Grizzlies

Les Grizzlies démoralisent Minnesota : victoire 104-95 après avoir eu 26 points de retard, ne vendez jamais la peau de l’ours avant de l’avoir fumé !

Les Grizzlies étaient menés de 26 points. Ils sont repartis du Target Center en patron.

Source image : NBA League Pass

Dans une série de Playoffs à égalité 1-1, le Game 3 a toujours le potentiel de représenter un tournant. Et dans quelques jours, on regardera peut-être en arrière pour se souvenir du scénario incroyable de cette troisième manche entre Minnesota et Memphis. Devant au score pendant une grande partie du match et prenant jusqu’à… 26 points d’avance, les Wolves sont tombés contre des Grizzlies qui ont eu le mérite de ne jamais rien lâcher. Énorme win pour la bande à Ja Morant, énorme coup de massue pour les hommes de Chris Finch.

Pour la petite box score maison, c’est par ici

Tout était parti comme dans un rêve pour les Wolves. Pas vraiment habitué à accueillir un match de Playoffs, le public de Minnesota avait bien l’intention de s’enflammer et très vite, il a pu libérer toute son énergie devant l’énorme début de match des Loups. Dans le rôle d’ambianceur de soirée ? Pat Beverley, who else. Complétement possédé, Pat Bev donne le ton d’entrée à travers sa défense évidemment mais surtout en attaquant Ja Morant les yeux dans les yeux. Le pitbull de Minnesota se prend pour le meilleur joueur de la planète à tel point qu’il lâche un auto-alley oop avec la planche pour finir avec un lay-up. La phrase est folle mais pourtant bien réelle. Des chants de MVP commencent même à descendre des tribunes, pas de doute on est partis pour une soirée WTF. Portés par leur franchise player, les Wolves affichent une intensité défensive de folie et les Grizzlies ne voient pas le jour, à part Desmond Bane qui est le seul à surnager. Le changement de cinq réalisé par le coach de Memphis Taylor Jenkins – qui a décidé de titulariser Kyle Anderson à la place de Steven Adams – n’a clairement pas l’effet escompté et on est même au bord de l’explosion. Pendant que les Oursons combinent maladresse et fautes (foul trouble pour Ja Morant, Jaren Jackson Jr. et Dillon Brooks), les Loups sont méga agressifs, font mal en transition et enchaînent les points dans la raquette. Vous ajoutez à ça quelques banderilles du trio D’Angelo Russell – Anthony Edwards – Malik Beasley et l’écart se creuse. Le score après 12 minutes de jeu ? 39-21 pour Minnesota. Cet écart va d’abord se réduire dans le deuxième quart-temps où les Wolves connaissent un trou d’air offensif pendant que Memphis hausse le ton des deux côtés du terrain. De quoi calmer un peu le public, mais ce dernier va à nouveau s’enflammer lors d’un troisième quart qui ressemble beaucoup au premier. Une défense étouffante, des points en transition, DLo qui fait des merveilles (et qui casse des chevilles), Ant-Man qui sort un petit run perso, Jaden McDaniels qui fait trop plaiz avec Jarred Vanderbilt… bref on est à deux doigts d’organiser une parade dans les rues de Minneapolis. L’écart grimpe jusqu’à 26 et ça sent très fort le Game 4 de la peur pour Memphis.

Et puis, le trou noir.

Les Wolves atteignent les 83 points à une minute de la fin du troisième quart. Ils vont rester à 83 pendant plus de cinq minutes. Cinq minutes où on va voir du Grizzlies basketball. Cinq minutes où Memphis va infliger un… 21-0 pour revenir à égalité face à des Loups complètement sonnés. L’identité des braqueurs ? Impossible de ne pas citer Desmond Bane en premier, meilleur joueur de son équipe cette nuit. Il était le seul à faire le boulot en début de match, là il est dans tous les bons coups pour amorcer le come-back. Tyus Jones ensuite, extrêmement précieux en sortie de banc pour faire craquer la défense de Minnesota. Ja Morant, longtemps limité dans cette rencontre, enclenche l’attack mode pour obtenir des points sur la ligne et à l’intérieur. Et puis il y a ce diable de Brandon Clarke, placé dans le cinq pour débuter la deuxième mi-temps, qui va faire un énorme chantier pour convertir l’essai alors que Jaren Jackson Jr. est une fois de plus gêné par les fautes. Absolument partout, il permet aux Grizzlies de prendre le lead puis de faire l’écart. De 88-88, on passe à 99-92, avant que Dillon Brooks rentre le 3-points qui tue pour définitivement mettre le couvercle sur la rencontre. Le run de Memphis est absolument monumental, aussi monumental que le craquage des Wolves. Ces derniers ont complètement perdu leur basket dans l’ultime période, Chris Finch s’est tourné les pouces sur le banc pendant que sa team s’écroulait à vue d’œil, et Karl-Anthony Towns a réussi l’exploit de terminer avec plus de fautes (5) et de blocks (5) que de… shoots tentés (4 en 33 minutes, tout va bien). 37-12 pour les Grizzlies dans le quatrième quart, 104-95 pour Memphis score final, le coup est très dur à encaisser pour Minnesota.

Dans un match un peu fou-fou où les deux équipes ont eu leurs grands moments comme leurs gros trous d’air, les Grizzlies ont fini par prendre le dessus pour arracher une win qui semblait promise aux Loups. Un match de Playoffs, c’est long, très long, et aucun lead n’est safe. Malheureusement pour les Wolves, ils sont aujourd’hui du mauvais côté et ont peut-être laissé passer leur chance dans cette série.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top