Les Français en NBA

NBA Flashback 2021-22 : quand un Thunder – Pistons a pris des allures de scrimmage franco-français

Théo Maledon Killian Hayes 3 avril 2022

Cocorico !

Source image : NBA League Pass

Période creuse oblige, TrashTalk a pris l’habitude chaque été de vous faire revivre avec émotion les plus grands moments de la saison écoulée. Même en 2021 d’ailleurs, malgré un été qui avait alors mis l’ensemble de nos forces vives en PLS, mais ça c’est une autre histoire. On reprend donc notre bonne vieille formule, on recule de quelques pas, de quelques mois, et on se souvient que cette saison 2021-22 fut folle, du premier au dernier jour. Aujourd’hui ? Une réunion improvisée entre quatre français sur le parquet du Thunder.

Après « OKC se mange la plus grosse branlée de l’histoire » et « OKC se mange le tir le plus lointain de l’histoire », suite des aventures calmes et bucoliques de nos amis de l’Oklahoma.

Tous deux englués dans un exercice 2021-22 galère, Pistons et Thunder s’affrontent pour la deuxième et dernière fois de la saison. Si cette rencontre peut sembler parfaitement random – pour ne pas dire complètement vide d’intérêt – c’est, pour tous les Français, une autre histoire. Dans un Paycom Center vraiment pas en feu du tout, les étoiles bleue, blanche et rouge se sont en effet alignées pour écrire une nouvelle page de l’histoire des Français en NBA. Trois cocoricos dans une même franchise, ça vous dit quelque chose ? Hop, deuxième saut dans la machine à remonter le temps, direction les Spurs de TP, Babac et Nando entre 2012 et 2014. Déjà là, c’est fort. Mais alors quatre Français, tous en tenue et sur un même parquet NBA, c’est du quasi jamais-vu puisque seul le trio sus-cité a connu ce genre de moments, alors qu’un Pistons – Thunder, déjà, avait également réuni un an plus tôt Killian Hayes, Sekou Doumbouya, Théo Maledon et Jaylen Hoard sur le même parquet… mais pas en même temps.

En ce 1er avril 2022 (aucune vanne), ce sont donc Théo Maledon, Olivier Sarr, Jaylen Hoard et Killian Hayes qui vont croiser le fer pendant toute une partie de la soirée, portant bien haut les couleurs de notre pays. Haut et très haut même, tant nos Frenchies auront brillé ce soir-là ! Pour preuve, les deux guards tricolores finiront meilleurs marqueurs de leur franchise respective. Mais bon, l’histoire c’est bien, le basket c’est mieux, alors suivez-nous, on vous replonge dans le match fissa.

En difficulté sur l’ensemble de sa seconde saison avec Motor City, Killian Hayes va profiter d’être de passage dans la ville de ses potos pour remettre les pendules à l’heure. Premier quart-temps lancé, et Kiki fait déjà l’étalage d’une panoplie étonnamment complète, à l’image d’un mi-distance bien compliqué dans les premières minutes. La papatte gauche est réglée. Sept minutes plus tard, le numéro sept cumule déjà sept points et continuera son entreprise de démolition de la défense du Thunder durant toute la partie, ouais ça fait beaucoup de sept. Agressif vers le cercle et généreux avec ses petits copains, Killian livre ainsi en direct ce qui semble être le match référence de sa toute jeune carrière.

Aux premières loges pour en profiter ? Théo Maledon semble lui aussi pris d’une soudaine envie de fermer quelques clapets. Si sa saison sophomore est globalement en-deçà des prémices entrevues lors de l’exercice précédent, le jeune guard du Thunder n’a visiblement rien perdu de son talent. Enchaînant les actions intelligentes et à l’aise derrière l’arc, il envoie même une longue bombinette sur un caviar de Jaylen Hoard.

Jaylen Hoard, tiens, parlons-en. Invité surprise dans la saison d’OKC via un contrat de dix jours et titularisé pour l’occasion, l’ancien de Wake Forest va s’en donner à cœur joie dans la raquette des Pistons. Pas maladroit avec ses mains non plus, le droitier se permet même de décocher un joli triple dans le premier quart-temps. A l’issue d’un second quart un peu plus calme, trois de nos Frenchies rentrent donc au vestiaire avec des lignes de stats plutôt classiques, pendant que Killian Hayes compile déjà seize points. Puis la suite n’en sera pas moins cool et c’est même en fin de partie que la magie opère.

Théo Maledon explose dans le dernier quart en envoyant 15 points, Jaylen Hoard profite des dernières minutes de la rencontre pour gober son vingtième et ultime rebond de la soirée. Un vrai aspirateur. Finalement, ce sont les Pistons qui repartent avec une victoire plutôt anecdotique, mais en grande partie due à un Killian Hayes ultra-complet. Au fait, on vous a parlé d’Olivier Sarr ? Non parce que le match de l’ancien Wildcat n’est pas infâme non plus. A l’image des ses petits (grands) collègues, l’intérieur va envoyer du bois et livrer une jolie performance  bien aboutie pour un débutant en NBA. Ouvrez le couvercle de la marmite, plongez-y de bonnes grosses lignes de stats, un soupçon de petits Français et saupoudrez le tout d’histoire, refermez, laissez bouillir quelques quarts-temps et vous obtiendrez une belle soirée devenue mythique. En réalité, pas de recette miracle pour que nos Bleus progressent, ils doivent jouer pour évoluer. Visez d’ailleurs un peu ce qui se passe quand les étoiles décident de s’aligner.

  • Killian Hayes (Detroit Pistons) : 26 points, 7 rebonds, 8 passes, 5 interceptions.
  • Théo Maledon (OKC Thunder) : 28 points, 6 rebonds, 6 passes.
  • Jaylen Hoard (OKC Thunder) : 11 points, 20 rebonds, 3 passes
  • Olivier Sarr (OKC Thunder) : 11 points, 5 rebonds, 2 passes.

Si aujourd’hui pas mal de choses ont changé et que nos Français sont en majorité pas des murs porteurs de leurs franchises respectives, ce match restera gravé comme un chapitre important de l’histoire tricolore dans la Grande Ligue. Et bonne nouvelle, avec les prochaines vagues à venir (Dieng, Diabate, Kamagate, Besson, Begarin, Wemby, etc), de nouvelles histoires fort sympathiques pourraient très vite s’écrire à l’encre bleu, blanc, rouge. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top