Warriors

Champion NBA et futur des Warriors, mais aussi… amoureux des chats : Jordan Poole a décidément un CV très particulier

Jordan Poole 18 juillet 2022

Délicieuse petite bête à poils.

Source image : YouTube

Non non, vous ne rêvez pas. Fan absolu des… chats, Jordan Poole entretient avec eux une relation peu commune, voire carrément unique. Ce sont ses « enfants », ses « yougins », ses « petits frères »… bref, des petites bêtes qu’il estime bien plus qu’une grande partie des êtres humains. Après Myles Turner et les Lego, on a donc décidé de vous parler d’un autre joueur qui affiche clairement sa plus grande passion. Si vous n’étiez pas encore au courant, c’est donc l’heure de vous mettre à jour.

On ne va pas vous mentir, maintenant que la Summer League est terminée, l’actualité NBA est loin d’être florissante. L’occasion parfaite d’aborder un sujet disons… différent de ce dont nous avons l’habitude de parler ici. Car bien que nous ayons à de multiples reprises évoqué Jordan Poole à travers l’angle basketballistique, c’est aujourd’hui sa passion son amour incommensurable pour les chats qui va nous intéresser. Si de nombreux fans sont déjà au courant de cette relation particulière qu’entretient le joueur des Warriors avec les piti félins, d’autres ne se doutent pas un instant que l’on parle d’un champion NBA assumant totalement préférer passer du temps avec ses chats plutôt que d’aller voir ses potes, et ce sans aucune hésitation. Loin de nous l’envie de juger cette adoration, mais force est de constater qu’elle dénote du discours très brotherhood majoritairement tenu dans la Ligue, bien que l’un n’empêche pas l’autre.

Le coup de foudre est arrivé il y a plusieurs années. Comme en témoigne la mère du guard, la Poole Family a toujours vécu entourée d’animaux, même s’il s’agissait en grande majorité de chiens. Une habitude qui va être chamboulée en 2015, lorsque Jordan intègre le lycée Rufus King à Milwaukee. En raison des fréquents déplacements de ce dernier pour les matchs du week-end, il devient compliqué pour la famille d’adopter de nouveaux canidés, qui demandent une présence constante désormais difficile à assurer. La solution ? Se tourner vers les chats, qui demandent moins d’affection. Un choix qui va donc avoir une terrible conséquence : Jordan Poole tombe amoureux. C’est bien simple, lorsqu’il n’est pas en train de jouer au basket, le back-up de Stephen Curry passe son temps avec ses nouveaux compagnons, mais vraiment tout son temps. Le bonhomme n’hésite d’ailleurs pas à régulièrement publier des storys de ses « enfants », comme il aime les appeler, sur Instagram (voir thread Twitter ci-dessus). En 2019, devant les caméras de KPIXTV, ce dernier revient d’ailleurs sur l’une de ses premières préoccupation lorsqu’il apprend être drafté à l’autre bout du pays chez les Warriors :

« Comment fait-on pour aller à Golden State ? Je ne pense qu’à comment allons-nous réussir à emmener Lizzie [sa chatte, ndlr.] là-bas ? Elle [sa mère, ndlr.] est en mode : « Lizzie ne va aller nulle part ». Et je suis genre : « attends, qu’est-ce que tu dis ? Tu ne peux pas garder mon chat ! » Tu vois ce que je veux dire ? »

Le mec s’est donc méchamment fait rembarrer par sa mère comme un enfant de quatre ans. Toujours est-il qu’une solution a très vite été trouvée puisque Poole, à l’occasion d’une opération de secours d’animaux, adopte dans la foulée Kai et Kota, deux Maine Coon, la plus grande race de chats domestiques au monde. Interrogé par NBC Sports dans l’émission Pro Pets, ce dernier compare d’ailleurs ses deux bêtes à des coéquipiers. Alors oui, on peut trouver ça complètement con, mais comme on est sur TrashTalk, y’a pas moyen qu’on passe à côté. Kai serait donc proche de Glenn Robinson III en raison de son côté athlétique et carrée, qui connaît son rôle. Kota, le grand frère, serait plutôt un petit Big Man, qui parle énormément tout en s’assurant que l’équipe tourne bien, on vous laisse deviner de qui il s’agit. Aux courses, à la salle, dans son lit… il n’y a absolument aucun endroit sur Terre où le guard n’emmènerait pas ses adorables boules de poils. Mais qui aurait pu se douter qu’une Poole s’entendrait aussi bien avec des chats ? Désolé, on était obligé de la faire.

Si vous habitez San Francisco et que votre rêve est de croiser mini-Steph, nous vous recommandons donc de vous rendre dans des… bars à chat, où vous décuplerez vos chances de le rencontrer. Il faudra néanmoins que les Warriors soient vigilants cet automne lorsqu’ils iront affronter les Wizards à Tokyo dans le cadre de la pré-saison. Le risque ? Que Jordan Poole décide de ne plus jamais quitter le Japon, où les chats sont littéralement PARTOUT.

Source texte : The Athletic / NBC

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top