Nets

Pour Kevin Durant, sa legacy n’a « jamais été aussi forte » qu’aujourd’hui : qui se dévoue pour lui dire la vérité ?

Et hop, j’suis encore en top tendance moi.

Source image : Bleacher Report

Kevin Durant n’est décidément pas un basketteur comme les autres. En plus de marcher sur les défenses de la Grande Ligue chaque soir, le Slim Reaper est également très actif sur les réseaux sociaux, toujours prêt à rentrer en beef contre ses haters. Très souvent au cœur de débats houleux, notamment pour ses déclarations et ses choix de carrière, KD est une tendance Twitter à lui tout seul. Dernière exemple en date, l’ailier s’est expliqué avec des fans au sujet de sa legacy, persuadé que cette-dernière n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui. Alors désolé Kevin, mais nous aussi on se permet d’en douter. 

Soyons clairs, quand Kevin Durant ouvre Twitter, ce n’est jamais pour enfiler des perles. Loin d’être un sportif discret sur les réseaux, KD n’hésite pas une seule seconde lorsqu’il s’agit de répondre à ses haters. En même temps, ce ne sont pas les opportunités qui manquent, puisque le téléphone de l’ailier doit surchauffer régulièrement, assailli par les notifs’. Encore une fois au centre de toute les conversations depuis sa demande de trade, le grand Kevin a sans doute fait face à un nombre de réactions incalculable. Franchement pas étonnant, surtout au vu des circonstances. Alors que le big three des Nets est devenu un big two depuis le départ de James Harden, Kyrie et KD souhaiteraient eux-aussi quitter le navire, pour laisser Brooklyn avec un big plus rien du tout.

Des envies de départ probablement dues au manque de résultats sur le terrain, puisque depuis l’arrivée du Slim Reaper il y a deux ans, l’équipe n’a jamais dépassé les demi-finales de Conférence. Bon, jusqu’à là, vous vous dites probablement que ça va, un joueur déçu par le projet de sa franchise a bien le droit de vouloir de se barrer et d’autant plus à 33 ans, lorsqu’une grande partie de la carrière est dans le rétro. Alors oui, mais non. En réalité et comme souvent avec Kevin Durant, le problème est davantage dans la forme que dans le fond. Au-delà de vouloir quitter Brooklyn, KD communique de manière pas franchement classe. Dernier exemple en date, l’ailier aurait posé un sale ultimatum au front office des Nets : ce sera lui ou le duo Sean Marks – Steve Nash. Quand on vous dit que c’est pas jojo…

« Tout est une question de perspective mon gars. Tu dis qu’elle est entachée, (sa legacy ndlr) je dis qu’elle n’a jamais été aussi forte. »

Visiblement, pas de quoi empêcher Durant de bien dormir, puisque la superstar des Nets est parti en croisade pour défendre son bout de pain. Vivement critiqué pour ses choix de carrière, l’ailier l’assure pourtant : rien de tout ça ne viendra ternir son héritage post-NBA. Mieux encore, selon le Slim Reaper, sa legacy n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui. Pour nos lecteurs au fond de la classe pendant les cours d’anglais, le terme de legacy désigne en général l’héritage du joueur, ce qu’il aura laissé dans l’histoire du basket-ball et de la Grande Ligue, la manière dont il a impacté le jeu. Que ce soit sur le parquet ou même en dehors, cette notion permet finalement d’estimer très vite la place d’un basketteur au sein de l’histoire. Revenons-en maintenant à notre ami Durantula. Attaquant formidable et joueur hors-pair, Kevin Durant fait à coup sûr partie des plus grands joueurs que la Ligue aie connu. Son talent est indéniable, et le bonhomme trône tout en haut dans le classement des meilleurs attaquants de tous les temps, c’est un fait. Oui mais voilà, si Durant est magnifique sur les parquets, son attitude en dehors laisse parfois à désirer. Attention, le garçon ne fait de mal à personne, mais ses choix et ses déclas sont quand même bien souvent lunaires.

Dernier exemple en date, l’ailier a ironiquement demandé aux fans sur Twitter s’il avait « ruiné le jeu ». Comprenez par là : « Est ce que mes choix de carrière ternissent le joueur que je suis et l’héritage que je laisserai en NBA ? » Bien évidemment et comme le souhaitait probablement KD, les réponses ne se sont pas fait attendre. Tout le monde est allé de son petit commentaire et le Slim Reaper a encore fait exploser le réseau de l’oiseau bleu. Alors que certains s’évertuent à défendre l’ailier des Nets, d’autres ne se gênent pas pour tirer sur l’ambulance. Toujours est-il que si KD doit bien se marrer derrière son tel’, l’interrogation qu’il vient de soulever mérite une vraie réflexion. Un joueur aussi fort sur le parquet peut-il vraiment perdre du crédit pour ses choix de carrière ? Eh bien ici, c’est un peu oui, mais un peu non quand même.

En terme de talent pur, Kevin Durant est indéniablement très haut dans l’histoire, quasiment tout aussi haut qu’en terme de palmarès d’ailleurs. Double champion NBA, MVP en 2014, douze fois All-Star, bref, la liste est aussi longue que ses bras. Pour autant, le grand Kevin n’a jamais chopé de bagouze en tant que franchise player pur et dur. OKC ? Défaite en Finales NBA. Golden State ? Désolé l’ami, mais les Warriors appartiennent bel et bien à Steph. Brooklyn ? Nouvel échec. Au-delà même des titres, le problème récurrent avec KD reste sa tendance à se laisser porter là où le vent souffle le plus fort. Son choix de rejoindre San Francisco en 2016 reste d’ailleurs impardonnable pour beaucoup. Aujourd’hui encore, Durant est annoncé chez des prétendants sérieux pour le titre – Miami, Boston ou encore Philadelphie – et cette stratégie semble un peu trop facile. Pour récupérer quelques bagues avant la fin de carrière, c’est évidemment le mieux à faire, mais pour entretenir un héritage déjà terni, les choses deviennent tout de suite plus compliquées. Quitter le navire quand ça ne clique pas : l’expression est dure, mais traduit assez fidèlement l’un des reproches adressés à Kevin Durant. Dans une Ligue ou Damian Lillard et Steph Curry sont des ovnis par leur niveau de jeu comme par leur fidélité, peut-on vraiment reprocher à KD de se laisser porter là ou l’odeur d’une bague est la plus forte ? On vous laissera juger.

En attendant de pouvoir mesurer convenablement la legacy de Kevin Durant, on aimerait déjà beaucoup savoir où le bonhomme jouera la saison prochaine. Que ce soit à Brooklyn ou ailleurs, il ne fait en tout cas aucun doute que KD risque d’enflammer les parquets autant que les réseaux sociaux. 

Sources texte : NBC Sports / Bleacher Report

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top