Heat

Miami a donc signé un mec qui s’appelle Orlando : logique, après tout Brandon Boston joue bien à Los Angeles

Géographie 26 juin 2022

Une news sponsorisée par Florida.

Finales NBA terminée et donc saison NBA terminée. Draft effectuée. Finales de Betclic Elite c’est fait. Coupe du Monde de 3×3 sur le point d’avoir rendu son verdict. Nous sommes le 26 juin et c’est désormais officiel, la planète basket est en pause, à quelques buckets de WNBA près. Oui ? Non.

Non, car la Free Agency approche et car cette période rime avec breaking news. Des rumeurs de trade, des signatures de joueurs obscurs en vue de la Summer League de juillet, et c’est donc dans ce cadre idyllique que s’inscrivent les lignes qui vont suivre. L’info qu’elle est-elle ? Eh bien sachez que le Heat a signé hier un pivot non-drafté pour venir renforcer le groupe pour la Summer League, le Heat de Miami donc, et que ce pivot non-drafté répond aux doux prénom… d’Orlando. Orlando à Miami, c’est drôle hein. Et comme on entend d’ici les rires de la foule, on vous envoie le tweet officiel histoire de lettre un peu de sérieux dans tout ça.

Orlando Robinson à Miami c’est un peu comme si Christopher Saint-Etienne signait à Lyon, un peu comme si Bruno Mars était né en le 8 octobre ou comme si France Gall n’avait jamais pris l’Eurostar, Orlando Robinson à Miami ça nous rappelle aussi que Duncan Robinson n’a jamais joué à San Antonio. Orlando Robinson ça nous rappelle que le jeune Brandon Boston a cartonné deux fois les Celtics cette saison mais avec les Clippers, Orlando Robinson à Miami ça nous laisse également imagine que son artiste préféré doit probablement être Florida, mais, un peu de sérieux tout de même : Orlando Robinson semble être un vrai bon « petit » basketteur. En effet, ce poste 4/5 sort d’une saison à plus de 19 pions et 8 rebonds de moyenne avec Fresno State et était considéré avant la Draft comme l’un des intérieurs les plus efficaces offensivement de toute la cuvée. Personne ne s’est néanmoins manifesté pour ce grand machin de 2m11 à l’envergure folle, et c’est donc à Las Vegas que l’homme floride tentera de se faire un nom avec le Heat.

Rendez-vous donc dès le 7 juillet pour voir ce que donne notre héros du jour, au milieu d’un paquet d’autres mecs dont les noms nous font pour l’instant tiquer plus que leur niveau de jeu. On rappelle ici que la Summer League sert aussi à découvrir des cracks comme D.J. Carton, Yannick Nzosa, Gui Santos ou Luke Travers, et que c’est clairement, en partie, pourquoi on aime tant le mois de juillet en NBA.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top