Magic

Quelle hiérarchie chez les jeunes du Magic ? Jamahl Mosley est face au puzzle le plus difficile de sa vie à Orlando

Jamahl Mosley Orlando Magic

Le coach du Magic est face à un vrai casse-tête.

Source image : YouTube

La saison NBA va bientôt reprendre, et à Orlando, les animateurs de centre aéré sont déjà tous sur le pied de guerre. Le stock de couches a été fait, les biberons ont été préparés, car c’est la jeunesse qui est au pouvoir de ce côté là de la Floride. Il y a du talent à polir mais quelle sera la hiérarchie dans ce roster de pré-pubères lors du coup d’envoi de la saison régulière ?

Disons les termes directement, le potentiel est clairement au rendez-vous chez Mickey, mais alors c’est un joyeux bazar qui s’annonce pour distribuer les minutes à tout ce beau monde. Sur le papier, rares sont les joueurs qui sortent nettement du lot, et beaucoup d’entre eux se valent sur les mêmes postes. De sacrées zones floues demeurent à Orlando et Jamahl Mosley, le coach (également) junior de cette escouade, va avoir de sacrés casse-têtes à résoudre mine de rien. Quels sont les profils qui matchent le mieux ensemble ? Comment construire le 5 majeur le plus complémentaire ? Comment gérer les minutes de chacun ? Mais ou est donc Ornicar ? Tant de questions qui ne sont pas si évidentes que ça et méritent un approfondissement

Les certitudes sont rares mais existantes. La première concerne l’ultime pépite de Coach K à Duke, celui qu’Adam Silver a appelé en premier sur l’estrade lors de la dernière Draft. Il s’agit bien sûr de Paolo Banchero qui ramène dans sa valise une bonne grosse dose de hype à une équipe d’Orlando qui en manquait cruellement. Malgré de nombreux choix dans le top 10 vendangés (ne t’inquiète pas Rob Hennigan, personne ne te regarde), le Magic post Dwight Howard n’a jamais trouvé le visage de son futur. Mais cette époque pourrait bien être révolue avec l’arrivée en ville de l’Italo-Américain, qui a déjà déclaré vouloir porter le maillot de la Squadra Azzura. Un pur talent, une confiance en lui inébranlable, une dégaine qui en impose, et surtout un fit remarquable avec sa nouvelle équipe. Tant de raisons qui laissent à penser que Paul Banquier devrait avoir les clés de l’attaque du Magic dès sa première saison dans la ligue, et le pire c’est qu’il a les épaules pour assumer. Deuxième certitude pour coach Mosley ? Franz Wagner, sortant d’un EuroBasket 2022 remarquable et ponctué par une jolie 3ème place avec la Mannschaft. Le petit frère de Moritz a fait preuve d’une très belle régularité pour une première saison NBA et a montré qu’il pouvait à la fois poser de belles stats chaque soir tout en défendant comme un chacal de l’autre côté du terrain. Autant dire que ça devrait sentir le programme Erasmus pour les postes de forward du côté d’Orlando. Entre l’Allemand Franz Wagner qui veut confirmer sa cinquième place pour le titre de ROY et Paolo Banchero qui arrive avec un statut à assumer, ça va parler avec les mains et prendre allemand LV1 à Orlando. Ce qui laisse le temps à Jonathan Isaac de revenir tranquillement après deux saisons blanches et à Chuma Okeke de couper les citrons en attendant son tour.

Sur tous les autres postes par contre, la question mérite réellement d’être posée. Les avis seront différents et aucune réponse n’est réellement fausse, toutefois quelques tendances peuvent se dégager, notamment au poste de pivot. Qui de Wendell Carter Jr. ou Mo Bamba ou Moritz Wagner pour occuper le poste 5 dans la raquette de Disney World ? L’incertitude quant au poste 5 existait déjà l’an dernier et est toujours d’actualité. D’un côté, WCJ prolongé en début de saison dernière pour 50 millions sur 4 ans, plus physique et solide sous les panneaux mais peut-être moins technique, moins doué pour le contre et plus fragile physiquement, représente tout de même un point d’ancrage très intéressant pour évoluer avec PB5. De l’autre côté, Mo Bamba, le gars sûr de Sheck Wes, prolongé cet été pour 2 ans et 21 millions, très intimidant en défense à l’aide de ses bras interminables mais plus léger et plus irrégulier que son concurrent, a toujours une marge de progression intrigante mais peine à sortir de sa couveuse. Pour l’heure, l’ancien joueur des Bulls, venu en contrepartie de Nikola Vucevic, semble avoir les faveurs des décideurs du Magic et semble plus complémentaire avec les têtes d’affiches Banchero et Wagner. Mais le pivot d’origine ivoirienne vient frapper à la porte pour enfin exploser lors de sa cinquième saison NBA. Les deux peuvent même cohabiter sur certaines séquences, leur complémentarité ayant déjà été prouvée la saison passée par moments.

Et pourtant, dites-vous bien que ce n’est même pas le plus gros chantier dans cet effectif du Magic. Les lignes arrières vont être un véritable casse-tête. Entre le retour de blessure de l’éternel espoir Markelle Fultz, l’égérie de Timberland Cole Anthony ou encore la fusée Jalen Suggs, ce n’est pas le talent qui manque. Que de combo-guards pouvant être interchangés. RJ Hampton aura également ses minutes mais reste inférieur aux trois individus précédemment nommés, contrairement à Gary Harris, qui s’est fumé le ménisque et va devoir observer une période de repos plus ou moins longue. Pour résumer un peu, Markelle Fultz est revenu sur le tard mais sera fin prêt cette saison. Cole Anthony avait commencé la saison dernière tambour battant avant de voir ses pourcentages diminuer. Jalen Suggs a eu du mal à se lancer dans le grand bain et a vu son pouce se désolidariser du reste de son corps pile au moment où la fusée commençait à décoller. Cruel pour Orlando qui n’a donc jamais droit au bonheur. Jamahl Mosley devrait maintenir sa confiance en Jalen Suggs au début et garder Cole Anthony, principale arme offensive des Floridiens la saison passée, dans son 5 de départ. Ce qui laisserait Markelle Fultz revenir progressivement et apporter ce côté « dragster » en sortie de banc que n’a pas forcément Cole Anthony. L’ancien meneur des Sixers pourrait bien vite remplacer le fils de Greg Anthony s’il continue de représenter un handicap pour les siens en défense. Avec l’explosif Jalen Suggs et le déglingo Cole Anthony, Orlando possède deux profils ultra complémentaires pour démarrer les matchs, tandis que Markelle Fultz jaillira du banc pour apporter plus de sérénité. Bien sûr, le roster n’est pas figé, et on n’est pas à l’abri de certains ajustements du coach, après de belles performances ou après une blessure, parce qu’il ne faut pas oublier que l’on est au FC Ligaments Croisés ici.

Vous l’aurez compris, de nombreuses solutions sont à la disposition du Magic d’Orlando et de son coach Jamahl Mosley, mais quoi qu’il arrive, pour dépasser les 50% de victoires, revenez d’ici au moins 2-3 ans. Car cette saison, gagner des matchs sera le cadet des soucis d’un Magic qui pense déjà à Vic ou Scoot. Les joueurs ont des profils différents mais se valent sur le papier. Au coach de trouver la solution à ce casse-tête pour trouver sa formule.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top