One-on-One

C’est l’histoire de Jimmy Butler qui passe par Lausanne pour jouer sur un playground : entre grosse surprise et gros buckets, on vous raconte tout ça de l’intérieur

Jimmy Butler 5 septembre 2022

Laisses-lui un mètre, ça shoote pas des masses je crois.

Source image : Vidy Basket

Incroyable histoire découverte ce 4 septembre 2022, du côté de Lausanne. Imaginez-vous en train d’enchainer tranquillement quelques lancers sur votre playground préféré un dimanche aprem, quand tout à coup… Jimmy Butler débarque sur votre terrain et vous propose un petit match entre potes. Pas sûr que les quelques locaux s’attendaient à ce genre de journée ce week-end en s’envoyant leurs Chocapic matinaux, mais il est sûr et certain que cette journée restera longtemps gravée dans leurs mémoires. On vous raconte tout ça, et de l’intérieur car on a des indics absolument partout.

Story rapportée avec l’aide bienveillante de Jean-Claude Porte, gamer et membre actif de la communauté basket de Lausanne

Si vous suivez de près l’actualité estivale de vos joueurs NBA préférés, vous n’êtes donc pas sans savoir que le All-Star Jimmy Butler est actuellement en France. Pourquoi ? Et bien pour passer un début de mois de septembre entre fromageries et caves millésimées. Plus sérieusement, si le joueur du Heat est en France, c’est pour plusieurs raisons. La première, c’est qu’il est un grand fan de foot et notamment du PSG, gossip dont on ne parlera pas davantage aujourd’hui car par ici on est clairement restés bloqués dans la période Bruno N’Gotty au niveau futbol. La deuxième raison de la présence de Jimmy en Gaule, un peu plus officielle ? C’est son passage prévu en ce lundi 5 septembre du côté du NBA Store de Paris, histoire de promouvoir un peu la Grande Ligue et de prendre quelques photos avec le bas-monde.

Ça c’est que l’on sait.

Ce que l’on ne savait pas ? C’est qu’avant d’aller briller dans la capitale, Jimmy s’est offert une petite escapade de quelques jours, un peu plus au Sud et un peu plus à l’Est, précisément du côté de… Lausanne, chez nos très chers voisins suisses. Lausanne, son cadre poétique, ses saucisses aux choux, son air qui caresse les narines et ses 140 000 charmants habitants. Pourquoi Jimmy Butler est à Lausanne ? Et comment ? Les questions fusent, on nous mentionne que JB est ambassadeur d’une marque de montres et ceci explique cela, mais toujours est-il que quelques petits chanceux ont pu se retrouver totalement par hasard avec une superstar NBA qui leur a planté des buckets sur la trogne.

Lausanne 5 septembre 2022

Lausanne, ambiance Middle Earth et Gandalf à cheval.

Toute histoire demande un lieu précis : l’aventure que nous allons vous raconter se passe sur le playground de Vidy.

Veni, vidi, vici, voilà ce que vous pourrez allégrement dire si vous fréquentez un jour le bitume du playground de ce joli coin lausannois. Charmante petite bourgade bordée par le Nord du Lac Leman, Lausanne est la quatrième plus grande ville de Suisse et le chef-lieu du canton de Vaud, abritant entre autres le siège du CIO. Voilà, ça vous pourrez le sortir en soirée mondaine, ça fait toujours son effet.

Et au sein de Lausanne, il y a Vidy. Vidy, quartier de la ville où il n’y a pas que des vaches, des banques et des bagnoles à onze chiffres. Vidy c’est aussi un tieks où il y a des mecs qui se la donnent en terrain extérieur dès qu’un peu de soleil pointe le bout de son nez. On a beau répéter les mêmes punchlines sur Clint Capela, la Suisse aime le basket et le basket aime la Suisse. À l’image de Jean-Claude, un habitué des lieux qui n’était pas non plus un inconnu du bataillon. Il faut dire qu’en tant qu’administrateur de la page Facebook du Vidy Basket Lausanne, on s’était déjà croisés sur les Internets comme disent les jeunes, et même à l’occasion d’évènements 3×3, c’était dans une autre vie.

Mais alors comment on en vient à cette foutue story ? Et bien via votre humble serviteur, qui se baladait sur l’ancêtre des trombinoscopes (Facebook), et découvrait ces images incroyables : Jimmy Butler, sur un playground suisse. Immédiatement après avoir fini le café, je contacte Jean-Claude afin de lui taper une bise, ça fait un bail, et donc d’en savoir plus sur cette histoire. Jean-Claude décroche, sympa, comme toujours, et après quelques minutes de discussion ce dernier me propose de tout me récapituler par mail.

Une heure plus tard, qu’est-ce que je reçois ?

« Vidy c’est donc à Lausanne, en Suisse, sur les bords du Lac Léman. Pile en face d’Evian. Le playground est à quelques pas du siège mondial du CIO, rénové récemment. On partage le lieu avec le beach volley et un skate park, ça fait qu’il y a toujours de l’ambiance, surtout que depuis cette année, ils ont mis une petite guinguette ou on peut boire des verres après. Vidy c’est un peu un playground à l’ancienne. Peu de monde se prévient avant de venir car il y a toujours du monde, ça joue tous les soirs en été. Pas besoin de s’organiser. On joue avec les joueurs présents qui changent tous les soirs, même si il y a des habitués.

Un autre aspect du playground à l’ancienne, c’est que les profils sont très différents. Des joueurs de club côtoient des mecs qui n’ont connu que le playground. Il y a des jeunes, des vieux… Il y a un bon esprit en général mais ça reste un playground, donc il faut s’imposer. C’est naturel pour les habitués mais ça fait un peu peur pour certains qui ne connaissent pas ! »

La lecture ne fait que commencer qu’on sent déjà le tournant mythique se pointer. Profiter de quelques mètres carrés pour jouer à la baballe ne suffisait pas aux plus ardents basketteurs du coin, JC a alors fait en sorte de réunir quelques mecs aussi passionnés que lui. Parce qu’il y a quelque chose de différent sur ce bord du lac, et parce que les locaux méritent de voir du vrai basket de temps en temps :

« Depuis 2017 et le lancement d’un groupe Facebook, on a crée une petite communauté et redoré l’image du playground. Les gens sont revenus, la ville a changé les panneaux, les cercles, et elle projette même de créer 2 autres 1/2 terrains de 3×3. Le playground est devenu le plus important de Suisse à tel point que depuis 2 ans Red Bull y organise l’étape suisse de son tournoi mondial 3×3. Thabo Sefolosha a participé à l’édition de cette année. Avec la communauté, on a même lancé une équipe cette année dans le championnat corpo local, championnat qu’on a gagné ! »

La venue de Jimmy Butler à Vidy

Vidy 5 septembre 2022

Il est comment ce playground ? Il est BEAU.

 

Si on a enquêté (et imaginé) tout l’été ce que pouvaient bien faire nos NBAers, cette histoire est donc bien réelle. Un mec qui bataillait il n’y a pas si longtemps que ça avec LeBron James en Finales NBA a donc gamé une petite heure avec des autochtones éberlués, et là encore c’est notre envoyé très spécial qui raconte :

On savait qu’il était à Lausanne depuis au moins mardi et qu’il logeait à l’hotel Beau Rivage, un des 2 gros palaces de Lausanne. On avait vu des photos de lui sur les réseaux (musée olympique). Bien renseigné, il a fait le tour de toutes les installations de Lausanne pendant son séjour : la vallée de la jeunesse (principale salle de Lausanne, le centre 3×3 de Beaulieu (une nouvelle salle de 3×3 et aussi de 5×5) ou la Team Lausanne 3×3 (engagé dans le World Tour 3×3 s’entraîne), dans la salle privé d’un entraîneur américain basé à Lausanne et finalement Vidy !

Dimanche en fin d’après midi, il débarque sur le playground de Vidy, sans aucune communication préalable. Il était accompagné d’un membre de la sécurité, 2-3 amis et de 2 photographe/caméraman. Il a fait des shoots pendant un long moment, le vigile nous demandant de ne pas prendre en photo. La suisse est généralement appréciée des célébrités, car normalement les badaux sont respectueux et pas du tout intrusif. Et c’était le cas hier, les joueurs continuaient à jouer sur les autres terrains en regardant bien sûr fréquemment le spectacle de cette star NBA shootant à quelques mètres d’eux. A un moment, il a stoppé sa séance de shoot et appelé des joueurs pour faire quelques matchs.

Pour ceux qui connaissent un peu la bête, Jimmy Butler est ce que l’on pourrait appeler un compétiteur, au sens animal du terme. Nombreux en sont les exemples, de ses beefs avec l’ensemble des Timberwolves à son engueulade la saison passée avec Udonis Haslem à Miami, en passant par des dizaines de prises de tête sur les terrains depuis le début de sa carrière. Grande nouvelle, Jimmy est donc à la ville comme à la scène, et il ne s’est pas gêné pour bousculer – un peu – les chanceux qui ont croisé sa route en ce dimanche :

Il s’est mis avec ses 2 sparing parteners et à commencé à gamer. Et la part contre, ça a stoppé tous les autres matchs et tous les joueurs se sont rapproché pour regarder et essayer de jouer. Il a enchaîné les victoires, en comptant le score lui même. Il ne parlait pas beaucoup, donnait des consignes (placement…) à ses équipiers. Il a quand même perdu un match, contre nous en fait (la photo que tu m’as envoyé c’est le match en question). Il a taillé un peu ses coéquipiers (et moi aussi) en disant que je n’étais qu’un « 5 feet 10 » (alors que je fais 6 pouces 2 !!!) et qu’il fallait qu’ils m’attaquent. Le bâtard. Il a provoqué 2 fois le changement sur moi pour m’avoir en défense. J’ai eu beau lui dire « be nice, I’m 46 », il a poussé un peu, fait un spin, j’ai fait quelques pas de danse et il a marqué facile. Mais on a quand même gagné à la fin.

Il était un peu vénère et à taillé ses coéquipiers mais sans plus. Il a checké, je l’ai remercié d’être là. C’est tout. Franchement il jouait à 10%, on s’en doutait bien. On n’avait pas du tout le prétention de rester sur le terrain, du coup après le match, on a fait comme tout le monde, on s’est mis sur le coté, on a ouvert grand nos yeux et on a kiffé le voir jouer en espérant le voir faire des actions de folie. Il était vraiment là en mode vacance (c’est ce qu’il a dit d’ailleurs). Il n’a pas fait de promotions sur sa venue, au grand regret du journal 20min que j’ai eu au téléphone il y a quelques minutes (ils vont faire un article). Peu de communication, il n’était pas très expressif.

Après quelques matchs supplémentaires, avec son équipe, ils ont tranquillement rejoint leur chauffeur qui les attendait sur le parking. Il devait être à Paris aujourd’hui au NBA Store d’après ce qu’il a dit.

Voilà, c’est tout. C’est juste un de ces moments ou t’as l’impression que le temps s’arrête. Désolé de ne pas te fournir plus que ça en anecdotes, il impliquait trop ses coéquipiers. Limite j’aurais préféré qu’il nous écrabouille.

JIMMY BUTLER

Un instantané magique, presque suspendu donc selon les dires des personnes présentes. La preuve aussi que des mecs qui gagnent des millions et qui peuvent parfois sembler vivre sur une autre planète… peuvent également prendre du plaisir avec des choses très simples. Et vous, sinon, vous avez fait quoi hier après-midi ?

1 Comment

1 Comment

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top