’approche du record tant attendu… En tout cas, quand l’heure des awards de fin de saison sonnera à la clinique, soyez sûr que Brett Brown figurera en bonne place sur la scène…

 

Voila Messieurs Mesdames vous venez de consulter le dernier rapport psychologique du service NBA. N’hésitez pas à réagir, à nous envoyer de nouveaux patients on en est friand chez TrashTalk… Rendez-vous la semaine prochaine avec peut être des changements sur les bancs, des sursauts, des retours, des départs, en somme tout ce qui rythme la vie d’une belle clinique comme la nôtre…

image: pixmag.blogspot.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top