TrashTalk Award

TrashTalk Award – S04 E16 : Luka Doncic est désormais propriétaire d’un complexe hôtelier 5 étoiles dans le cerveau de Devin Booker

Luka Doncic

C’est paradoxal, mais comment ne pas péter un plomb devant une telle gueule d’ange ?

Source image : NBA League Pass

La NBA n’est jamais la dernière pour apporter son lot de saillies verbales en tous genres entre ses différents protagonistes. Et forcément, comptez sur nous pour les recenser aussi souvent que possible, car sans être trop premier degré, on est friands de ces duels musclés. Alors, c’est qui pour vous la plus grande gueule du moment ?

La précédente édition du TrashTalk Award a été remportée par Jimmy Butler, se demandant qui est Tobias Harris.

Candidat # 1 : Luka Doncic est tout simplement infernal et ne veut pas lâcher son sourire

Depuis le début de sa carrière en NBA, Luka Doncic a pris pour habitude de revenir en défense avec un sourire narquois dès qu’il score. Ce phénomène semble s’être amplifié avec les Playoffs et les caméras bien plus souvent braquées sur lui, la photo ci-dessous est représentative d’environ 110% des paniers scorés par Luka.

Le génie slovène n’a eu de cesse de provoquer son antagoniste Devin Booker, tout au long des demi-finales de conférence, dans l’unique but de le faire dégonder. et quand on voit la tronche du Game 7 de l’arrière des Suns, on se dit que Doncic a réussi. Peut-être que le tournant des séries se trouvait ci-dessous.

Il semblerait que cette « interception » de Booker ait fortement déplu à Doncic, ce dernier susurrant des termes que nous ne traduirons pas. Magic Luka a en tout cas été en mission pendant toute la série, et a pris un malin plaisir à rendre fou Booker avec son petit sourire d’enfant qui va avoir droit à son paquet de chips. Cette image est tellement devenue virale que le patron de la ville de Dallas a même décidé d’en faire un t-shirt. Infernal on vous dit.

Mais attendez encore un peu, parce qu’un journaliste a décidé de poser une question bien particulière au Slovène, qui apporte donc une réponse tout aussi particulière.

Candidat # 2 : Anthony Edwards et… l’aéroport de Dallas se réjouissent de l’élimination des Suns

Anthony Edwards semble avoir la rancœur tenace, et ne pas trop porter les Suns dans son cœur. Même si on sait qu’il n’a visiblement que des ennemis lorsqu’il rentre sur le parquet, on sent que l’animosité envers la franchise de Phoenix est bien réelle. Lui qui est en vacances depuis le 1er tour et la défaite des Wolves face aux Grizzlies en six matchs mais avec les honneurs, il a pu se délecter de ce Game 7 foiré par les grandes largeurs par Phoenix contre Dallas en demi-finales de conférence.

« Je me souviens quand on jouait contre Phoenix, ils parlaient tellement, ils disaient qu’il fallait qu’on fasse les Playoffs mais qu’on ne les ferait pas. On est peut-être éliminés mais sérieux c’est une honte. Vous n’avez que 36 points dans le troisième quart-temps ? C’est terrible. »

Ant-Man semble se régaler de l’élimination des Suns, qu’il estime donc arrogants et qui visiblement se pensent meilleurs qu’ils ne le sont vraiment. Pour emboîter le pas à l’arrière des Wolves, même l’aéroport de Dallas s’y met, en utilisant cette fameuse photo que nous avons vu ci-dessus. On aime cette énergie.

« Hey, comment tu tiens le coup ? »

Candidat # 3 : Patrick Beverley était chaud mais Damian Lillard et Danny Green le calment vite

Du côté de Minnesota, on ne joue plus tellement au basket depuis l’élimination face aux Grizzlies mais alors qu’est-ce qu’on parle ! Après Anthony Edwards sur les Suns donc, c’est Patrick Beverley qui décide de s’occuper personnellement du cas Chris Paul. On imagine que le meneur de poche était sous acides au moment d’évoquer CP3 car il est vraiment allé très loin dans ses propos. Heureusement, le Point God peut compter sur quelques soutiens en NBA.

« Ses stats ne sont pas mauvaises. »
« Parce que personne ne défend sur lui. »

« Les joueurs te ciblent aussi en défense Pat. Tu ne défends jamais, tu ne stoppes pas Luka Doncic. À chaque fois, j’entendais Luka te dire que tu étais trop petit. Il saisissait chaque chance quand tu défendais dessus. »

On tient peut-être l’une des prochaines punchlines du futur album de Dame D.O.L.L.A. ici, lui qui n’est jamais avare pour distribuer du taquet. Tandis que Danny Green, dont les ligaments croisés viennent de divorcer, va probablement avoir tout son temps entre deux séances de rééducation pour écumer les podcasts avec ce genre de franc-parler. Pat Bev a beaucoup parlé, mais le retour de flamme n’est pas à négliger dans ces moments-là.

Candidat # 4 : Mark Cuban remballe Lil Wayne avec… l’une de ses propres punchlines

Le célèbre rappeur Lil Wayne était dans les tribunes de la Talking Sticks Resort Arena lors de la demi-finale de conférence entre Phoenix et Dallas, et le moins que l’on puisse dire, c’est que « Mr Carter » était bien plus du côté des Suns, et ne semble pas porter Luka Doncic dans son cœur. Probablement agacé par sa propension à réclamer auprès du corps arbitral, l’interprète de « A Milli » s’est lâché sur la star des Mavs.

On imagine que nous n’avons pas besoin de traduire ce genre de tweet. Mais le propriétaire des Mavs, Mark Cuban, s’est empressé de voler à la rescousse de son joyau, le tout en citant l’une des punchlines de Lil Wayne, contenue dans le titre « Uproar » du rappeur natif de la Nouvelle-Orléans.

« C’est un show de merde, tu t’es mis au premier rang. »

Un violent retour de karma pour le rappeur, qui a ensuite insulté Mark Cuban dans un langage bien fleuri avant de supprimer son tweet. On a depuis vu les deux tourtereaux se réconcilier au bord du terrain, mais nul doute que Cuban va garder Lil Wayne à l’œil, et que Luka Doncic ne doit toujours pas être très apprécié du rappeur.

Candidat # 5 : la nouvelle célébration de Stephen Curry ? Le sommeil

Chaque joueur essaie de se faire une célébration signature au cours de sa carrière, et visiblement, celle du moment pour Stephen Curry est le mime du sommeil, qu’il a déjà faite à plusieurs reprises au cours de la saison régulière, mais aussi des Playoffs. Le tout en mangeant son protège-dents bien sûr. Le MVP 2015 et 2016 et MVP des Fin… heu nan rien a récidivé, face au banc des Mavs s’il vous plait.

Voilà, en quelques shoots, Stephen Curry éteint la lumière et plonge les Mavs dans l’obscurité afin de les endormir, voilà ce qu’on peut retenir de cette toute nouvelle célébration qui finira à coup sur en posters chez les fans du Chef.

Candidat bonus : Payton Pritchard trouve Tyler Herro trop petit

Ici aussi, on est sur du vu et revu, mais Payton Pritchard a décidé de s’attaquer à Tyler Herro, qui n’est jamais non plus le dernier pour envoyer une saillie verbale bien sentie. En scorant sur la truffe du sixième homme de l’année, le remplaçant des C’s a trouvé que son défenseur était de trop petite taille, et le lui a fait savoir.

Simple mais efficace, le joueur à la dégaine de Mii a fait le taf, sur le terrain, comme dans la parlotte, et bien plus que ça même. Payton a bien mérité ses Finales NBA.

Mais qui a eu la plus grande gueule dans cet épisode ?

View Results

Loading ... Loading ...
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top