News NBA

LiAngelo Ball jouera finalement en G League cette saison : LaVar a trouvé son vilain petit canard, il en faut toujours un

LiAngelo Ball

Différent (juste plus nul quoi).

source image : TrashTalk

Il est le rejeton de l’une des familles les plus dominantes du basket-ball moderne (pas du tout), LiAngelo Ball tente tant bien que mal de se frayer un chemin vers la NBA. Dernière breaking en date, voilà qu’il s’engage aujourd’hui avec la G League pour participer à sa Draft le 23 octobre prochain. On débrief.

Loin d’être le plus mauvais cet été, LiAngelo Ball a profité de la Summer League pour prouver qu’il en avait dans le ventre. Problème, que faire de moyennes de 9,6 points, 2 rebonds, 0,4 assist et 1,6 interception à 38% au tir dont 35% du parking ? Ce n’est pas effroyable, il est sûrement un joueur de basket-ball qui n’aurait pas besoin de payer sa licence en France, mais comment franchir le pas avec un garçon dénué à ce point de certitudes ? Bien que la plupart des sites l’annoncent au mètre 98, il semble toper un peu en-dessous et n’est pas pour autant doté d’une mobilité à faire jalouser un poste 4 du championnat ukrainien. Scorer reste pour lui une tâche laborieuse qui nécessite un supplément d’âme, un drive à l’épaule, un gros tir qu’il mettra une fois sur quatre, un éclair de talent qu’il ne possède sans doute pas. Et pourtant, Gelo vient de trouver un nouveau pied-à-terre qui à terme, pourrait lui octroyer une place en fond de tiroir au sein d’un effectif NBA. Selon le très informé Shams Charania – plume pour The Athletic et Stadium le cadet des Ball vient de signer un contrat avec la G League qui l’inscrit automatiquement à la Draft du 23 octobre prochain. Après sa correcte Summer League sous le maillot des Hornets, il ne serait donc pas étonnant qu’il soit sélectionné par le Swarm de Greensboro, l’équipe filiale de Charlotte.

Rares sont les fratries intégralement installées en NBA, ses membres ayant rarement un niveau similaire. On retient quand même les frères Curry – tout deux excellents dans leur franchise respective – les frères Lopez, les Morris, les monstres de peinture que furent les Gasol. C’est toujours délicat d’en placer une pour les Antetokounmpo puisque Kostas joue désormais à l’ASVEL et Thanasis tape des bottle flip en fond de banc à Milwaukee. Quand on sait que ce dernier vient de prolonger avec les Bucks pour deux saisons supplémentaires, on se dit d’abord que Dom avait raison et que la famille est important, mais surtout qu’à terme, LiAngelo pourrait gratter un spot chez les Hornets si LaMelo tutoie un niveau All-Star. Le passe-droit ne serait-il pas l’une des meilleurs solutions pour qu’un gars plafonné suive ses frères en NBA ? C’est un poco immoral et encore trop rarement vu au sein de la Ligue pour que cet arrangement fraternel soit normalisé, mais on ne mise pas pour autant huit kopecks sur le fait que cela n’arrivera pas.

Largué ou juste différent, LiAngelo Ball galère mais ne brûle pas les étapes pour autant. On espère pour lui que la récompense arrivera avant la lassitude, auquel cas il devra encore sécuriser sa place sur le long terme dans le roster concerné, ce qui au vu des profils physiques de la concurrence est rarement aisé.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top