Equipe de France

All-Access, Équipe de France féminine – les premiers jours à Sydney : J-7 avant le début de la Coupe du Monde !

Elles sont encore 16 à candidater pour une place dans le roster final de Jean-Aimé Toupane pour cette Coupe du Monde 2023. Le successeur de Valérie Garnier à la tête de l’Équipe de France féminine devra faire des choix, mais pour l’heure c’est un groupe élargi qui a atterri dimanche à Sydney pour la fin de la prépa. Et si on plongeait dans l’univers des Bleues grâce aux insides de la FFBB ? Oh, quelle bonne idée.

Vendredi 9 septembre, 18h30, départ à Roissy- Charles de Gaulle. Samedi 10 septembre, 6h30 du matin ? Escale à Dubaï, avant une arrivée – ENFIN – le dimanche à 6h30 à Sydney. On ne calculera pas pour vous le total des heures qui ont filé entre le départ et l’arrivée car on n’y comprend rien au décalage horaire, mais une chose est sûre c’est que le premier souvenir de l’Équipe de France féminine 2022 restera donc un périple d’une trentaine d’heure pour traverser la planète dans sa largeur. Forcément les conseils en matière de jetlag sont offerts par le doc de l’équipe, le préparateur physique Fabrice Serrano adapte lui aussi ses premières séances. La suite, sans trop vous spoiler l’épisode ? Jean-Aimé Toupane qui fait le parallèle avec les garçons (tout le monde peut battre tout le monde), Marine Johannes qui fait une Curry de 20 mètres, l’arrivée discrète mais émouvante de Gaby Williams ou encore Lisa Berkani qui fait du yoyo. La touche sympatoche du jour ? Un petit focus sur Pauline Astier, elle qui partage son quotidien avec la capitaine Sarah Michel mais qui, surtout, n’est à Sydney “que” pour servir de partenaire d’entrainement, et dont la mise en avant par les caméras de Julien Bacot est donc respectueusement pensée.

Iliana Rupert sera la dernière à rejoindre le groupe, et à partir de demain les Bleues rentrent dans le dur avec trois matchs de prépa prévue contre le Japon, Team USA et l’Australie. Le début de la compétition ? Dans exactement une semaine, et là ce sera encore une autre histoire.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top