Bucks

Giannis Antetokounmpo se fiche de la hype des Pacers : 50 points à 17/21 au tir, 14 rebonds, bref un mardi banal à la maison

Giannis Antetokounmpo 16 février 2022

Le basket-ball est un sport qui se joue à cinq contre cinq et à la fin c’est Giannis Antetokounmpo qui gagne. – Gary Lineker, en 1990.

Source image : NBA League Pass

Tiens, c’est marrant, la dernière fois que Giannis Antetokounmpo avait claqué un 50/14 c’était lors du Game 6 victorieux des Bucks en Finales NBA 2021. Et sinon, on est comment au niveau de la violence de cette phrase ?

Les stats maison de nouveau code-barres offert par le Greek Freak c’est juste ici

On avait dit à Giannis Antetokounmpo que cette jeune équipe des Pacers faisait quasiment la Une des journaux en ce moment, on avait dit à Giannis Antetokounmpo qu’un jeune crack en provenance de Sacramento avait remis de la lumière sur Indianapolis de par sa seule présence. Cette nuit ? Ces nouveaux Pacers se sont une fois de plus bien battus, nous offrant la possibilité de vivre 48 minutes ou presque un match équilibré, mais au final et comme très souvent depuis quelques années déjà, à la fin c’est le monstre grec qui gagne.

50 points à 17/21 au tir dont 2/4 du parking, 14/18 aux lancers, 14 rebonds et 4 passes, en 36 minutes

Un match, finalement, comme on a très souvent pris l’habitude d’en voir avec le MVP 2019 et 2020. Des Pacers décomplexés, un Tyrese Haliburton focus à la baguette des Pacers et un Buddy Hield qui confirme que malgré les trous d’airs passagers il fait bel et bien partie du Top 10 des snipers de sa génération, et comme on n’a encore taillé personne disons que Ben Simmons n’en fait pas partie. Notre match ? Un Giannis un peu seul mais qui suffit à garder Milwaukee dans les clous et même mieux puisque les Bucks mènent 69-63 à la mi-temps. Les invités surprise ? Le meneur Lindell Wigginton côté Bucks, connais pas, et un Serge Ibaka qui n’aura pas mis longtemps a prendre ses marques dans la meute de Daims, et le rookie Terry Taylor pour les Pacers, belle surprise du roster depuis début février.

Mais pour paraphraser – en trichant – une phrase de l’ancien avant-centre anglais Gary Lineker, le basket est un sport qui se joue à cinq contre cinq et à la fin c’est Giannis qui gagne. Injouable est son deuxième prénom, et alors que les lieutenants Jrue Holiday et Khris Middleton font leur taf de… lieutenant, le Freak vient de décider qu’il ne raterait plus rien. La deuxième mi-temps est un combat entre un gosse et un adulte, Buddy Hield empile les Buckets mais Giannis détruit tout ce qui bouge, il claque une centaine de dunks environ et scorera 33 pions après la pause dont 20 dans le Round 4, et chaque minute qui s’égrène au dernier quart ne sera qu’une course aux records, un career high au scoring stationné à 52 pions en mars 2019 face aux Sixers et qui ne sera pas égalé cette nuit du fait de deux lancers ratés juste avant sa sortie définitive.

Une victoire 128-119 au final, et une énième démo chiffrée pour Giannis Antetokounmpo. Le genre de soirée où l’on se dit que le mariole pourrait presque aller chercher des records Chamberlainesques tant il est facile, et des Bucks qui viennent donc de récupérer De’Andre Bembry et Serge Ibaka alors même que leur Big Three est en pleine montée en régime. Les Bucks sont champions en titre, et les Bucks ne veulent pas en rester là.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top