Cavaliers

Giannis Antetokounmpo sur Evan Mobley : “Il a le potentiel pour être meilleur que moi”

Evan Mobley 2 mars 2022

Une passion commune : le nettoyage de vitre intensif.

Source Image : Montage Youtube

Le Fiserv Forum de Milwaukee accueillait les Cavs d’Evan Mobley hier soir, l’occasion de relancer le jeu des comparaisons entre le jeune sophomore et son ainé du Wisconsin, Giannis Antetokounmpo. Et au détour d’une interview, on trouve le Greek Freak en personne louant les qualités de son adversaire du soir, même si ce dernier a été maladroit dans la défaite de Cleveland (8 points à 2/12 au tir).

Depuis la fin du lycée et son entrée à USC en NCAA, les comparaisons entre Evan Mobley et les ailiers forts de la ligue ne cessent de pleuvoir. Et le plus souvent, ce n’est pas pour le mettre en perspective avec Aleksej Pokusevski. On place déjà le jeune intérieur dans les profils comme celui de Kevin Garnett, ou encore du Grec le plus célèbre de la planète basket : Giannis Antetokounmpo. Si le jeu des comparaisons est souvent scabreux, il est parfois utile pour situer les axes de progression principaux d’un prospect ou d’un jeune joueur. Mais qu’en pense le Greek Freak, qui a donc croisé le chemin de Mobley la nuit dernière ? Que du bien, et même plus.

“Il peut être meilleur que moi. Honnêtement, je ne vois pas pourquoi il ne pourrait pas. Ça ne dépend que de lui. Personnellement, j’essaierai toujours de m’améliorer chaque jour, mais il a les qualités pour être un très très bon joueur. C’est un 7-footer [2m13, ndlr.], il est très mobile, il peut shooter, il est intelligent… Comme vous l’avez dit, il regarde beaucoup de vidéos d’autres joueurs, ce qui est très bon pour un jeune joueur. S’il fait les choses sérieusement, il deviendra excellent.” Giannis Antetokounmpo pour Cleveland.com.

On ne doute pas des qualités et du potentiel d’Evan Mobley, mais de là à devenir meilleur que le Greek Freak lui-même ? On parle tout de même d’un double MVP pesant sérieusement dans la discussion des meilleurs ailiers forts all-time à “seulement” 28 ans, et qui tourne encore en ce début de saison à 31 points, plus de 11 rebonds et 5,5 assists. Mobley peut-il ne serait-ce que rêver de ce genre de palmarès ?

“Je n’avais pas ses moyennes pendant ma deuxième saison, donc à ce niveau-là il est déjà en avance sur moi. Son avenir est entre ses mains. S’il reste humble, qu’il continue à travailler dur, à se concentrer sur son jeu et à l’aimer, il va vraiment devenir très bon.”

Sur ce point, on ne peut contredire Giannis. Si on compare la saison sophomore des deux intérieurs, Evan devance son ainé de quasiment deux points (14,5 pour Mobley, 12,7 pour Giannis). Au rebond, l’écart est le même : 8,5 rebonds en seconde saison pour Mobley, contre 6,7 pour Antetokounmpo. Si le jeune Cavalier enregistre légèrement moins d’assists, il protège déjà mieux l’arceau, et ses pourcentages au tir sont bien supérieurs. Cependant, le Grec a profité d’une progression constante tout au long de sa carrière, et il faudra à son cadet le même type d’évolution pour tenir la comparaison sur le long terme.

Pour le coach des Cavs J.B. Bickerstaff, interrogé sur la question, c’est une comparaison qui va bien au-delà des simples statistiques. À la manière d’un Giannis Antetokounmpo, Mobley fait selon son coach d’ores et déjà partie des joueurs possédant le plus d’impact dans la Grande Ligue.

“Evan a l’opportunité d’être le joueur le plus impactant sur le terrain tous les soirs, et ce peu importe ses stats ou ce que l’on dit. Il y a les intangibles et l’impact général de sa présence, sur le fait de faire les bons choix au bon moment. Sa capacité à protéger la raquette par exemple : la plupart du temps quand les gars le voient à l’intérieur, ils ne tentent même pas de rentrer, il n’y a pas de stat pour ça. Quand il prend le ballon et fait une hockey assist [la passe avant la passe décisive, ndlr.], il n’y a pas de trace de ça dans les box scores. Sa présence dans la peinture quand il roule [après les écrans, ndlr.], les joueurs doivent venir le chercher, et ça crée des ouvertures pour ses coéquipiers. Ils ne mettent pas ça dans la feuille de stats.”

Là aussi, et même si des statistiques existent pour relater l’impact dont parle Bickerstaff, on est bien obligés de valider son constat. Evan Mobley est déjà parmi les intérieurs les plus dissuasifs de la Ligue, tout comme Giannis Antetokounmpo, à qui l’on aime tant comparer le jeune Cavalier. Mais le chemin est encore long et semé d’embûches pour Evan. 

Source texte : Cleveland.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top