Los Angeles Clippers

Robert Covington en mode « folie de mars » : 43 points face aux Bucks, 11/18 du parking, les Clippers ont un nouveau boss (non)

Robert Covington

On a qu’une seule description pour cette image : « ? »

Source image : NBA League Pass

Comme s’il n’y avait pas assez de performances à gérer, Robert Covington est venu ajouter son nom à notre revue de presse. Et pour que Robert Covington ajoute son nom à notre revue de presse, c’est soit qu’il a racheté une franchise, soit qu’il a signé en Jeep Élite, soit qu’il a cassé un record.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

Hier encore, j’avais 20 ans Kevin Durant ployait le genou devant les Bucks. Cette nuit, Robert Covington a déculotté du Daim. Vous l’aurez compris, la fin de saison régulière n’adhère à aucune logique spécifique. Avant de se pencher sur la performance de Robert 87000 plus en détails, plusieurs facteurs sont à préciser. Primo, Giannis Antetokounmpo, Khris Middleton, Jrue Holiday et Brook Lopez ont été laissés au repos. Il ne restait donc plus de joueurs de basket dans le Wisconsin. Même topo pour Nicolas Batum, Reggie Jackson, Marcus Morris et Paul George. Il ne restait donc plus de joueurs de basket à Los Angeles. Que le casting du soir – à savoir Jevon Carter contre Xavier Moon – démystifie la performance de Robert Covington, c’est une chose. Mais l’accomplissement reste lunaire : 43 points (career high), 8 rebonds, 2 assists, 2 interceptions et 3 blocks à 63% au tir dont… 11/18 du parking. L’ailier californien est ainsi devenu le premier joueur de l’histoire de sa franchise à inscrire autant de 3-points sur une seule rencontre. Pour beaucoup, briser un record chez les Clippers est un achèvement fictif. Comme si l’on ouvrait un livre vide pour y écrire du Marc Levy. Sauf que Robert Covington a alimenté une prestation d’équipe à 153 points, là aussi c’est un record de franchise. Taper un record de franchise pour aider à en taper un second ? Ça devient sérieux.

Et en plus ce petit trublion n’a dribblé que neuf fois sur ses quinze paniers, quelle arrogance. Il n’est pas du tout le bonhomme que l’on aurait vu dans ce rôle. Le Robert est bon tireur hein – 36% à 3-points en carrière – mais de là à faire trembler Klay Thompson ? Carrément pas. Son profil n’est pas celui d’un shooteur de série. M’enfin, tout le monde peut débarquer à un match et se retrouver instantanément dans ce que l’on appelle « la zone ». Cet endroit fictif depuis lequel tous les tirs font mouche. Et là les chiffres grimpent tout seuls. Tiens, dans le genre stat claquée d’ailleurs, on a quand même trouvé un gars sur Twitter qui voulait faire du sensationnel. Un journaliste accrédité par les Clippers et présentateur du podcast « CLIP & ROLL ». Sa trouvaille ? Robert Covington serait le premier joueur de l’histoire à planter 10 tirs primés, prendre 8 rebonds et lâcher 3 blocks dans le même match. Cela traduit deux choses. D’abord, qu’aucun gros défenseur n’avait réussi l’exploit d’allier précision et brutalité. Mais aussi que les Amerloques ont un logiciel secret qui leur permet de savoir si un joueur a déjà lâché 10 tirs à 3-points, 8 rebonds et 3 contres dans un seul match. On veut un lien, quelque chose.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top