Hawks

Trae Young continue son chantier : 33 points sur Indiana, en ce moment c’est le tarif minimum

Trae Young

Encore et toujours.

Ce mercredi, tandis que la France du basket-ball s’endormait, presque sûre de ne rien rater cette nuit, une petite info est venue ricocher contre la table de chevet et nous allumer le crâne. Oui, Timothée Luwawu-Cabarrot est titulaire. On s’est donc posé devant le match, tranquilou, et même si le céfran a cartonné, c’est bien Trae Young qui a pris toute la lumière. On débrief.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

Qu’elle fait plaisir cette image. Titulaire, Timothée Luwawu-Cabarrot s’en va checker Trae Young avant de batailler sous les projos de la Bankers Life Fieldhouse d’Indiana. Quarante-huit minutes de basket-ball plus tard, que s’est-il passé ? Notre tricolore a cartonné, compilant 8 points, 1 assist, 3 rebonds et 1 contre. Ses grosses séquences défensives – notamment sur Chris Duarte et Caris LeVert – ont largement contribué au succès décroché par les Hawks (111-114). Mais même si croissant, baguette, Line Renaud et toussa toussa, ce n’est pas de TLC dont nous avons le plus envie de parler. Dans la continuité de ses précédentes sorties, Trae Young a rendu une copie XXL de 33 points, 8 rebonds, 10 assists et 2 interceptions à 48% au tir dont 3/10 du parking. Les pourcentages sont bons, et même s’ils ne topent pas l’idée que beaucoup se font d’une « copie XXL », il a fallu le voir pour le croire. Toute la soirée, la hantise new-yorkaise a déroulé sur pick-and-roll avec Clint Capela. Un vrai casse-tête pour les Pacers qui n’ont jamais trouvé le bon équilibre défensif : le vis-à-vis de Trae se mange l’écran, donc le pivot switch – en l’occurrence Myles Turner – puis Trae accélère et lâche sa spéciale « lay-up si haut qu’incontrable ». Dès lors, soit cela fait instantanément mouche – car le bonhomme a quand même un sacré toucher – soit Clint Capela, ainsi débarrassé de la défense de Myles Turner, vient mettre le couvercle. Raconté comme ça cela fait un peu « Apprend le basket avec David Bonnel », mais en réalité c’est juste imparable. Une autre alternative cette fois moins collective, le presque maire de New York cuisine un pauvre valeureux en soliste et dégaine après avoir créé l’écart. Un exemple ? Il vous est offert par Kelan Martin, juste en-dessous.

Il y a du Brian Joubert dans ce Kelan Martin. Bon, pour Trae Young, les choses sérieuses ont commencé. Cette nouvelle masterclass est aussi sa cinquième consécutive à plus de 30 pions, ce qui est pour l’instant la plus grosse série de la saison. Il n’a pas eu peur d’attaquer le cercle d’un Myles Turner meilleur contreur de NBA, et qui dans le même match, a dit « not in my véranda » à John Collins. C’est ce qu’on attend de Trae suite à ses derniers Playoffs, de ne pas relâcher l’intensité, d’aller au contact et de continuer de faire don de son corps à la science Nate McMillan. Parce qu’après avoir topé un trophée de joueur de la semaine ce lundi, le Faucon de 23 piges n’a visiblement pas envie de lever le pied. C’est tout à l’honneur de celui qui, depuis qu’il a été snobé du All-Star Game 2021, se venge sur la quasi totalité de ses défenseurs. Les prochaines dates ? Une réception des Sixers puis des Hornets, avant de filer en découdre dans le Minnesota. L’on souhaite bon courage à Tyrese Maxey, Matisse Thybulle, LaMelo Ball, Terry Rozier, D’Angelo Russell et toute la clique, car en ce moment, Young est Trae fort.

Les Pacers, à la douche ! Nouvelle nuit de basket-ball et nouvelle masterpiece pour Trae Young qui est en train de banaliser l’invraisemblable. Le voilà relancé sur de bons rails après avoir tranquillement pris le temps de s’adapter aux nouveaux coups de sifflet (et ballons). Une suite logique ? Grimper au classement.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top