News NBA

Andre Iguodala a son avis sur le joueur le plus intelligent en NBA : indice, ça commence par « Le » et ça se termine par « Bron »

Andre Iguodala LeBron James 30 septembre 2020

Vous avez trouvé ?

Source image : Montage NBA League Pass

De retour aux Warriors au cours de l’intersaison, Andre Iguodala va tenter d’aider Golden State à retrouver son ancien standing, quand les Dubs enchaînaient les Finales NBA lors de la deuxième partie de la décennie 2010. Cinq finales de suite, dont quatre contre les Cavaliers de LeBron James. Autant dire qu’Iggy connaît très bien le King, qu’il considère comme « le joueur le plus intelligent » en NBA, et même all-time.

Invité du Breakfast Club de DJ Envy, Angela Yee et Charlamagne Tha God, Andre Iguodala a discuté pendant une bonne quarantaine de minutes sur ses projets persos tout en parlant aussi forcément un peu de NBA. Et quand Iggy parle de NBA, le nom de LeBron James n’est jamais très loin. Pour toujours, Andre sera associé à l’un, si ce n’est LE plus grand contre de l’histoire des Playoffs, avec ce chasedown block monstrueux dans les derniers instants du Game 7. Une action légendaire qui reste évidemment gravée dans la tête d’Iggy. Une action tellement légendaire qu’Iguodala lui-même fut impressionné sur le moment. Enchaînant les confrontations avec le King au fil des années, Andre connaît très très bien LeBron et le QI basket de ce dernier a toujours fasciné Iggy, lui-même réputé comme étant l’un des joueurs les plus intelligents du circuit.

« LeBron est le joueur le plus intelligent de l’histoire. C’est Isiah Thomas qui a récemment mis en avant cela : LeBron n’a jamais joué pour un coach Hall of Famer. Il a eu tellement de coachs différents dans sa carrière. Alors avoir autant de succès, avec en plus toutes les attentes qui étaient placées en lui, c’est spécial. LeBron est le joueur le plus intelligent que j’ai pu voir. Il peut se rappeler d’une séquence de sept actions, et dire exactement ce qu’il s’est passé. C’est incroyable. »

Pour illustrer ce que dit Andre Iguodala, on se rappelle de cette conférence de presse après le Game 1 des Finales de Conférence Est 2018 entre Boston et Cleveland, quand LeBron a raconté toute une séquence, play-by-play, sans interruption. On a toujours beaucoup parlé des qualités athlétiques du King, de son physique herculéen, de sa durabilité, de sa vision de jeu, mais c’est aussi ce qui se passe entre ses deux oreilles qui fait de LeBron un joueur à part. Sa capacité à analyser les défenses, à s’adapter à leurs propres adaptations, à mettre ses coéquipiers dans les meilleures dispositions… S’il est considéré comme l’un des plus grands passeurs de l’histoire (meilleur passeur de la NBA avec les Lakers en 2019-20 d’ailleurs), c’est notamment pour ça. Et l’intelligence de jeu, c’est aussi cette capacité d’avoir absolument tous les paramètres en tête à chaque minute passée sur le parquet, tout ça pour prendre les bonnes décisions au bon moment (n’est-ce pas Gérard ?). LeBron, c’est quand même le mec qui a un jour aidé Patrick Patterson – joueur des Raptors – à se placer correctement sur le terrain sur un système offensif de Toronto, en plein match de Playoffs. True story. Il connaît les tendances des différents joueurs et la spécificité de certains systèmes chez les adversaires. Il sait aussi gérer le tempo d’un match pour le faire tourner à l’avantage de son équipe, comme c’était le cas par exemple lors de la première finale opposant les Cavaliers de LeBron aux Warriors en 2015. Si Andre Iguodala – MVP de la série – et les Dubs ont fini par l’emporter, le King avait réussi à rendre la série très compétitive malgré l’absence de Kyrie Irving et Kevin Love, en ralentissant le jeu un max et en tournant en… 36-13-9. Tout ça, c’est du QI basket.

Ce QI basket, c’est peut-être la plus grande qualité de LeBron au final. Si le King a toujours été un monstre physique, son intelligence de jeu l’a aidé à maximiser les différentes situations, peu importe le coach et les coéquipiers qui étaient autour de lui. Et c’est notamment pour cette raison qu’il est arrivé au sommet partout où il est passé, de Cleveland à Los Angeles en passant par Miami. 

Source texte : Breakfast Club

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top