Pistons

Les Pistons ont morflé mais Killian Hayes respire : 16 points à 7/12 au tir à Boston, ne plus regarder derrière et enchaîner

Killian Hayes

– « Ah ouai 26% au tir sur la saison, t’es sûr ? »

Source image : NBA League Pass

C’était pour le nous le seul enjeu de ce Celtics – Pistons : le 12e match de la 3e saison de Killian Hayes en NBA a été le bon. Une performance culotée et ses petites fulgurances glissées dans un vilain blowout au TD Garden. C’est peut-être pas super sport, mais on préfère que l’équipe prenne une rouste et que le frenchie retrouve des couleurs.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

Va être marrant le contraste dans le vestiaire des Pistons. La mine éteinte de Cade Cunningham, auteur de 4 misérables points à 1/11 au tir. Le visage pas forcément plus éclairé de Saddiq Bey qui n’a tiré qu’à 1/6 de loin. La frustration de Jaden Ivey, incapable de fêter son deuxième double-double en carrière un soir de défaite. Et au milieu de ce tableau gothique, Killian Hayes, tout pimpant, qui vient de lâcher son plus gros scoring de la saison avec 16 points à 7/12 au tir et aucun ballon perdu. La feuille de match que l’on attendait depuis un bout de temps. Le premier contact avec le sol dans cette chute continue entamée à la mi-octobre. Cette petite session cuisine devant les appuis de Jayson Tatum est venue mettre fin au glissement de Killian Hayes vers le fond de rotation. On l’a enfin vu prendre ses tirs ouverts – pas tous – et jouer ses vis-à-vis en toute décontraction, sans pression, du premier dribble jusqu’au floater/lay-up main gauche. Pour autant, la route est encore (très) longue. En douze matchs cette saison, Killian Hayes n’en est toujours qu’à 48 points à 26% au tir dont 20% à 3-points. Pas les statistiques attendus pour un 7e choix de draft, pas non plus la meilleure façon de remercier Dwane Casey pour sa confiance. On connaît un paquet de coachs qui auraient déjà déboulonné le Français.

Un petit pas pour Killian Hayes, un grand pas pour les Français en NBA. Cela faisait longtemps qu’on n’avait plus sorti la plume pour gratter du positif sur un tricolore. Puisse cette performance – simplement « bonne » – être la première d’une longue série pour Killian, autant que pour ses collègues expatriés. À l’instant où l’on vous parle, les Wolves ont pris une gifle à la maison par Phoenix mais Rudy Gobert s’en est correctement sorti avec 25 points, 11 rebonds et 3 blocks. « Ouai mais TrashTalk, vous parlez que des statistiques alors que le plus important reste le score final. Culture du chiffre, vous tuez le sport ! ». Primo, si un lecteur pense de cette manière qu’il vienne nous le répéter en face. Deuzio, il faut avouer qu’on en a marre de partir à la chasse au positif dans la victoire d’un frenchie quand il n’y a contribué qu’à hauteur de 3 ou 4 points. C’est par la domination individuelle que passe l’intégration. Et une fois intégré, là, on peut commencer à gagner des matchs.

Les prochaines sorties de Killian Hayes avec les Pistons ? Vendredi soir au Madison Square Garden, suivi le lendemain d’une réception des Celtics. Repos le dimanche puis on remet ça face aux Raptors lundi soir.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top