Bucks

NBA Flashback 2021-22 : quand Giannis Antetokounmpo a roulé sur Anthony Davis pour asseoir son statut de MVP

Giannis Antetokounmpo clin d'œil pari

LeBron, Westbrook et AD sont en face ? Vous inquiétez même pas, je gère !

Source image : NBA League Pass

Période creuse oblige, TrashTalk a pris l’habitude chaque été de vous faire revivre avec émotion les plus grands moments de la saison écoulée. Même en 2021 d’ailleurs, malgré un été qui avait alors mis l’ensemble de nos forces vives en PLS, mais ça c’est une autre histoire. On reprend donc notre bonne vieille formule, on recule de quelques pas, de quelques mois, et on se souvient que cette saison 2021-22 fut folle, du premier au dernier jour. Aujourd’hui ? On revient sur une entreprise spécialisée dans la démolition de Lakers. Son nom, les Milwaukee Bucks et son chef de chantier grec, Giannis Antetokounmpo. 

La soirée à thème Zeus vécue en direct

C’est dans une Crypto poincom Arena pleine à craquer que les Lakers ont l’occasion parfaite pour relancer une saison déjà mal embarquée. En balance négative (26-29) alors que la mi-saison est dépassée, les Purple & Gold reçoivent les Bucks d’un certain Giannis Antetokounmpo pour la seconde fois de l’exercice. Déjà battus par ces-mêmes Daims (109-102) lors du « match aller », les Angelinos comptent sur le retour d’un LeBron James absent lors de la première manche pour laver l’affront. Côté Bucks, la troupe de Mike Budenholzer gère tranquillement sa fin de saison. L’objectif est clair pour les champions en titre : être prêts pour les Playoffs. Pour ce second acte, les deux formations sont au quasi-complet, donnant alors lieu à un match dans le match. Giannis Antetokounmpo face à Anthony Davis, le Greek Freak contre le Brow. Largement dominé par le Grec lors de l’affrontement précédent, AD est attendu au tournant. En ayant posé 47 points sur le monosourcil, Giannis avait pour sa part déjà confirmé cette tendance à répondre présent quand on l’attend. Joueurs et staffs se saluent, LeBron fait voler la magnésie et le match peut débuter.

La première action est parfaitement annonciatrice des évènements à venir. Trente petites secondes seulement après le jump-ball, Russel Westbrook part en drive dans la raquette des Bucks, pensant avoir pris de vitesse Khris Middleton. Vous sentez venir la suite, le Brodie s’élève pour un lay-up mais se fait vite rattraper par la patrouille. Giannis Antetokounmpo déploie ses immenses bras et envoie le ballon s’écraser contre la planche. Middeton récupère et file inscrire les deux premiers points du match en contre-attaque. Le ton est donnée et les Bucks peuvent commencer à réciter une partition parfaitement maitrisée. Très actif des deux côtés du terrain comme à son habitude, le Greek Freak s’illustre encore défensivement, cette fois face à Anthony Davis. En isolation face à la montagne grecque, l’intérieur des Lakers tente d’enfoncer son vis-à-vis au poste. T’es mignon AD mais réessaye, Giannis ne bouge absolument pas et passe même à quelques centimètres de l’interception.

Vexé de s’être mangé un mur, le Brow a une idée absolument géniale (ou pas), balancer un bon gros fadeway des familles en espérant que ça fasse filoche. Raté évidemment, le Grec déploie ses 222cm d’envergure et envoie un contre de l’espace sur la tronche d’un Anthony Davis resté de marbre. Pire encore, le fou furieux de Milwaukee capte le rebond, met en route ses jambes télescopiques et file au panier en coast to coast. Lancé à pleine vitesse dans la raquette, Giannis monte au layup et croise sur son chemin un LeBron James bien déterminé à l’empêcher de scorer. Pour vous donner une idée plus globale de la scène, imaginez juste deux trains de marchandises se rentrer dedans pleine balle. Le Greek Freak finit au sol mais obtient la faute, ce qui ne plaît pas beaucoup au King, qui ne se gêne pas pour le faire savoir auprès des arbitres (étonnant ça). Giannis convertit ses deux lancers (bizarre ça aussi) et se replace, les Bucks font la course en tête.

Le reste du match n’est qu’une formalité pour Antetokounmpo, qui roule littéralement sur les Lakers. Ultra-propre au shoot, le Grec terminera finalement le match avec 44 points. C’est déjà du lourd, mais imprimez bien que ce grand malade bouclera la rencontre à 85% au tir, dont 2/2 derrière l’arc. Vous en voulez encore ? Ajoutez à cela 8 passes (pour aucune perte de balle) et 14 rebonds, et vous obtenez ce qu’on appelle une masterclass dans le jargon. Dominant des deux côtés du parquet, Giannis aura totalement éteint un Anthony Davis une classe en-dessous cette soirée là. Si le Brow à tout de même fait ses stats et termine en 22/9/4, son impact dans le jeu est bien plus maigre que celui de son homologue. La suite de la saison confirmera d’ailleurs les déboires d’AD et les Lakers. Ratant le play-in de peu, les Angelinos feront finalement exploser une grande partie du groupe version EPAHD pour rebâtir un effectif plus jeune en vue de l’exercice suivant. Les Bucks, eux se farciront Miami au premier tour pour enchaîner avec Boston ensuite. La suite de l’histoire, vous la connaissez probablement aussi bien que nous.

Pour ceux qui en doutaient encore, Giannis a une fois de plus prouvé qu’il répondait présent dans les grands rendez-vous. 44 points, 14 rebonds et 8 passes sur la truffe de Lakers totalement impuissant face à la bête, on peut dire que le job est fait.  Heureusement la NBA est un éternel recommencement et les Angelinos auront l’occasion de prendre leur revanche dès la saison prochaine. Attendu au tournant au prochain duel, Anthony Davis va devoir prouver qu’il est bien plus que « ADisney ».

2 Commentaires

2 Comments

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top