Rockets

Kevin Porter Jr. : un crack qui a trouvé refuge chez les Rockets, et qui y touchera peut-être bientôt le pactole

kevin porter jr

« Ça m’a pris du temps de retrouver le confort que j’avais chez moi, à Seattle. Je l’ai retrouvé ici à Houston. »

Source image : YouTube

Après un début de carrière tumultueux, Kevin Porter Jr. compte bien s’installer sur la durée chez les Rockets. Il pense y avoir trouvé un foyer et un cadre et c’est tout ce dont avait besoin ce garçon, dont le talent transpire à chaque seconde passée sur le terrain.

Kevin Porter Jr. est un sacré cas en NBA. Il fait partie de ces gars bourrés de talent des orteils au bout des doigts et qui pourraient… tout faire foirer à cause de leur tempérament. Heureusement pour lui, les Rockets en prennent soin et le garçon dit se sentir chez lui à Houston. Une excellente nouvelle pour le joueur, la franchise et les fans, qui ont tous plus envie de voir un joueur aussi délié et talentueux jouer au basket que trainer dans les faits divers et être écarté des terrains pour mauvais comportement.

Déjà à l’université, KPJ était malheureusement sujet à des problèmes de tenue personnelle, qui lui avaient valu d’être suspendu indéfiniment par les dirigeants de la fac de Californie du Sud. Cela ne l’avait pas empêché d’être sélectionné au premier tour de la Draft 2019, certes, mais ce n’est jamais kiffant pour les front-offices des franchises de voir que des jeunes sont en proie à des problèmes comportementaux et qu’ils sèment la pagaille un peu partout là où ils passent. Car c’est un fait, on préfèrera toujours un mec un peu moins fort qui ne retourne pas la franchise à coups de caprices qu’un mec aux aptitudes bien plus élevées qui peut te faire vivre un cauchemar dans les vestiaires. Sauf aux Lakers évidemment, là où tout drama fait l’essence même de la franchise, mais attention on s’égare. Après une très bonne première saison sur le plan sportif avec les Cavaliers (10 points en 23 minutes), le côté obscur de Kevin a malheureusement refait surface. En novembre 2020, l’arrière scoreur se fait arrêter au volant de sa caisse avec une arme à feu, il n’écope heureusement d’aucune peine mais cela n’a vraisemblablement pas plus aux bureaux dans l’Ohio puisque le GM Koby Altman et le joueur se sont ensuite pris la tête sérieusement après que le… casier de ce dernier ait été déplacé. Ainsi, plutôt que de tenter de soigner le problème, Altman a donc préféré envoyer Porter Jr. loin des Cavaliers en janvier 2021. La délivrance pour Kevin, qui va alors enfin pourvoir s’épanouir : 16,6 points de moyenne en 26 matchs, ça promet.

« Je suis dans un meilleur environnement, avec un meilleur rôle. On m’utilise mieux. […] Cette franchise m’a potentiellement sauvé la vie. J’adore cet endroit et je veux y rester pendant longtemps. J’avais besoin d’un nouveau décor et ils m’ont relevé quand j’étais au plus bas. […] Ils m’ont donné de l’amour, de la confiance en moi et de la motivation pour devenir une meilleure personne et un meilleur joueur. Ils ont beaucoup investi sur moi, et j’essaye de tout donner pour eux en retour. » – KPJ au média day des Rockets en septembre 2021

Ces problèmes de comportement dont est victime Porter Jr. peuvent s’expliquer par un passé assez sombre et triste. Un évènement avait notamment été mis en lumière de manière assez honteuse par un commentateur des Wizards lorsque KPJ avait détruit Washington sur un stepback au buzzer. Le papa de Kevin avait en effet plaidé coupable pour le meurtre d’une fillette de 14 ans en 1993 et avait écopé de 4 ans de prison. Il fut assassiné dans une fusillade à Seattle en 2004 alors que son fils Kevin n’avait que 4 ans. Bref, KPJ n’a donc pas grandi dans un environnement des plus sains, pas d’excuse mais simplement des explications, des circonstances.

Le joueur dit cependant avoir progressé en tant que personne, grâce aux Rockets, et l’avenir ne peut qu’être brillant pour lui s’il arrive à effacer cette partie plus sombre de son profil. Il compte s’installer sur le long terme et il est d’ailleurs éligible à une prolongation XXL avec la franchise texane : 188 patates sur 5 ans ! Une somme qui vaut sûrement le coup de mettre de côté les troubles extra-sportifs et de se focus sur la balle orange. Le projet à Houston est jeune, excitant, et dans quelques années Kevin Porter Jr. pourrait bien en être l’un des porte-étendards.

L’intriguant joueur des Rockets semble avoir trouvé un refuge à Houston, où il est entouré de ses potes et de dirigeants qui l’aident et croient en lui. À lui maintenant de transformer l’essai et de faire en sorte que l’aventure dans le Texas continue et finisse en conte de fée.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top