Warriors

NBA Flashback 2021-22 : le soir où Stephen Curry a fait un zéro pointé à 3-points, une première dans sa carrière en Playoffs

Stephen Curry 22 février 2019 TrashTalk Fantasy League

À L’AIDE

Source : YouTube

Période creuse oblige, TrashTalk a pris l’habitude chaque été de vous faire revivre avec émotion les plus grands moments de la saison écoulée. Même en 2021 d’ailleurs, malgré un été qui avait alors mis l’ensemble de nos forces vives en PLS, mais ça c’est une autre histoire. On reprend donc notre bonne vieille formule, on recule de quelques pas, de quelques mois, et on se souvient que cette saison 2021-22 fut folle, du premier au dernier jour. Aujourd’hui ? Retour sur le 0/8 de Stephen Curry à 3-points, pendant le Game 5 des Finales NBA. 

Pour l’action en direct, c’est par ici que ça se passe !

Il n’y a jamais de bon moment pour le coup de la panne. Jamais de bon, mais on peut quand même dire sans se tromper qu’il y a une échelle dans les mauvais moments où cela peut survenir. On vous voit venir hein, mais ici on ne cause que de basket. En matière de balle orange, disons qu’une panne d’adresse dans un Game 5 de Finale NBA à 2-2 dans la série… on est dans la pire des situations. Rajoutez par dessus le marché que le gars dans la panade n’est pas celui du fond du banc, mais rien de moins que le meilleur tireur longue distance de l’histoire. Ça fait beaucoup là non ? Oui, on est d’accord. Mais comment ça s’est passé ça ? C’était pas considéré comme impossible que Stephen Curry ne réussisse pas le moindre 3-points dans un match de basket ? Alors si Pépito. Mais ce soir-là, plusieurs éléments ont rendu la vie sur le terrain extrêmement difficile au Chef.

Dans un premier temps, il faut bien sûr causer de la stratégie défensive mise en place par Ime Udoka. Le tacticien des Celtics a vite compris que laisser M’sieur Steph tirer – de surcroît à la maison – c’est presque signer son arrêt de mort. La solution est donc toute trouvée : l’empêcher de faire. Tiens, ça sonne bien sur le papier mais vous connaissez Baby Face désormais. Un défenseur, deux défenseurs, trois défenseurs ? La plupart du temps c’est ficelle quand même. Non, Udoka a poussé le concept un tantinet plus loin. Quoi de plus efficace pour bloquer un tireur d’être efficace que de l’empêcher de trouver ses appuis ? L’adresse au shoot étant principalement basée sur de la mémoire musculaire, être privé de l’espace requis au niveau des pieds pour calibrer le reste du corps rend tout de suite l’exercice bien plus difficile. As parmi les as en matière de démarquage, Stephen Curry a été constamment contesté, puisque les C’s ont également pris le pari de le trapper (défense à deux joueurs) pour le couper du jeu.

Une garde renforcée qui aura énormément contribué à l’échec de Curry, puisque la dépense d’énergie pour gérer deux défenseurs est bien plus important que pour un seul. Au final ? 16 points à 7/22 au tir, avec donc ce 0/8 de loin. “Comment qu’il a mis 16 points s’il était vraiment verrouillé de partout ?”. Là aussi, vous connaissez le bonhomme. Un écran, une coupe, une finition en douceur au cercle avec un floater ou un petit lay up des familles. Aussi impressionnante que sa méforme à 3-points ait pu être ce soir-là, il n’en reste pas moins que Steph nous a encore une fois prouvé qu’il était un redoutable attaquant polyvalent, capable de faire varier son jeu en fonction des besoins. Bien sûr, l’artillerie lointaine reste son grand atout mais pas certain ici que beaucoup d’autres joueurs auraient pu changer de registre avec autant de facilité le temps d’un match.

Pour l’aspect chiffres, puisque c’est là que les dingueries apparaissent vraiment : 233 matchs de suite avec au moins un tir de loin primé, série terminée. 132 matchs en Playoffs avec un tir à 3-points réussi, série terminée. 132. Matchs. De. Playoffs. Petite info comme ça ? 19 franchises de NBA n’ont pas joué 132 matchs de Playoffs depuis 2000. Prenez donc compte ici de la régularité du garçon et surtout de la longévité son équipe en Playoffs. Pour le Game 5 ? Et bien les siens feront le boulot, d’un Klay Thompson en jambes maritimes à un Andrew Wiggins chaud comme la braise. Victoire des Warriors, et la suite on la connaît car Steph va faire un boulot au Game 6.

Stephen Curry qui ne marque pas à 3-points ? Voilà une phrase qu’on ne pensait pas spécialement prononcer un jour, mais comme vous le savez… Rien n’est impossible en NBA. Au delà de la panne, cet épisode à montré toute la résilience des Warriors, qui ont réussi à renverser les Celtics sans leur arme ultime. 

Source : StatMuse, Twitter @kirgoldsberry 

1 Comment

1 Comment

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top