News NBA

Les arbitres ne pourront plus abuser des reviews sur les sorties de balle : banzaï, c’est la fin du money time qui dure trois heures !

Quand 15 secondes se transforment en 15 minutes…

Source image : NBA League Pass

Alors que nous sommes à bientôt un mois du début de la saison régulière NBA 2021-22, la Grande Ligue réalise ses ajustements en vue de la prochaine campagne. Et l’un d’entre eux devrait bientôt être validé concernant l’arbitrage, puisque les officiels ne devraient plus revoir automatiquement les sorties de balle litigieuses en fin de match.

Entre les temps-morts, les fautes, les lancers-francs, et les replays de certaines actions, les fins de match en NBA peuvent parfois durer des plombes, encore plus en Playoffs quand les enjeux sont énormes. Une quinzaine de secondes sur le chrono peut se transformer en 15 minutes dans la vraie vie, l’occasion de boire son café en intégralité tout en passant au petit coin derrière. Si tout ça fait évidemment partie de la nature du basket, la Ligue tient tout de même à fluidifier un peu le money time pour éviter que ça prenne des proportions extrêmes. Et la NBA a décidé de s’attaquer spécifiquement aux replays des sorties de balle dans les deux dernières minutes d’une rencontre. D’après Shams Charania de The Athletic, il n’y aura plus qu’un seul moyen pour revoir des sorties de balle au ralenti en fin de match, à savoir le challenge que possède chaque coach. Le Coach’s Challenge, c’est quand la fameuse lumière verte s’allume au moment où un entraîneur remet en question une décision arbitrale et demande aux officiels de checker la vidéo. Conséquence de cette initiative en attente de validation, les arbitres n’iront plus de leur propre chef regarder les petits écrans sur la table de marque pour voir à qui appartient la possession. Cela devrait ainsi permettre de mieux respecter le flow du match et de gagner du temps, même s’il faut forcément s’attendre à quelques erreurs supplémentaires de la part des arbitres, qui n’auront donc plus la possibilité de rectifier le tir.

Et là est tout le débat. Quel est le meilleur équilibre entre la justice sportive et le flow d’une rencontre ? Pour certains, c’est vraiment la bonne décision arbitrale qui doit primer, peu importe le temps que ça prend. On peut comprendre cette approche, car on connaît la frustration qui accompagne une défaite liée à un mauvais choix arbitral. On se rappelle d’ailleurs de cette action à la fin du Game 4 entre les Clippers et les Suns en Finales de Conférence Ouest 2021, quand Nicolas Batum a provoqué une sortie de balle de Cameron Payne, balle finalement rendue et laissée aux Suns après que les arbitres aient décidé de ne pas checker la vidéo. C’est ce type de scénario qu’on pourrait vivre plus souvent à l’avenir. Mais d’un autre côté, il est clair que les fins de match à rallonge ont tendance à trop hacher le jeu, ce qui n’est pas vraiment un avantage pour la qualité du produit NBA du point de vue de l’expérience visuelle. Et on sait à quel point cet aspect est important aux yeux d’Adam Silver. Combien de fois on entend des fans se plaindre concernant la durée d’un match et les reviews interminables dans les dernières minutes ? Ces fans devraient être un peu soulagés à partir de cette saison. Dans cette même catégorie, on retrouve aussi des gens qui n’aiment pas vraiment l’esprit accompagnant certaines décisions arbitrales liées à la vidéo. À l’image de la VAR en foot avec le hors-jeu, même si la vidéo permet théoriquement de prendre la bonne décision, cela va parfois contre l’esprit du jeu pour certains. Lors du match de Noël entre les Lakers et les Clippers en 2019, Pat Beverley avait par exemple contré un tir de LeBron James dans les dernières secondes. Dans le flow du match, la balle devait logiquement revenir à la bande au King, mais la vidéo avait montré l’inverse, BronBron touchant la balle en dernier avec le bout des ongles. C’est typiquement le genre d’action qui peut agacer jusqu’à remettre en question l’utilisation trop intensive de la vidéo.

Parce que les arbitres font partie du jeu et qu’ils ont aussi le droit à l’erreur, la NBA va faire un pas en arrière dans sa lutte contre l’erreur humaine, tout ça dans l’objectif de faire un pas en avant pour le flow de ses rencontres. Histoire de trouver un juste milieu et d’éviter de mettre trop de pression sur les coachs, qui seront désormais les seules personnes pouvant demander la vidéo en fin de match, peut-être que ce serait une bonne chose qu’ils puissent conserver leur challenge en cas de succès plus tôt dans la rencontre. Pour rappel, à l’heure actuelle, les entraîneurs n’ont qu’un seul challenge par match, challenge qu’ils ne peuvent pas redemander dans la rencontre même s’il a été bien utilisé auparavant…

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top