Blazers

Portland n’a pas essayé de prolonger Carmelo Anthony : le vioc au bandeau se sentait bien dans l’Oregon, mais Neil Olshey s’appelle Neil Olshey

Carmelo Anthony 31 mai 2021

Sur l’échelle de l’irrespect, Neil Olshey vous le mettez au-dessus ou en-dessous d’un prout au visage ?

source image : YouTube

Désormais chez les Lakers avec son poto LeBron, Carmelo Anthony sort de deux belles saisons avec les Blazers. Certes, le succès collectif n’aura pas été au rendez-vous, mais Melo fut très performant dans l’Oregon. Pour le récompenser, le management de Portland a donc décidé cet été de… ne pas du tout le contacter. Logique, direz-vous, quand on connaît le personnage Neil Olshey.

On en parlait avant-hier, Carmelo est passé dans le podcast Posted Up de Chris Haynes pour y brasser différents sujets, de son amour pour New York à son mémoire en passant par l’épisode Blazers. C’est cette dernière strophe qui nous intéresse aujourd’hui, davantage sa conclusion. Eh oui, Melo a passé deux saisons dans l’Oregon, y relançant sa carrière qui était au point mort après des passages à vide au Thunder, chez les Rockets et… dans son gymnase pendant un an. C’est alors que Carmelo a accepté de sortir du banc sous les ordres de Terry Stotts et a apporté son scoring, son expérience – sa défense moisie – et son leadership dans le vestiaire de Portland. Des bons et loyaux services donc, qui n’ont apparemment pas suffi à Neil Olshey pour le prolonger. Apparemment, ce n’était même pas assez pour un simple un coup de téléphone.

« Non, ils ne l’ont pas fait (le recontacter, ndlr). Ils ne sont pas revenus vers moi comme je le pensais. Je ne voulais pas quitter Dame ou C.J., […] mais c’est le business, je connais les ficelles. » – Carmelo Anthony

Eh bah géniale l’ambiance, hein. Pas même un petit texto pour dire « merci mon grand, mais désolé on n’a pas les sous pour te garder, bonne continuation », c’est dur. Niveau irrespect, on est à peu près entre une mornifle dans le bec et les propos de Kevin Garnett sur la femme de Carmelo, justement. Sur ses deux saisons à Rip City, Melo aura joué 138 matchs (dont 11 en Playoffs) et a lâché des moyennes de 14,3 points et 4,6 rebonds en shootant à 43% dont 40% depuis chez tatie. Alors certes, ce n’était pas le grand Carmelo Anthony des Nuggets et des Knicks, mais en le recrutant, Olshey savait pertinemment ce qu’allait apporter le décuple All-Star en 2019. Le GM a même eu de quoi être agréablement surpris par la nouvelle attitude du futur Hall of Famer (pas de débat, déso) qui a su se mettre en retrait pour l’équipe. Le double O se sentait à Portland, comme à la maison, mais apparemment Neil Achier Olshey ne voulait plus de lui dans sa casbah.

« Pour être honnête, j’attendais de voir avec Portland, je ne voulais parler à aucune autre franchise tant que je ne savais pas où j’en étais avec eux. Je parlais avec Dame et CJ mais on ne parlait pas de ça. J’attendais juste de voir en mode « Vont-ils m’appeler ? Sont-ils intéressés ? Est-ce qu’ils veulent me faire revenir ou passer à autre chose ? » […] J’ai fait de cet endroit une sorte de maison pour moi. En à peine deux ans, j’avais l’impression de faire partie de cette communauté. » – Carmelo Anthony

Neil Olshey dans toute sa splendeur… Carmelo n’a pas été respecté comme il le mérite et a donc quitté l’institution Blazers pour rejoindre celle des Lakers, bien plus respectueuse de ses viocs. Il ne lui reste donc plus qu’à aller chercher sa bagouze pour lancer un gros « cheh » au visage du GM, et justice sera faite.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top