Pelicans

Les Pelicans nouveaux leaders de la Conférence Ouest ! calendrier, retour d’Ingram… les Pels peuvent-ils tenir ?

Zion Williamson Pelicans

Des Pels qui vont protéger leur trône bec et ongles

Source image : montage via YouTube

Bouleversement dans la hiérarchie du grand ouest : les Pelicans sont calife à la place du calife leaders de la Conférence Ouest. Ils devancent désormais les Suns et les Grizzlies, suivis un poil plus loin par les Nuggets et les Kings. Tout réussit à la bande de la Nouvelle Orléans… oui mais pour combien de temps ? Quelles seront les dates importantes pour les Pels à l’avenir ? Quand leur ailier star Brandon Ingram reviendra-t-il ? Zion Williamson peut-il tenir le rythme ? Tentons d’éclaircir les perspectives.

C’est grâce à la victoire face aux Pistons, doublée de l’humiliation subie par les Suns face à Boston, que les Pels parviennent enfin à accéder au sommet de l’ouest, détrônant ainsi des cactus qui y régnaient depuis plusieurs semaines. Finalement, l’inauguration d’un nouveau trophée par la NBA, récompensant l’équipe au meilleur bilan à l’issue de la saison régulière aura sans doute angoissé Chris Paul à l’idée de pouvoir enfin commencer à remplir son armoire.

Un projet ultra hype, débuté lors de la draft du prospect interplanétaire Zion Williamson en 2019 – après une loterie particulièrement avantageuse pour les Pels -, et bien retombé à l’annonce de la saison blanche de la star de Louisiane à l’aube de la saison dernière. Un projet qui avait déjà repris des couleurs au moment de la dernière trade deadline, quand le front office de New Orleans faisait l’acquisition de CJ McCollum en provenance de Portland, et qui s’était concrétisé par le biais d’une accession en Playoffs malgré un passage par le play-in tournament. C’est justement face aux Suns que s’étaient déjà retrouvés les Pelicans au premier tour, sortant la tête haute en six matchs au terme d’une belle bataille.

Et avec le retour du monstre Zion, les projecteurs étaient de retour sur la franchise de Gayle Benson, l’étiquette de darling accolée au nom des Pelicans. Force est de constater que ceux-ci n’ont pas déçu. Si la plupart des prévisions plaçaient les louisianais entre la sixième et la neuvième place de l’ouest, voire en fin de top 5 pour les plus ambitieux d’entre nous, c’est bien la première position qu’occupent désormais CJ, Zion and co. Mais pour combien de temps ? Pour tenter de répondre à cette question, penchons nous sur le calendrier à venir pour les ars du bayou :

  • Vendredi 9 décembre : Réception des Suns
  • Dimanche 11 décembre : Réception des Suns
  • Mardi 13 décembre : Déplacement chez le Jazz
  • Jeudi 15 décembre : Déplacement chez le Jazz
  • Samedi 17 décembre : Déplacement chez les Suns
  • Lundi 19 décembre : Réception des Bucks
  • Jeudi 22 décembre : Réception des Spurs
  • Vendredi 23 décembre : Déplacement chez le Thunder
  • Lundi 26 décembre : Réception des Pacers
  • Mercredi 28 décembre : Réception des Wolves

Voilà déjà pour les 10 matchs à venir. Pas le calendrier le plus aisé, clairement. Dans le meilleur des scénarios, si les Pels parvenaient à s’imposer deux fois au cours des trois confrontations avec les Suns, ils pourraient par la même sécuriser de manière relativement durable leur place sur le trône. Il faudra veiller à bien cocher la date du 19 également, avec notamment le choc entre Zion Williamson et Giannis Antetokounmpo qui s’annonce passionnant. Car s’il en est bien un qui peut stopper le jeune intérieur de Nola, c’est le Greek Freak. Mais Zion n’est pas seul dans sa franchise, et si CJ McCollum se montre par moments particulièrement efficace, le retour de Brandon Ingram devrait encore venir renforcer le jeu des Pelicans qui pourraient alors enchaîner les wins. Et après avoir vu shooter l’ailier à l’entraînement hier soir, les fans les plus optimistes peuvent espérer un retour dès vendredi, après 5 matchs d’absence. Même constat pour Herb Jones, qui était d’ores et déjà upgradé au statut de “doubtful” pour le match face aux Pistons.

Une floppée de bonnes nouvelles arrive à New Orleans donc. Willie Green et sa troupe ont désormais toutes les cartes en main pour assurer un avenir radieux à leur franchise, voire même pour conserver la place de sheriff du Far West pour une bonne partie de la saison. Les autres sont maintenant prévenus : NOLA tire à balles réelles. 

1 Comment

1 Comment

  1. Van Qui

    9 décembre 2022 à 21 h 51 min at 21 h 51 min

    Coucou à l équipe Trashtalk.
    Fan historique des hornets depuis 1988 puis de Nola depuis 2002 je commence à vraiment kiffer ce que je vois.
    Certes nous ne finirons pas 1er de l ouest mais je pense sincèrement que nous pouvons finir top 3 de la conf et passer un tour de PO puis faire vibrer la Pels nation en demi de conf.
    Top3 de l ouest pour plusieurs raisons:
    D abord parce que coach Green est le premier entraîneur des Pels qui leurs a fait comprendre qu un match se gagne en défense (même Zion commence a faire le strict necessaire), ensuite parce que comme vous l’avez dit dans l’ apéro des Pels W.Green à une vrai capacité d’adaptation avec son banc quand il y a des absents majeurs, Willie Green implique réellement tout le monde et chacun apporte au max de ses capacités mais toujours pour le bien de l’équipe et jamais dans son propre intérêt.
    Chaque soir le danger peu venir d’un joueur différent et même du banc.
    Ça peut être Alvarado TM3 Naji L.Nance Dyson D ou encore D.Graham sans parler du 5 majeur.
    Le calendrier qui arrive sera un 1er test qui donnera qques indications mais qui ne me fera pas prendre de conclusion hâtive dans un cas comme dans l autre.
    Attention aussi à ce que pourrait faire les Pelicans à la trade deadline avec pas mal de gars a échangé comme Graham, J.Hayes, K.Lewis,G.Temple ou encore leurs multiple choix de draft.
    Les autres ne bougeront pas.
    Petite précision les petites stats récentes de C.J sont normales après un retour de Covid.

    Le vrai problème surviendra l année prochaine lorsqu il s’agira de déterminer qui est le vrai patron de l’équipe entre Zion et BI.
    En espérant que cela se dessine naturellement pendant les Playoffs et que tout le monde le vive bien.

    En attendant le patron c est Green.
    Saison tellement exitante pour moi après autant d années sans résultats.
    J’espère sincèrement qu’avec vos 46 et 42 wins des 30 previews vous vous serez trompés.
    Moi j en vois 53.
    Les Pels de 2022/2023 sont les Suns de 2020/2021

    Continuez vos apéros Alex et Bastien c’est tellement sympa!!!
    Take care

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top